Salle informatique du SCUIO - Solution

Jerome Alet, alet@unice.fr

v1.2, 17 Mars 1999


Suite au précédent document exposant les problèmes rencontrés dans la salle informatique du SCUIO de la Faculté de Médecine de Nice, ce document décrit la solution adoptée. Cette solution est en phase de généralisation sur tous les ordinateurs de la salle en question car elle donne entière satisfaction sur le poste d'essais.

1. à propos de ce document...

Ce document a été écrit en SGML avec le DTD LinuxDoc, il est disponible sur http://www.linux-france.com/prj/edu/libreservice/solution.sgml

Vous pouvez consulter la dernière version à jour de ce document sur http://www.linux-france.com/prj/edu/libreservice/solution.html

Pour toute question ou remarque veuillez contacter directement l'auteur par email à l'adresse alet@unice.fr

Les opinions exposées dans ce document n'engagent que leur auteur et en rien son employeur.

2. Rappels

Dans le précédent document nous avons décrit la procédure consistant à réaliser un master du disque dur d'une machine après une complète réinstallation.

En cas de problème il suffit alors de remonter le master en question pour écraser la partition Windows en la remplacant par des données neuves.

Cette solution a été retenue car elle ne remet pas en cause les habitudes des utilisateurs, et elle ne coûte rien. Néanmoins il doit être clair à tous que techniquement cette solution est mauvaise. En effet elle ne résoud aucun des problèmes posés, elle se contente de simplifier la vie de l'administrateur des ordinateurs en question.

3. Description

Nous allons brièvement décrire les étapes de mise en place de la solution sur un ordinateur:

Nous allons maintenant voir dans le détail de quoi sont faites ces différentes étapes.

3.1 Repartitionnement et Formatage

Avant de procéder à la création d'un master, il faut impérativement disposer d'une machine installée de la manière la plus propre possible, sans aucun logiciel non indispensable. En effet il n'y aurait aucun intéret à conserver un master d'une machine à moitié hors service à ause de la biodégradabilité de Windows 95.

Pour cette raison, il est bon de commencer par partitionner et reformater le disque dur, puis de faire une réinstallation complète pour avoir un ordinateur pratiquement dans l'état qu'il avait au sortir du carton.

Comme nous l'avons vu dans le document exposant les problèmes, la meilleure solution à base de master consiste à stocker celui-ci localement sur l'ordinateur. Linux nous servant à générer le master, il nous faut donc avoir assez de place pour installer Linux indépendamment de Windows. Linux nous permet d'avoir un contrôle totale sur la partition Windows, ce que ne nous permettrait pas un logiciel sous Windows. Nous devons donc avoir deux partitions, la première pour Windows et les logiciels bureautique, et l'autre pour Linux et le master.

Compte tenu de la taille des disques, il faudra faire attention à bien choisir le type de partition FAT32 car ce système de fichiers perd moins de place sur le disque que sa version précédente.

Nous connaissons à peu près la taille occupée par Windows+Office+Communicator, mais nous ne savons pas quelle pourrait devenir cette taille dans le cas d'ajout de logiciels sur les postes, aussi pour ne pas prendre de risque nous aurons soins de créer deux partitions de tailles identiques. La place que prend Linux sur la seconde partition sera compensée par le fait que nous stockerons le master sous forme compressée.

3.2 Installation des logiciels Windows

Nous n'installons que les logiciels désirés, c'est à dire:

Nous nous rendons compte que la place nécessaire est de 342 Méga-Octets, pas très loin de nos estimations.

Lors de l'installation de Windows, nous prenons bien soin de configurer correctement le système, notamment ses paramètres réseau, ainsi que la résolution de l'écran que nous fixons en 800x600x65536 couleurs.

Enfin nous exécutons une fois chacun des logiciels afin que les futurs utilisateurs ne soient pas génés par des messages intempestifs.

