INSTALLATION D'UNE LINUX PPC DR4
SUR UN APPLE POWERBOOK G3/300
.... par un nul comme moi ! 
Préambule.

Il y a quelques temps, Jean Yves Chasle (auteur du désormais célébrissime Escritor), olivier (l'auteur du FTP qui accompagne Escritor) et votre serviteur, avons fait l'aller et le retour Paris-Strasbourg dans la même journée pour essayer de rencontrer, au cours de la 'Seconde journée du Libre' (samedi 27 mars 1999), quelqu'un qui pourrait nous informer sérieusement sur la validité de la GPL en France et en Europe, en langue anglaise et française. Nous avions posé la question à plusieurs personnes dont Stéphane Fermigier via le net et tout laissait à penser que la réponse devait être débatue de vive voix. C'est ce que nous avons pu faire dans l'amphithéâtre de l'École Nationale Supérieure de Physique (Illkirch), mais aussi en coulisse avec Nat Makarevitch.

Je pense que Nat ne me contredira pas si je dis son étonnement quand nous lui avons annoncé que nous voulions éditer un logiciel d'aide à la formation, probablement unique sur le marché, développé sous Delphi (donc fonctionnant uniquement sous MS-Windows !?!). Nous voulions le distribuer gratuitement sous la GPL et mettre les sources à disposition de quiconque car JYC souhaitait le porter le plus rapidement possible sous GNU/Linux.

Pour tenter de convaincre Nat de notre bonne foi et de notre sérieux nous lui avons expliqué dans le détail notre démarche et je l'ai assuré que nos machines respectives fonctionneraient très rapidement sous Linux, au moins en dual boot. Comme un fait exprès, ma plate-forme préférée a toujours été une Apple, même si mes débuts furent sur Amiga et que tout cela a toujours, peu ou prou, cohabité avec une plate-forme Wintel, soit dans le domaine privé, soit dans le domaine professionnel.

Que les réjouissances commencent ... .

Nous voici donc arrivés, après ce préambule anecdotique, au sujet même de ce document : j'ai pu récemment annoncer mon appartenance à la joyeuse communauté des utilisateurs de GNU/Linux (prononcez Guenou-slash-laïnux selon le souhait de Richard Stallmann). « Joyeuse » c'est peut-être beaucoup dire : pour en savoir plus, attendez d'en savoir plus !

Pour commencer, contrairement aux noyaux i386, les distributions PPC sont plutôt rares : pour les 68k vous avez une Debian (dont je ne sais pas grand'chose), MkLinux en DR 3 (développé en coopération avec APPLE mais dont le développement va être arrêté : sortie de MacOS X Client prévue pour début 2000 et qui est un Unix - noyau Mach 3 et FreeBSD 3.0), TurboLinux (mâtiné 'cochon d'Inde' : MkLinux / LinuxPMac) et pour les Macintosh PCI et G3, LinuxPmac qu'on appelle aussi LinuxPPC. Une saine émulation est apparue avec la vague iMac mais les distributions ne sont pas courantes et, les Powerbook sont délaissés ou presque. En somme, grâce au succès de l'iMac, c'est toujoours mieux que si c'était pire !

Imaginez le tableau ! J'opte donc pour un Mac (ce qui n'est pas si courant), de surcroît un portable Powerbook qui est aussi un G3@300 Mhz. Même si je n'ai pas cédé à la tentation financièrement dévastatrice de l'acquisition du tout dernier modèle (333 ou 400 Mhz) doté de deux connecteurs USB, en guise de recherche d'une distribution adaptée .... je me voyais du même coup en train de signer pour l'enfer.

Qu'à cela ne tienne, hors mis la documentation, je décide d'un budget minimal pour le système (les mauvaises langues diront que j'ai mis tout mon argent dans un portable qui n'en vaut pas la peine .... ce qui n'est pas entièrement faux), car je veux développer une expertise par définition rare et vérifier s'il y a égalité de traitement entre les Mac et les PC.

La réponse est Non ! aux deux points : 
1 - il te faut travailler beaucoup pour être expert mon vieux ... et tu seras seul ou presque avec ton Powerbook G3 - Mal parti !
2 - Mac et PC ... pas d'égalité devant GNU/Linux ... ça n'étonnera personne.

