Les sous-réseaux

Pourquoi créer des sous réseaux ?

Les avantages de la segmentation en sous-réseau sont les suivants :

  1. Utilisation de plusieurs media (câbles, supports physiques). La connexion de tous les noeuds à un seul support de réseau peut s'avérer impossible, difficile ou coûteuse lorsque les noeuds sont trop éloignés les uns des autres ou qu'ils sont déjà connectés à un autre media.

  2. Réduction de l'encombrement. Le trafic entre les noeuds répartis sur un réseau unique utilise la largeur de bande du réseau. Par conséquent, plus les noeuds sont nombreux, plus la largeur de bande requise est importante. La répartition des noeuds sur des réseaux séparés permet de réduire le nombre de noeuds par réseau. Si les noeuds d'un réseau de petite taille communiquent principalement avec d'autres noeuds du même réseau, l'encombrement global est réduit.

  3. Economise les temps de calcul. Les diffusions (paquet adressé à tous) sur un réseau obligent chacun des noeuds du réseau à réagir avant de l'accepter ou de la rejeter.

  4. Isolation d'un réseau. La division d'un grand réseau en plusieurs réseaux de taille inférieure permet de limiter l'impact d'éventuelles défaillances sur le réseau concerné. Il peut s'agir d'une erreur matérielle du réseau (une connexion

  5. Renforcement de la sécurité. Sur un support de diffusion du réseau comme Ethernet, tous les noeuds ont accès aux paquets envoyés sur ce réseau. Si le trafic sensible n'est autorisé que sur un réseau, les autres hôtes du réseau n'y ont pas accès.

  6. Optimisation de l'espace réservé à une adresse IP. Si un numéro de réseau de classe A ou B vous est assigné et que vous disposez de plusieurs petits réseaux physiques, vous pouvez répartir l'espace de l'adresse IP en multiples sous-réseaux IP et les assigner à des réseaux physiques spécifiques. Cette méthode permet d'éviter l'utilisation de numéros de réseau IP supplémentaires pour chaque réseau physique.

Masque de sous-réseau

Les masques de sous-réseaux (subnet mask) permettent de segmenter un réseau en plusieurs sous-réseaux. On utilise alors une partie des bits de l'adresse d'hôte pour identifier des sous-réseaux.

L'adressage de sous-réseau permet de définir des organisations internes de réseaux qui ne sont pas visibles à l'extérieur de l'organisation. Cet adressage permet par exemple l'utilisation d'un routeur externe qui fournit alors une seule connexion Internet.

Toutes les machines appartenant à un sous-réseau possèdent le même numéro de réseau.

On utilise le même principe que pour le masque par défaut sur l'octet de la partie hôte auquel on va prendre des bits. Ainsi, le masque de sous-réseau d'une adresse de classe B commencera toujours par 255.255.xx.xx

Pour connaître l'adresse du sous-réseau auquel une machine appartient, on effectue en réalité un ET logique entre l'adresse de la machine et le masque.

Adresse : 200.100.40.33 11001000.01100100.00101000.00100001

Masque : 255.255.255.224 11111111.11111111.11111111.11100000

Opération ET 11001000.01100100.00101000.00100000

=> La machine appartient au sous-réseau : 200.100.40.32

Nous voyons dans ce deuxième exemple que nous avons pris 2 bits sur le dernier octet de notre adresse. Ces 2 bits vont nous permettre de construire plusieurs sous-réseaux:

Ex : adresse : 192.0.0.131

Masque : 255.255.255.192

Conversion de l'adresse en binaire : 11000000 00000000 00000000 10000011

Conversion du masque en binaire : 11111111 11111111 11111111 11000000

Décomposition de l'adresse (R,H) : 11000000 00000000 00000000 10000011

La machine appartient au sous-réseau 192.0.0.128 et a l'adresse 3(11 en binaire)

Pour des raisons de commodité, on préférera réserver un octet entier pour coder le numéro de sous réseau. De même la théorie ne nous oblige pas à prendre les bits contigus d'un masque, même si c'est ce que nous utiliserons en pratique.

Important : pour parer à d'éventuels problèmes de routage et d'adressage, tous les ordinateurs d'un réseau logique doivent utiliser le même masque de sous-réseau et le même identificateur de réseau.

Sous-réseaux

Nombre de sous-réseaux

Le nombre théorique de sous-réseaux est égal à 2^n, n étant le nombre de bits à 1 du masque, utilisés pour coder les sous-réseaux.

Exemple :

Adresse de réseau : 200.100.40.0

Masque : 255.255.255.224

224 = 11100000 donc 3 bits pour le N° de sous-réseau et 5 bits pour l'hôte.

Le nombre de sous-réseaux est donc de : 23 =8.

Remarque : la RFC 1860 (remplacée par la RFC 1878) stipulait qu'un numéro de sous réseau ne peut être composé de bits tous positionnés à zéro ou tous positionnés à un.

Autrement dit, dans notre exemple, on ne pouvait pas utiliser le sous-réseau 0 et le sous-réseau 224. Le premier nous donnant une adresse de sous-réseau équivalente à l'adresse du réseau soit 200.100.40.0. Le deuxième nous donnant une adresse de sous-réseau dont l'adresse de diffusion se confondrait avec l'adresse de diffusion du réseau. Le nombre de sous-réseaux aurait alors été de seulement : 2^3-2 =6.

