[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] GPL


From Arnaud <afouquaut at skamp-zo dot org>
Subject Re: [gulliver] GPL
Date Mon, 03 Nov 2008 23:09:10 +0100

Salut:))

Florent Monnier a écrit :
> Dans le cas d'une photo, la photo elle même est le fichier source.
> [...]

Non, c'est faux !

La photo est bien souvent du jpg ou autre. C'est un dérivé de l'image
source, qui, elle, nécessite d'accéder physiquement à l'appareil photo
(cela porte un nom de fichier spécial, souvent assimilé au « raw » je crois)

Bref, ton jgp est donc bien souvent assimilable à un binaire ou un
exécutable pour un logiciel. Et ce d'autant plus si tu fais des modif
après comme tu dis (redimentionnement etc etc)

> Dans le domaine musical, il y a aussi le cas d'un enregistrement. Mais ça 
> revient au même cas que la photo ou la peinture scannée. La source est alors 
> le fichier d'entrée dans le monde numérique. Dans ce cas là on a alors le 
> même problème si on fait l'impasse sur la notion de fichier source. C'est à 
> dire une oeuvre musicale qui aurait été produite par un logiciel et dont il 
> existe un fichier source. Là encore une licence qui ne parle pas de fichier 
> source ne requièrera pas la distribution de ce fichier source. Ce qui est 
> alors un non sens si on souhaite appeler ça du Libre.

Dans la musique, le source est assimilable à une partition.

La plupart des musiques « libres » ne sont pas accompagnées de partitions.

Ça ne les empêche pas d'être libre. D'ailleurs, je ne connais pas de
licence applicable à la musique qui impose la transmission de la
partition avec la musique (il y en a probablement mais je doute qu'elles
soient très utilisées ... surtout pour des musiques récentes où les sons
ne sortent pas forcément d'un instrument de musique, au sens classique
du terme).

> La GPL définit cette notion de source :
>  """
>   The "source code" for a work means the preferred form of the work for
>   making modifications to it.
>  """
> 
> La GPL en parle, et la LAL en fait l'impasse.

Non, elle ne fait pas l'impasse :

  * La LAL ne t'impose rien (elle en parle pas donc tu es libre de faire
ce que tu veux : rien ne t'empêche « d'aller plus loin » et de donner
tes positions géographiques avec ta photo si tu le souhaites)

  * La GPL t'impose des trucs en plus des libertés fondamentales (qui ne
sont pas en contradiction avec les libertés fondamentales, ce qui lui
permet de rester une licence libre)

> Car je le rappèle on s'est tous entendu pour définir les 4 Libertés parmis 
> lesquelles il y a la liberté d'étudier le source.

Selon les statuts de Gulliver en date du 17 novembre 2007, « Une œuvre
est dite libre si toute personne qui la possède a le droit : [...]
    * de l'étudier ;  »

L'étude du code source n'est pas une obligatoire pour qu'une œuvre soit
libre selon les statuts actuels de Gulliver.

> Si une licence ne spécifie pas la distribution des sources comment peut-on 
> parler d'oeuvre Libre ?
> Car si la licence ne parles pas de source il devient possible d'en faire la 
> rétension.

Tout à fait.

C'est pourquoi certaines licences libres (notamment des licences libres
portants sur des biens logiciels), imposent **en plus** la distribution
du code source.

Sinon, il ne peut pas y avoir de photographie libre.

a+
-- 
Arnaud Fouquaut
<http://arno.skamp.eu.org>
.