Installer Linux PMac sur un Power Macintosh 6500.

Préambule.

Ce document à été initialement écrit par Gauthier Ancelin. Ne pouvant plus s'occuper de sa mise à jour, il en a fait don à la rubrique "GNU Linux sur Macintosh" de Linux-France. Veuillez donc m'adresser vos remarques concernant ce document.

Introduction.

Cette page est dédiée à l'installation de Linux sur PowerMacintosh 6500. Les possesseurs d'appareils de la même série (5500 et peut-être aussi 5400/6400) y trouveront sans doute des informations intéressantes. Si vous avez un de ces engins, n'hésitez pas à écrire pour signaler les différences avec ce qui est écrit ici.

La distribution concernée est celle diffusée dans la revue UniversMac n°83, numéro d'octobre 1998, qui est une version Linux-PMac DR4. Cette version est optimisée et donc plus rapide que la version officielle soutenue par Apple et dénommée MkLinux. Elle fonctionne en revanche uniquement sur les PowerMac PCI. C'est une version qui fonctionne plutôt bien sur le 6500.

Notez que la même revue dans son n°85 de décembre diffuse des compléments à Linux-PMac :

Le 6500.

Cette machine possède quelques particularités qu'il est bon de connaître avant de se lancer. Lors de l'installation de Linux sur cette machine, les points suivants sont susceptibles de poser problèmes : 

Le partitionnement du disque.

Tout d'abord, il faut savoir que l'installation sur un disque SCSI peut poser de gros problème. Votre modeste serviteur en sait quelque chose : il n'a jamais réussi à démarrer sur un disque externe IBM 1 Go à partir d'OpenFirmware. Apparemment, le seul moyen de démarrer depuis un disque SCSI est d'utiliser BootX.

En attendant, voici l'état d'un disque IDE partitionné et sur lequel Linux-PMac est installé (obtenu avec la commande 'L' de pdisk) :


Partition map (with 512 byte blocks) on '/dev/ata0.0' (/dev/hda) #: type name length base ( size ) 1: Apple_partition_map Apple 63 @ 1 2: Apple_Driver_ATA*Macintosh 54 @ 64 3: Apple_Driver_ATA*Macintosh 74 @ 118 4: Apple_Patches Patch Partition 512 @ 192 5: Apple_HFS untitled 4085312 @ 704 ( 1.9G) 6: Apple_UNIX_SVR2 root 200000 @ 4086016 ( 97.7M) 7: Apple_UNIX_SVR2 usr 1400000 @ 4286016 (683.6M) 8: Apple_UNIX_SVR2 home 400000 @ 5686016 (195.3M) 9: Apple_UNIX_SVR2 swap 220042 @ 6086016 (107.4M) Device block size=512, Number of Blocks=6306047 (3.0G) DeviceType=0x0, DeviceId=0x0 Drivers- 1: @ 64 for 19, type=0x701 2: @ 118 for 31, type=0xf8ff
Le disque a été partitionné ici en 5 partitions utiles : une HFS pour MacOS, et quatre pour Linux : 'root', 'usr', 'home' et 'swap'. La partition de démarrage Linux est 'root', référencée /dev/hda6 (6 étant le numéro de cette partition dans la liste ci-dessus).

Les valeurs de la P-RAM.

Pour ce qui est des valeurs à mettre dans le tableau de bord BootVariables, celles qui marchent sont les suivantes (ne tapez pas les guillemets !) :  Les autres valeurs ne doivent pas être changées.

Si vous ne voulez pas avoir à taper ces données, un moyen plus sûr est de télécharger ce petit fichier qui est une sauvegarde de ces paramètres effectuée avec BootVariable. Il vous suffit, une fois décompacté, de double-cliquer dessus, de modifier le "boot-file" qui doit pointer sur votre partition 'root' (par défaut, il est en /dev/hda6), de cliquer sur 'write' et de redémarrer.

BootX 1.0b3.

BootX est un moyen plus simple que la modification des valeurs de la P-RAM pour démarrer sous Linux : Il s'agit d'une application qui permet de redémarrer sous Linux ou Mac OS. BootX existe aussi sous forme d'extension permettant de faire ce choix à chaque démarrage. Sa configuration est facile : si votre partition 'root' est sur /dev/hda6, il suffit de mettre la ligne suivante dans le champ "Linux kernel argument" : 

/boot/vmlinux root=/dev/hda6

Un clic sur le bouton "Save to prefs", et un clic sur le système à démarrer. C'est tout ! Vous pouvez même lancer l'installeur RedHat en cochant la case RamDisk : la disquette de démarrage est dès lors inutile ! Autres points intéressants : il est capable de démarrer Linux depuis un disque SCSI.

BootX a un seul inconvénient, mineur il est vrai. Il demande un noyau récent : le 2.1.121 pour la version 1.0b3. Il vous faut donc IMPERATIVEMENT installer ce noyau avant d'utiliser BootX.

Attention : il sort régulièrement de nouvelles versions de BootX et de noyaux Linux. Lisez bien les "readme" pour vous assurer de la compatibilité entre BootX et le noyau installé sur votre machine.

 

Dernière mise à jour le 28/3/99.

les fichiers en téléchargement sont à ftp://ftp.linux-france.org/pub/macintosh/

 

Retour à GNU Linux sur Macintosh