[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [GULLIVER] TODO [long et HS! pardon]


From Michel Vergne <michel at vergne-michel dot nom dot fr>
Subject Re: [GULLIVER] TODO [long et HS! pardon]
Date Mon, 02 Sep 2002 13:26:57 +0200

Bonjour la liste,

Je me permets de poster ce premier message, bien que je ne sois pas un
adhérent de Gulliver (à ma dernière visite, je n'ai trouvé sur le site
web ni le tarif de la cotisation, ni les échéances, ni le bulletin
d'inscription. J'ai dû les manquer... :-)

Permettez-moi d'abord de me présenter :

Je fais de la programmation depuis un certain temps (débuts en Algol 68
et Fortran sur time-sharing Bull en 1970 - dernières réalisations au
boulot : debug d'applis temps-réel en C sous Mtos-Ux et WxWorks, et
écriture d'utilitaires en bash et Perl/Tk sous Sun/Solaris).

Mon premier micro personnel a été une carte MK2 Motorola en 78. (J'ai
encore les premiers numéros de l'OI et de Microsystèmes). Ma machine la
plus récente est un portable Vaio sous XP familial acheté au début de
l'année (j'ai craqué parce que l'affichage est beau!).

Dans une autre vie, je suis moniteur de plongée, et j'ai été très
impliqué pendant des années dans le fonctionnement d'un gros club
Rennais. J'ai même été président pendant 5 ans, à l'époque où il
a dépassé les 400 licenciés. Cela représentait un budget annuel
approximatif de 450kF, et un parc de matériel comprenant en vrac deux
locaux (Rennes et bord de mer), un compresseur, un camion, 40
scaphandres et deux bateaux, dont un chalutier de 14 m.
J'ai donc une petite expérience, et quelques idées sur le monde
associatif (et sur les nuances ténues qui le démarquent du monde
commercial et de sa fiscalité). Je précise tout de suite que je
n'ai pas envie de m'impliquer très activement dans le fonctionement de
Gulliver, en tous cas pas pour le moment.

Je me suis branché sur l'internet grâce à AOL qui a eu le mérite
d'ouvrir le premier point d'accès sur Rennes, en avril 96.

J'ai pu concilier mes intérêts pour l'internet et pour l'enseignement de
la plongée en ouvrant à l'occasion du salon nautique 96 un site web
ciblant les moniteurs de plongée bretons (4.700 visites/mois en moyenne
sur l'an dernier). Je continue à m'occuper de ce site, mais beaucoup
moins activement (Je commence doucement à me préparer à la retraite,
hé,hé,hé...).

Je suis assez sentimental : mon coeur s'est serré quand j'ai découvert
avec horreur à Emmaüs Hédé un trentaine de PC en tas sous la pluie au
milieu d'une cour, même si ce n'étaient que de vulgaires 486!

Le monde des logiciels libres m'intéresse, parce que j'ai l'impression
d'y retrouver l'esprit d'entraide et de liberté individuelle du monde
associatif. Et puis, habitué depuis toujours à savoir ce que font mes
machines, je n'aime ni entendre un disque dur mouliner tout seul sans
intervention de ma part, ni constater qu'un processus veut se connecter
à l'internet sans que je sois à l'origine de la demande. Parano ?
Probablement ! :-)

Pardon d'avoir été si long. J'en viens à Gulliver, mais ça va être aussi
long et aussi HS...


David MENTRE a écrit :
> Plus j'y pense, plus je me dis que, vu la dynamique actuelle de l'asso


Il me semble que la question de fond a été posée ici par Karl il y
a quelques semaines, et je n'ai pas vu de réaction : il faut commencer
par préciser exactement ce qu'on veut faire ensemble, puis en fonction
des objectifs définis, se donner les moyens, quitte à réduire un peu les
ambitions sur les objectifs dans un premier temps, si les moyens
disponibles ne sont pas suffisants.

Quand je parle de se donner les moyens, je veux dire qu'il ne faut miser
à priori que sur les moyens dont on peut disposer à coup sûr ( =
cotisations), et pas sur les moyens hypothétiques qui pourraient se
manifester miraculeusement (cadeaux, héritages, loterie nationale,
subventions). Gulliver ne me semble pas beaucoup sensibilisé à cet
aspect pratique (et pourtant vital).

