Page suivante   Page précédente   Table des matières


5 - La configuration des stations

5-1 Le double amorçage

  Toutes les stations de notre réseau sont en double amorçage (cette procédure figure en toutes lettres dans l'accord de partenariat entre l'AFUL et le Ministère) : un délai de 10 secondes s'écoule après l'initialisation de la machine pendant lequel Lilo, le lanceur de linux, attend qu'on lui précise quel système d'exploitation il doit amorçer ; il faut lui indiquer linux sinon le système originel démarre. Sous linux, l'utilisateur se retrouve rapidement devant une interface graphique lui demandant de saisir son nom et son mot de passe, il peut même cliquer sur une icône pour éviter de saisir son nom et aussi choisir quelle interface graphique il va utiliser (logiciel kdm). Par défaut, il s'agira de KDE.
  Les disques des machines sont partitionnés, la moitié pour le système Educapole, l'autre moitié pour linux. Cela s'est avéré suffisant même pour les stations Zenith qui ne disposent que d'un disque d'1.6 Giga. Il a simplement fallu être très restrictif quand aux packages installés sur ces machines dont la partition dédiée à linux est presque entièrement occupée par de nombreux logiciels.


5.2 - L'interface graphique

  A l'époque où le projet a été conçu, la seule interface graphique qu'il était envisageable de retenir, dans un contexte scolaire où quasiment personne n'avait entendu parler d'Unix et où beaucoup d'élèves et d'enseignants rencontrent des problèmes pour utiliser un ordinateur, était KDE. Aujourd'hui, une autre solution est installée en parallèle, avec Gnome et le gestionnaire de fenêtres Windowmaker.   En cliquant sur l'image ci dessous, vous pouvez voir une capture d'écran de l'interface graphique proposée à tout nouvel utilisateur lorsque son compte est crée, avec le logiciel de courriel proposé par défaut.

screenshot


  On remarquera la grande simplicité et convivialité de cette interface : des icônes sont présentes sur le bureau, qui permettent d'accéder par un simple click aux principales fonctionnalités, y compris les utilitaires pédagogiques dont nous allons reparler. Les fenêtres sont facilement manipulables au moyen de petites icônes intuitives. Une barre de tâches occupe le bas de l'écran et permet d'appeler de nombreux utilitaires, dont le gestionnaire de fichiers, et le K noir situé à gauche déroule une barre de menus permettant d'accéder par menus successifs à l'ensemble des logiciels installé sur la machine. Les trois petites icônes visibles en bas à droite de l'écran renvoient à trois documentations permettant de prendre en main l'ensemble de cette interface, y compris par quelqu'un n'ayant eu que peu de contact avec un ordinateur. Ce sont des documents de formation ayant été réalisés par mes soins cette année à l'intention des enseignants, déposés automatiquement sur l'écran d'accueil lors de la création de chaque compte.
  Cette interface est considérablement et très simplement personnalisable, comme vous pouvez le voir avec cette nouvelle capture d'écran :

screenshot




5.3 - Les fonctionnalités essentielles

  Chacun dispose du gestionnaire de fichiers kfm intégré à KDE, qui permet également de parcourir le World Wide Web et de recourir au protocole FTP. Un système Unix définissant des permissions très strictes sur les différents fichiers présents dans le système, aucune maladresse ou malveillance ne peut mettre en danger l'intégrité du système de la part d'un utilisateur comme c'est le cas sous l'environnement MS-Windows 95, ce qui avait conduit les concepteurs de l'interface Educapôle à interdire aux élèves l'usage du gestionnaire de fichiers. Voici une capture d'écran de kfm :

screenshot


  La double barre en haut de l'écran, qui liste les taches actives que l'on rappelle par simple click de souris, permet de remarquer le nombre important de logiciels qu'il est possible de lancer simultanément sans plantage du système. Ces différentes captures d'écran donnent également une idée des nombreux utilitaires disponibles avec l'environnement KDE. Rappelons que tout utilisateur, quelle que soit la machine qu'il utilise, retrouve tous ses fichiers, son courrier et son environnement auquel nul autre que lui ne peut accéder, à l'exception des pages web qu'il choisit de mettre dans le seul répertoire de son compte accessible par d'autres utilisateurs à l'aide d'un navigateur internet.
  Les fonctionnalités classiques attendue sur un intranet ouvert sur l'internet sont satisfaites par les logiciels suivants :
  • Le courriel : le logiciel XFMail est proposé (on peut le voir sur la première copie d'écran ci dessus), mais KMail ou Netscape sont disponibles.
  • La navigation sur le World Wide Web est assurée par Netscape Communicator, mais des logiciels comme kfm ou Lynx peuvent être utilisés.
  • Le protocole de transfert de fichiers est assuré par le logiciel XMFTP, mais il est possible de recourir également à NcFTP en mode texte.
  • La lecture des news se fait grâce à KRN, logiciel faisant partie de KDE, paramétré par défaut pour accéder au serveur local, non répliqué, news.ac-amiens.fr maintenu par le CRDP de l'Académie d'Amiens. Netscape peut aussi être utilisé pour lire les news.