En effet, si des Kheops, Red Hat et autre Mandrake (j'ai même une version 6.0) courent les magazines à 30 ou 40 F, je n'ai pu retrouver, dans mes archives, qu'une Linux PPC DR4 dans l'Univers Mac d'octobre 98.


cf. : ce que nous dit Étienne Herlent (eherlent chez linux-france.org) sur http://www.linux-france.org/macintosh  en se référant  "à la rubrique d'à coté de Gauthier Ancelin",
"La distribution concernée est celle diffusée dans la revue UniversMac n°83, numéro d'octobre 1998, qui est une version Linux-PMac DR4. Cette version est optimisée et donc plus rapide que la version officielle soutenue par Apple et dénommée MkLinux. Elle fonctionne en revanche uniquement sur les PowerMac PCI. C'est une version qui fonctionne plutôt bien sur le 6500.

Notez que la même revue dans son n°85 de décembre diffuse des compléments à Linux-PMac :

le noyau 2.1.121 : il présente au moins un point intéressant pour le PowerMac 6500 : il gère - un peu - le son. Il est désormais possible d'écouter un CD - mais des écouteurs branchés sur la prise casque en façade ne provoquent pas la coupure du haut-parleur interne - et il est capable d'émettre un beep.

BootX v1.0b3, il constitue un moyen bien plus simple pour démarrer Linux que le paramétrage de la P-RAM ! Nécessite l'installation du noyau 2.1.121.

Gnome : une interface graphique qui remplace avantageusement KDE. Présente en version source à adapter à Linux-PMac. Pour spécialiste uniquement. Des correctifs sur la distribution présente dans le n°83 de la revue."


Notez que je n'avais pas acheté le n° 85 (et donc les correctifs ... !!)

En résumé nous avons :
Matériel : Apple Powerbook G3/300/192 Mo/8 Go/ CD 20x/modem 56 k/ethernet -10baseT/
Logiciel : Linux PPC DR 4 sur Red Hat 5.0 et proposé avec 'Boot variables' (Macworld d'octobre 98 - CD n°83) amis aussi,
BootX_1.0.2.sit (371 Ko) qui ne fonctionne qu'à partir du vmLinux.gz (Kernel : 2.1.125 - 88 Ko) et ramdisk.tar.gz (741 Ko à copier tel quel dans votre Dossier système) (ensemble proposé et conseillé en download par LinuxPPC.com donc ... fraîchement téléchargé)
Documentation : ne comptez pas trop sur l'article du Macworld d'octobre 98, ni sur les deux seules pages de Linux Magazine France n° 5 (qui m'a convaincu, en revanche, d'utiliser 'BootX' à la place de 'Boot Vars').
Mon bonheur, je l'ai trouvé par hasard et avec beaucoup de chance dans le n° 1 du magazine A VOS MAC de Juin 99 (18 francs !), qui venait  tout juste de paraître. Qu'Etienne Herlent me pardonne, mais je connaissait pas l'existence de ses How To que je vous recommande.
Partionnement et formatage de mon disque (sous pdisk) :
This app uses the SIOUX console library
Choose 'Quit' from the file menu to quit.

Use fake disk names (/dev/scsi<bus>.<id>; i.e. /dev/scsi0.1, /dev/scsi1.3, etc.).

Top level command (? for help): L

Partition map (with 512 byte blocks) on '/dev/ata0.0' (/dev/hda)
 #: type name  length   base ( size )
 1: Apple_partition_map Apple  63 @ 1
 2: Apple_Driver43*Macintosh  54 @ 64
 3: Apple_Driver43*Macintosh  74 @ 118
 4: Apple_Driver_ATA*Macintosh    54 @ 192
 5: Apple_Driver_ATA*Macintosh    74 @ 246
 6: Apple_Patches Patch Partition 512 @ 320
 7: Apple_HFS Sans titre 6144000 @ 832  (  2.9G)
 8: Apple_UNIX_SVR2 swap   200000 @ 6144832  ( 97.7M)
 9: Apple_UNIX_SVR2 root 5944000 @ 6344832  (  2.8G)
10:    Apple_HFS Sans titre 3   3718198 @ 12288832 (  1.8G)
11:    Apple_Free Extra 10 @ 16007030