Il est donc important de savoir quelle RFC est utilisée par votre matériel pour savoir si les adresses de sous-réseau composées de bits tous positionnés à zéro ou tous positionnés à un sont prises en compte ou non.

Adresse des sous-réseaux

Il faut donc maintenant trouver les adresses des sous-réseaux valides en utilisant les bits à 1 du masque.

Pour l'exemple précédent, il faut utiliser les 3 premiers bits:

000 00000 = 0

001 00000 = 32

010 00000 = 64

011 00000 = 96

100 00000 = 128

101 00000 = 160

110 00000 = 192

111 00000 = 224

On constate que le pas entre 2 adresses de sous-réseau est de 32 = 25 correspondant au nombre théorique d'hôtes par sous-réseau.

Adresse de diffusion d'un sous-réseau

Il faut mettre tous les bits de la partie hôte à 1.

Cherchons l'adresse de diffusion des sous réseaux précédents.

  • Avec le masque 255.255.255.224

Pour le sous-réseau 200.100.40.32

32 = 001 00000 donc l'adresse de diffusion est 001 11111 = 63.

L'adresse de diffusion complète est donc 200.100.40.63

Pour le sous-réseau 200.100.40.64 l'adresse de diffusion est 200.100.40.95

...ETC ...

Avec le masque 255.255.255.129

Pour le sous-réseau 200.100.40.1 l'adresse de diffusion est 200.100.40.127

Pour le sous-réseau 200.100.40.128 l'adresse de diffusion est 200.100.40.254

Pourquoi 254 et pas 255 car avec 255 le dernier bit serait à 1 donc on serait dans le sous-réseau 10000001 , en décimal 129.

Nombre de postes d'un sous-réseau

Le nombre de postes est égal à 2n, n étant le nombre de bits à 0 du masque permettant de coder l'hôte. A ce chiffre il faut enlever 2 numéros réservés :

  • tous les bits à zéro qui identifie le sous-réseau lui-même.

  • tous les bits à 1 qui est l'adresse de diffusion pour le sous-réseau.

Exemples :

Soit le masque 255.255.255.224

224 = 11100000 donc 3 bits pour le N° de sous-réseau et 5 bits pour l'hôte

le nombre de poste est donc de : 2^5 -2 =30 postes.

De même, avec le masque non contigu 255.255.255.129 le nombre de postes sera de 2^6-2 = 62 postes

Adressage de sur-réseaux

En 1992 la moitié des classes B étaient allouées, et si le rythme avait continué, au début de 1994 il n'y aurait plus eu de classe B disponible et l'Internet aurait bien pu mourir par asphyxie ! Pour éviter la diminution des identificateurs de réseau, et la saturation des routeurs (nombre de routes trop important) les autorités d'lnternet ont conçu un schéma appelé adressage de sur-réseaux ( ou super-réseaux).

L'adressage de sur-réseaux par opposition à la segmentation en sous-réseaux, emprunte des bits de l'identificateur de réseau pour les attribuer aux identificateurs d'hôtes afin d'optimiser le routage.

Par exemple, au lieu d'allouer un identificateur de réseau de classe B, dans une entreprise comportant 2000 hôtes, InterNic alloue une plage séquentielle de 8 identificateurs de réseau de classe C. Chaque identificateur de réseau de classe C gère 254 hôtes pour un total de 2 032 identificateurs d'hôte.

Alors que cette technique permet de conserver des identificateurs de réseau de classe B, elle crée un nouveau problème.

En utilisant des techniques de routage conventionnelles, les routeurs d'lnternet doivent désormais comporter huit entrées (en RAM) dans leurs tables de routage pour acheminer les paquets IP vers l'entreprise. La technique appelée CIDR (Classless Inter-Domain Routing) permet de réduire les huit entrées utilisées dans l'exemple précédent à une seule entrée correspondant à tous les identificateurs de réseau de classe C utilisés par cette entreprise.

Soit les huit identificateurs de réseau de classe C commençant par l'identificateur de réseau 220.78.168.0 et se terminant par l'identificateur de réseau 220.78.175.0, l'entrée de la table de routage des routeurs d'lnternet devient :

Identificateur

de réseau

Masque de

sous réseau

Masque de sous réseau

(en binaire)

220.78.168.0

255.255.248.0

11111111 11111111 11111000 00000000

En effet 168 en binaire donne : 10101000

et 175 donne : 10101111

la partie commune porte bien sur les 5 1ers bits

d'où le masque : 11111000

Dans l'adressage de sur-réseaux, la destination d'un paquet est déterminée en faisant un ET logique entre l'adresse IP de destination et le masque de sous-réseau de l'entrée de routage. En cas de correspondance avec l'identificateur de réseau, la route est utilisée. Cette procédure est identique à celle définie pour l'adressage de sous-réseaux.

La notation CIDR définit une convention d'écriture qui spécifie le nombre de bits utilisés pour identifier la partie réseau (les bits à 1 du masque).

Les adresses IP sont alors données sous la forme :

142.12.42.145 / 24 <=> 142.12.42.145 255.255.255.0

153.121.219.14 / 20<=> 153.121.219.14 255.255.240.0

Dans cette écriture les nombres 24 et 20 représentent le nombre de bits consacrés à la codification du réseau (et sous réseau).

Remarque : Les RFC 1518 et 1519 définissent le CIDR (Classless Inter-Domain Routing).