Les applications TCP-IP

Modèle client/serveur

Les applications réseaux fonctionnent sur le modèle client/serveur. Sur la machine serveur un processus serveur (daemon) traite les requêtes des clients. Client et serveur dialoguent en échangeant des messages qui contiennent des requêtes et des réponses.

Prenons par exemple telnet.

Figure 1.4. Exemple Telnet

Exemple Telnet

Figure 1.5. Modèle client/serveur

Modèle client/serveur

L'adressage des applicatifs : les ports

Une fois le datagramme transmis à l'hôte destinataire, il doit parvenir à l'utilisateur (si le système est multi-utilisateur) et à l'application visée (si le système est multi-tâches).

  • sur la machine cliente, l'utilisateur (usager ou programme) effectue une requête vers une machine IP serveur sur le réseau. (par exemple telnet host ou ftp host ). Cela se traduit par la réservation d'un port de sortie TCP ou UDP et l'envoi d'un paquet IP à la machine serveur. Ce paquet contient un message TCP ou UDP avec un numéro de port correspondant à l'application demandée sur le serveur.

  • sur le serveur, la requête est réceptionnée par le pilote IP, aiguillée vers TCP ou UDP puis vers le port demandé. Le processus serveur correspondant est à l'écoute des appels sur ce port (par ex: le daemon telnetd traite les requêtes telnet, le daemon ftpd traite les requêtes ftp).

  • processus client et processus serveur échangent ensuite des messages.

Des numéros de port (entre 0 et 1023) sont réservés pour les applications « standards : les ports « bien connus » (Well Known Ports), ils ont été assignés par l'IANA. Sur la plupart des systèmes ils peuvent être seulement employés par des processus du système (ou root) ou par des programmes exécutés par les utilisateurs privilégiés (liste complète : http://www.iana.org/assignments/port-numbers ou dans le fichier /etc/services y compris sous Windows).

D'autres numéros de port sont disponibles pour les applications développées par les utilisateurs (1024 à 65535).

Figure 1.6. Ports applicatifs

Ports applicatifs

On identifie le protocole de communication entre applications par un numéro de protocole etl'application par un numéro de port.

Par exemple, les serveurs HTTP dialoguent de manière traditionnelle par le port 80 :

http ://www.sncf.com/index.htm <=> http :// www.sncf.com:80/index.htm

Les numéros de protocole et de port sont inclus dans le datagramme.

Une fois la connexion établie entre le client et le serveur, ceux-ci peuvent s'échanger des informations selon un protocole défini selon l'applicatif. Le client soumet des requêtes auxquelles répondra le serveur.

Ce mode de communication s'appuie sur la couche "socket". Cette couche est une interface entre la couche présentation et transport. Elle permet la mise en place du canal de communication entre le client et le serveur. On peut schématiquement dire qu'un socket fournit un ensemble de fonctions. Ces fonctions permettent à une application client/serveur d'établir un canal de communication entre 2 ou plusieurs machines, qui utilisent un protocole de transport (TCP ou UDP) et un port de communication.

Les ports prédéfinis à connaître

Service réseau

N° de Port

Type

Commentaire

ICMP

7

TCP/UDP

Commandes Ping

Netstat

15

TCP/UDP

Etat du réseau

FTP

21

TCP

Transfert de fichiers

SSH

22

TCP/UDP

SSH Remote Login Protocol

Telnet

23

TCP

Connexion via terminal réseau

SMTP

25

TCP

Envoi de courrier

DNS

53

TCP/UDP

Serveurs de noms de domaine

HTTP

80

TCP

Serveur Web

Pop3

110

TCP

Réception de courrier

nntp

119

TCP

Service de news

ntp

123

UDP

Protocole temps réseau

nbname

137

TCP/UDP

Service de Nom Netbios

netbios-ssn

139

TCP/UDP

Service de Session Netbios

imap

143

TCP/UDP

Protocole d'accès messagerie Internet

SNMP

161

UDP

Administration de réseau