La documentation papier est indispensable

Ce petit magazine (nous parlons de A VOS MAC) qui, je me souviens,  nous explique assez bien pourquoi il n'y a pas vraiment d'intérêt à passer sous GNU/linux quand on possède un Mac, est aussi habile pour nous expliquer comment installer 'l'alternatif système' en dual boot. Quand la littérature (en français surtout) sur cette question est rare, celle-ci en n'est que plus précieuse ... surtout pour un p'tit gars pas très doué comme moi. Je précise que je n'ai pas d'action dans A VOS MAC mais ce serait dommage de vous en priver car ce magazine en français au prix de 18 francs vous suffira pour partitionner, formater et installer votre Linux PPC DR4 si vous en avez une. Sinon préférez la Linux PPC R5 livré (à télécharger ou à acheter sur CD - 35$ si mes souvenirs sont bons) avec une très bonne (http://www.linuxppc.com/") documentation en .pdf.
NB : j'insiste linuxppc.org pour la DR4 et linuxppc.com pour R5 !

Je voudrais rassurer les plus nerveux d'entre vous : désormais, il ne vous reste plus à patienter que quelques demi-heures (2 ou 3 maximum) pour arriver à vos fins,  surtout si vous souhaitez installer l'intégralité de la distribution ... ce qui, je le reconnais, n'a que peu d'intérêt sauf à servir une grande curiosité ... ou pour les masochistes qui ne font que rechercher les difficultés. Dans ce cas, si par hasard on vous propose un job de 4 jours par semaine, arrangez vous pour signer avant ou alors, préférez les ASSEDIC  ;-) )

(ce sera mon cas dès le 1er juillet prochain ... avis aux employeurs --> ymedia@wanadoo.fr)

Donc, à ce moment de l'histoire, on ne fait qu'espérer le mieux et dans mon expérience près de 50 minutes de compilation vous laissent le temps d'une pause 'ce dont vous avez envie' ! . Je ne sais plus combien de temps il a fallu attendre pour rebooter après l'installation proprement dite qui a suivie la compilation terminée, mais là encore, j'ai eu le temps d'espérer.
NB : 1 ou 2 modules n'ont pu être installés, mais à cette heure et dans la précipitation, je n'ai pas eu le courage d'en prendre note ... :-( .

En effet, il était à peu près 5 heures du mat ... et j'ai eu des frissons quand la fenêtre du login de KDE m'est apparu ..... au bénéfice d'un aspect qu'on peut qualifier de dégueulasse !!!  Imaginez un petit garçon à qui on annonce que le père Noël vient de passer, cherchant en vain le super jouet qu'il attendait depuis plusieurs semaines voire des mois !

Après avoir rebooté 2 ou 3 fois, le résultat restait le même. Le regard était brouillé, il était temps d'aller dormir.  Après quelques heures de sommeil, j'ai entamé une séance de découverte des réglages de KDE  (Gnome et Window Maker ne sont pas dans notre distribution) et après plusieurs séances rythmées par des redémarrages, est apparu un login  superbe aussi rutilant que celui qu'on voit dans les magazines.

Que peut-on en dire ? :
1 - la configuration par défaut de KDE est surprenante ?
2- que le driver de la carte vidéo et Xwindow on mis du temps à fonctionner correctement ... ?
3- que sais-je encore...? pas grand chose, mais ce n'est pas étonnant ;-).

NB : quand vous cochez le réglage 'no video driver' de BootX*, cela équivaut à recourir au service du pilote de la carte vidéo sous Mac, dans le cas contraire, Linux cherchera en son sein un pilote pour votre affichage. Si le résultat n'est pas concluant, n'hésitez pas à rebooter et à cocher 'no video driver'. Dans tout les cas, l'installation terminée vous rebootez en décochant 'Use ram disk' qui équivaut à utiliser le fichier ramdisk.tar.gz (741 Ko) lors du boot pour l'installation ; vous n'en avez donc plus besoin dès lors qu'elle est efficiente.

L'étape suivante (entrecoupée de scéances de Mahjong !) a consisté à essayer de monter le lecteur de CDROM, à faire fonctionner le modem interne pour ma connexion internet et à connecter, via le port Ethernet, le powerbook au portable Compaq (qui appartient mon employeur actuel) afin que je puisse récupérer le répertoire contenant le site d'Escritor . Ironie du sort, le PowerBook n'a pas de lecteur disquette : si c'était le cas, il serait d'emblée reconnu par linux puisque que le répertoire qui lui correspond est créé d'office par la configuration par défaut !!. Monter un volume ne se fait pas automatiquement comme c'est le cas avec Mac Os. Pour ceux qui connaissent Windows, cela équivaut à lancer ['Exécuter'> a:/] (par exemple) via le menu démarrer.