3.3 Installation de Linux

Nous devons installer une version minimale du système, avec la contrainte d'avoir un support pour le système de fichiers FAT32. Nous avons donc besoin d'un noyau 2.0.36. Il nous faut aussi les commandes tar et gzip, ainsi qu'un shell quelconque, ici bash. Bien que particulièrement volumineuse même en configuration minimale, la distribution RedHat 5.2 propose d'emblée la bonne version du noyau, ce qui nous évite d'avoir à faire une mise à jour. C'est donc cette distribution que nous installons. Vu la place encore disponible nous décidons de faire une installation intégrant X Window et legestionnaire de fenêtres Window Maker, ceci nous permettra de faire des démonstrations de l'utilisabilité de Linux par les étudiants.

A l'aide de LILO, nous définissons le boot par défaut comme étant celui sous Windows. Le boot sous Linux étant accessible par la saisie du mot clef "linux" au prompt de LILO.

Création des scripts

Nous créons deux scripts Unix, l'un destiné à générer le master sous la forme d'un fichier tar gzippé en archivant tous les fichiers présents sur la partition Windows, l'autre destiné à effacer la partition Windows et à extraire tous les fichiers du master afin de restaurer une partition Windows propre. Ces scripts prendrons également en charge la sauvegarde et la restauration des secteurs de partition et de boot, afin qu'un éventuel virus ne puisse les écraser définitivement.

Voici le script de sauvegarde:

#! /bin/sh
echo -n Sauvegarde en cours...
/bin/dd if=/dev/hda of=/sauvegarde/parttable.bin bs=512 count=1
/bin/dd if=/dev/hda1 of=/sauvegarde/bootsector.bin bs=512 count=1
cd /
/bin/tar -zcf /sauvegarde/sauvegarde.tar.gz C
echo Sauvegarde Terminee.
/sbin/shutdown -r now

Et voici le script de restauration:

#! /bin/sh
echo -n Restauration en cours...
cd /
/bin/rm -fr /C/*
/bin/tar -zxf /sauvegarde/sauvegarde.tar.gz
/bin/dd if=/sauvegarde/parttable.bin of=/dev/hda bs=512 count=1
/bin/dd if=/sauvegarde/bootsector.bin of=/dev/hda1 bs=512 count=1
echo Restauration Terminee.
/sbin/shutdown -r now

Pour votre information, le fichier tar+gzip contenant la sauvegarde complète des logiciels installés sous windows fait 182 MégaOctets.

Création des utilisateurs

Nous allons créer deux utilisateurs Unix, l'un ayant le droit de faire la sauvegarde et l'autre ayant celui de faire la restauration. Ainsi nous pourrons confier le soin de faire l'un ou l'autre à différentes personnes, selon leur niveau de compétence. Les utilisateurs devront disposer des droits adéquats d'accès aux disques et aux fichiers de sauvegarde, ainsi que du droit de lancer la commande shutdown afin de redémarrer automatiquement le poste.

Pour simplifier au maximum la tâche du personnel amené à faire les manipulations, nous définissons ces scripts en tant que shell pour les utilisateurs créés, et nous ajoutons une commande de redémarrage à la fin de chacun de ces deux scripts (voir plus haut).

Ainsi, pour générer un master, il suffit de démarrer sous Linux et de se connecter en utilisateur "sauve" avec le mot de passe adéquat. Lorsque la génération est terminée la machine redémarre sous Windows. Pour restaurer une partition Windows propre, il suffit de démarrer sous Linux et de se connecter en utilisateur "restaure", là encore avec le bon mot de passe. Lorsque la restauration est finie, la machine redémarre automatiquement sous Windows.

Une fois les utilisateurs créés, il nous suffit de générer un premier master en se connectant en utilisateur "sauve et attendre que la machine redémarre, elle démarre alors sous Windows et est prête à être livrée à ces hordes d'étudiants irrespectueux du matériel...

4. Mode d'emploi

Nous allons voir ici comment générer un master, et comment restaurer une partition windows propre depuis le master en question.

4.1 Génération du Master

La génération du master n'est normalement à faire qu'une seule fois, sauf en cas d'ajout de logiciels que l'on voudrait intégrer au master.