J'ai eu envie d'écrire ce message après avoir entendu ce matin sur
Radio-Armorique un président d'association passant une petite annonce
en espérant qu'un auditeur allait lui fournir un local gratuit dans
Rennes. Il ne faut pas rêver ! Il y a à Rennes plusieurs dizaines
d'associations qui espèrent que la mairie va leur fournir un local, des
subventions, voire du personnel. Vu le prix de location des locaux sur
Rennes et le coût du personnel, j'imagine difficilement la municipalité
augmenter indéfiniment les impôts locaux pour pouvoir les
loger/financer/faire fonctionner toutes.

J'ai lu ici qu'on avait parlé de l'OSCR en vue d'obtenir des
subventions. Je pense que l'inscription est à faire, mais pas pour les
subventions, qui seront faibles. Je crois que la mairie n'aide que les
associations "viables" (c'est à dire qui peuvent continuer à fonctionner
sans changement notable si on leur coupe brutalement la subvention
municipale), à l'exception bien entendu des associations dont l'objectif
est le "social".

A mon avis, l'intérêt de cotiser à l'OSCR est de bénéficier (en payant)
de services "mutualisés".
Si Gulliver a besoin d'un local périodiquement (par exemple une soirée
par mois ou par semaine - je pense que ce serait une bonne idée d'avoir
un calendrier fixe), il est possible de louer une salle à un tarif
raisonnable à la maison des associations, sur le Champ de Mars. Cela va
de la salle de cours pour 15 personnes à l'amphithéatre de 200 places.
Il vaut mieux louer à 100 ou 150F la soirée, plutot que payer au minimum
2000F/mois pour un local qui restera vide la plupart du temps.
Je ne me suis pas renseigné depuis longtemps, mais cela ne m'étonnerait
pas que l'on puisse également louer du matériel (vidéo-projecteur, par
exemple). De mémoire, à la Maison des Sports de Villejean, la location
d'un vidéo-projecteur était facturée 150F/soirée l'an dernier.
Je sais que certains hurlent à l'idée de dépenser 100 ou 150F en une
soirée "pour rien". Et pourtant, c'est la solution la plus pratique et
la plus économique. D'accord, il faut que la douzaine de
participants se prive chacun d'une bière/limonade/ti'punch après la
séance... :-)

> et l'état de ses finances, on ne devrait pas acheter de matériel.
> contre, ça ne nous empêche pas d'acheter du matos dans un avenir plus ou
> moins proche pour le futur Lilliputer si ça se concrétise.
> 
> Un Lilliputer, avec un Gulliverix dessus, ce serait sympa. :)

Je crois que, dans une association, les gens doivent être responsables,
et qu'il faut qu'ils s'impliquent, au moins financièrement. Pour la
plongée, les licenciés doivent avoir leur propre matériel (combinaison,
masque, palmes) et l'association mutualise les matériels "lourds"
(bouteilles de plongée, compresseur, chalutier), matériels qui ont
été/sont financés à plus de 90% par les cotisations des adhérents passés
ou présents.

A ce sujet, il est habituel et admis qu'une association ait un "droit
d'entrée", c'est à dire une somme à payer en plus de la première
cotisation. Cela rend compte de la réalité qui est que, lorsqu'un
adhérent rejoint une association qui tourne depuis un moment, il
bénéficie immédiatement de matériels/services qui ont été mis en place
grâce aux efforts/cotisations de ceux qui l'ont précédé. Ce droit
d'entrée correspond à sa participation au travail fait avant son
arrivée. A partir du moment où le droit d'entrée a été payé, la personne
est, et restera membre de l'association, jusqu'à sa démission ou sa
radiation. Il faudra qu'elle acquitte chaque année la cotisation pour
rester "membre actif" (et les status peuvent prévoir la radiation pour
cause de non-paiement de la cotisation, mais là je deviens vraiment HS).

Je trouve donc normal que chaque adhérent ait son propre matériel. Je ne
sais pas ce qui, dans les objectifs de l'association, justifie que
l'association possède du matériel. Peut-être les démonstrations pour le
public ? Ou bien on pourrait imaginer une tour de duplication de CD de
distributions (mais attention aux aspects fiscaux de la vente ou de la
prestation de service). Si du matériel doit être acheté, la cotisation
des adhérents doit être calculée afin de permettre l'achat en commun de
ces matériels (éventuellement avec un crédit bancaire si l'association
ou un de ses représentants peut présenter des garanties. NB: il est
fortement déconseillé à un dirigeant de se porter caution sur ses biens
propres des dettes de l'association).

Je ne sais pas combien il y a d'adhérents officiels à Gulliver.
Qu'est-ce ça donnerait comme budget de fixer un droit d'entrée à disons
250F (prix d'une distribution) + une cotisation annuelle à disons 150F 
(quelques soirées cinéma/beuverie) ?

Amicalement,

Michel