En attendant la suite
Par curiosité et dans le cadre de ma recherche documentaire, j'ai pu trouver par hasard une extension nommée MountX dans sa version 1.0d14. Comme vous le savez peut-être, la ou les partitions de disque au format ext2fs correspondant aux : 
 8: Apple_UNIX_SVR2 swap 200000 @ 6144832 ( 97.7M)
 9: Apple_UNIX_SVR2 root 5944000 @ 6344832  (  2.8G)
ne sont pas révélées par le Finder, autrement dit, elles n'apparaissent pas sur le bureau. MountX, si j'ai bien compris, aurait le pouvoir de le faire : dans mon cas, je n'ai pas pu vérifier le résultat escompté !! Info gratuite qui ne veut rien dire de plus que MountX a le mérite d'exister, à toute fins utiles.

À ce jour, pourquoi ne pas le reconnaître, je ne suis pas parvenu totalement à mes fins. Pas de lecteur de CD, pas de modem, pas de connexion réseau avec un PC. Il faut dire que, dans ce dernier cas, il aurait été plus simple de créer un réseau avec un Mac puisque Linux sert d'emblée le protocole APPLETALK. Il reste donc le protocole TCP/IP mais je n'ai pas eu le temps car ... malgré ma prudence et la création d'un profil utilisateur pour soulager, en toute orthodoxie, le profil 'ROOT', mes tentatives répétées visant à régler les deux premiers problèmes ont eu raison de mon Linux tant espéré qui se refuse désormais à démarrer.

J'en conclus qu'il faudrait ajouter à la liste des problèmes à résoudre un problème, majeur celui là, c'est à dire ma propre propension à ajouter des difficultés. Je veux dire que malgré mon habitude de l'utilisation des ordinateurs sous Mac OS ou sous W95, 98, NT4, je n'ai pas encore les bons outils et les bons réflexes pour faire fonctionner GNU/Linux. J'irai même jusqu'à dire, que l'interface graphique est tellement proche de windows, qu'elle en fait oublier un système assez différents ; changeons donc nos habitudes ... ce sera pour le meilleur .... en attendant Mac OS X Client.

Cette expérience me conforte dans l'idée, que si l'on est un 'Nul comme moi', en outre hyper exigeant et néanmoins néophyte, il faut absolument commencer par un dual boot : je vote donc, au premier tour, pour 'MacOS et Linux'** et non pas 'Linux ou Mac OS'. La seule raison qui pourrait me contredire, serait de me convaincre que le 'crash' (si cela existe) de Linux est dû à sa cohabitation avec Mac OS ... ce qui est possible mais sans doute improbable!

Donc, n'ayons pas peur de le dire, à l'heure où j'écris ces lignes, mon Powerbook n'est pas opérationnel sous Linux et je m'en excuse. Je m'en excuse auprès de vous mais aussi auprès de Nat qui attend depuis plus d'un mois que je fasse les mises à jours de la page d'Escritor avec les outils sous Linux. C'est pour me faire pardonner que j'ai rédigé, à sa demande, cette page relatant mon expérience.

Si j'ai accédé à sa requête, c'est aussi pour vous dire que je ne me décourage pas car GNU/Linux en vaut largement la peine. D'ailleurs, je suis parti en quête d'une distribution Linux PPC R5 avec un budget de 100 F ... je m'engage donc à vous narrer la suite ... et d'ici là, je pense même réinstaller la Linux PPC DR 4 ... juste pour voir si on ne peut pas mieux faire.


*L'installeur de la LinuxPPC R5 s'appuie sur un BootX 1.1 qui choisit Linux comme système par défaut. Ce qui signifie que lorsque vous démarrez votre ordinateur, c'est Linux qui sera lancé au bout de 20 secondes si vous n'intervenez pas. BootX 1.02 boote par défaut sur Mac OS et donc il faut cliquer sur le Bouton 'Linux' avant les que soient écoulées le compte à rebours de 20 secondes.
**pour tout vous dire, entre temps j'ai upgradé Mac OS 8.5 par la 8.6 qui a notamment pour avantage d'accroître de 40 minutes l'autonomie de ma batterie.

(le 10/07/99 - ©left - Juice pour linux-france.org)

 

Dernière mise à jour le 10/7/99.

les fichiers en téléchargement sont à ftp://ftp.linux-france.org/pub/macintosh/

 

Retour à GNU Linux sur Macintosh