5.4 - Les fonctionnalités avancées et utilitaires pédagogiques.

Voici quels sont les autres logiciels disponibles sur chaque station :
  • Wget, aspirateur de sites web muni maintenant d'une interface graphique, gwget.
  • Lyx, traitement de texte constituant une surcouche graphique au langage de formatage de documents TeX. L'intérêt pour les enseignants des matières scientifiques est évident, pour leurs cours, leurs exercices, sujets de devoirs, etc...
  • Une table des éléments, dite table de Mendeleïev.
  • Une carte du ciel (logiciel xsky)
  • XEphem, logiciel d'astronomie.
  • Un logiciel permettant la visualisation de molécules en trois dimensions à partir de fichiers au format .pdb librement téléchargeables sur l'internet. Les ressources en ce domaine sont d'une taille impressionnante et d'un intérêt certain pour la biologie, la physique et la chimie. Notre logiciel s'appelle Rasmol (copie d'écran ci dessous), et ne fonctionnait originellement qu'en 256 couleurs, ce qui imposait une procédure peu élégante de redémarrage de l'interface graphique. M. Guislain Picard, enseignant la physique - chimie au lycée français de Berlin, a modifié pour nous les sources de Rasmol qui fonctionne maintenant en 65000 couleurs. Cet accès aux sources des logiciels constitue l'intérêt majeur du logiciel libre, c'en est d'ailleurs la définition, et est même bien plus important que la gratuité qui n'en est qu'une conséquence possible. M. Picard est également auteur de trois logiciels libres pour des travaux pratiques de physique et chimie:
  • Lum, pour l'optique.
  • Mek, logiciel éducatif en français qui couvre l'ensemble du programme de mécanique du lycée et du premier cycle universitaire.
  • Xem, qui permet de tracer en deux coups de souris des courbes de dosage acido-basique. Ces trois logiciels, crées récemment, sont installés sur toutes les stations. Ils ont séduit immédiatement tous les collègues de physique qui désirent enseigner avec un ordinateur.

    screenshot


  • Un jeu d'échecs, GNUChess.
  • MuPAD, logiciel libre de calcul formel.
  • Scilab, large package mathématique doté de nombreuses fonctionnalités, y compris le traçage. Un support de cours pour ces deux derniers logiciels est disponible sur le site de l'Ecole Ouverte de l'internet.
  • GNUplot, autre logiciel de traçage.
  • BWBasic, un interpréteur du langage Basic, a rendu de grands services au collègue enseignant l'informatique pour faire découvrir la programmation aux élèves.
  • Dr Géo vient d'être porté sous Linux et est disponible sur chaque station.
  • Le célèbre Gimp, outil de retouche d'images de qualité professionnelle.
  • Moonlight Creator, permettant la modélisation d'images en 3 dimensions, au fonctionnement complexe comme tous les logiciels offrant cette fonctionnalité. Il en va de même de Blender, destiné à des animations en 3 dimensions, que j'ai installé sur deux postes à la demande d'élèves intéresés.
  Il est difficile d'établir une liste complète des logiciels offrant un intérêt pédagogique tant les choses vont vite dans le monde du logiciel libre.


5.5 - Le problème de l'outil bureautique.

  Une fonctionnalité très attendue manquait sur les stations : une suite bureautique digne de ce nom. La société Sun propose maintenant gratuitement l'excellent produit Star Office, qui comprend :
  • Un traitement de texte évolué
  • Un tableur
  • Un éditeur de présentations
  • Un système de bases de données
  • Un éditeur de pages web intégrant Javascipt et Java
  • Un utilitaire de retouche d'images sommaire
  • Un navigateur web
  • D'autres fonctionnalités internet encore perfectibles (mail et news)
  • Des filtres d'importation et la possibilité d'exporter les formats de la suite bureautique MS-Office 97 : .doc, .xls, etc.
  Malheureusement, ce produit est simplement gratuit, ce n'est pas un logiciel libre, la licence de son code source demeure propriétaire.
  Deux projets sont cependant en cours de développement du coté du logiciel libre : Siag Office et KOffice, ce dernier étant annoncé comme faisant partie de la nouvelle version très attendue de KDE. Nous pouvons donc raisonnablement espérer disposer d'une suite bureautique libre pleinement utilisable dans un proche avenir.

  L'interface graphique proposée aux utilisateurs du réseau local permet ainsi à celui qui désire simplement utiliser un nombre précis et restreint de logiciels, à des fins pédagogiques notamment, de le faire sans être confronté au mode texte d'Unix et à la ligne de commande. Mais il fallait former les enseignants désireux de prendre en main ces nouvelles fonctionnalités. La description des formations mises en place cette année se trouve ici.   Les enseigants relatent leurs expériences pédagogiques avec Linux et dans notre salle informatique ici.



Page suivante   Page précédente   Table des matières