Démarrage de l'ordinateur

Nous devons redémarrer l'ordinateur sous Linux, pour ce faire il suffit d'allumer l'ordinateur. Après quelques instants, un écran s'affiche avec le prompt:

LILO boot:

s'affiche. Il suffit alors de taper:

linux

et de valider par la touche Entrée. Si vous ne tapez rien dans les 5 secondes alors l'ordinateur démarre automatiquement sous Windows, ce qui est la valeur par défaut nécessaire pour ne pas dérouter les utilisateurs.

Lancement de la sauvegarde

Après le démarrage de Linux, un message comme celui-ci:

Login:

s'affiche pour vous inviter à vous connecter. Veuillez alors taper sauve et valider par Entrée. Il s'affiche alors le message:

Password:

pour vous demander de taper le mot de passe. Saisissez alors le mot de passe de l'utilisateur sauve et validez par Entrée. La sauvegarde commence...

Redémarrage sous Windows

Lorsque la génération du master est terminée, l'ordinateur redémarre automatiquement sous Windows. Vous pouvez donc laisser la machine sans surveillance pendant les 20 minutes que dure l'opération.

Bien entendu il ne faut pas interrompre le traitement en cours de route...

4.2 Restauration de la partition Windows

On peut faire cette manipulation aussi souvent qu'on le souhaite, une bonne idée serait de le faire une fois par mois, par exemple.

Démarrage de l'ordinateur

Nous devons redémarrer l'ordinateur sous Linux, pour ce faire il suffit d'allumer l'ordinateur. Après quelques instants, un écran s'affiche avec le prompt:

LILO boot:

s'affiche. Il suffit alors de taper:

linux

et de valider par la touche Entrée. Si vous ne tapez rien dans les 5 secondes alors l'ordinateur démarre automatiquement sous Windows.

Lancement de la restauration

Après le démarrage de Linux, un message comme celui-ci:

Login:

s'affiche pour vous inviter à vous connecter. Veuillez alors taper restaure et valider par Entrée. Il s'affiche alors le message:

Password:

pour vous demander de taper le mot de passe. Saisissez alors le mot de passe de l'utilisateur restaure et validez par Entrée. La restauration commence...

Redémarrage sous Windows

Lorsque la restauration de la sauvegarde est terminée, l'ordinateur redémarre automatiquement sous Windows. Vous pouvez donc laisser la machine sans surveillance pendant les 10 minutes que dure l'opération.

Bien entendu il ne faut pas interrompre le traitement en cours de route...

4.3 Ajout de logiciels

Bien entendu il peut être intéressant d'installer de nouveaux logiciels sur l'ordinateur. Pour que cela se fasse dans de bonnes conditions il est impératif de respecter la procédure suivante pour partir sur des bases saines:

Tout ceci afin de s'assurer que les logiciels ont bien éte ajoutés sur une machine configurée de manière optimale.

4.4 Conclusion

Cette solution est très loin d'être parfaite sur le plan de la sécurité, mais elle offre l'avantage de conserver les habitudes des étudiants et des autres utilisateurs de la salle.

L'installation de Linux a été menée à terme, avec installation d'une suite bureautique StarOffice 5.0.33 en français, Netscape Communicator 4.5, démarrage sous xdm (login graphique), et création d'un compte utilisateur local disposant d'un minimum de droits pour travailler. Les étudiants qui le désirent pourront donc s'essayer à Linux en ayant les mêmes facilités que sous Windows, et il y a déjà un peu de demande. Ni Gnome ni KDE n'ont été installés afin de dépouiller l'environnement au maximum, de plus le lancement de xterm a été désactivé depuis les menus, ce qui gènera au moins les apprentis sorciers. Le compte utilisateur a pour l'instant un droit d'écriture dans son répertoire, sans quota, et le temps nous permettra de juger de l'opportunité d'accroite ou de restreindre les sécurités sur les postes, voir de créer un compte personnel par étudiant avec montage des répertoires depuis un serveur.