[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: SOS lpr


From "Ludovic Boisseau" <ludal at tuxfamily dot org>
Subject Re: SOS lpr
Date Wed, 7 Nov 2001 12:10:44 +0100

> > De façon plus générale la gestion des packages avec RPM me paraît
> > parfois (souvent ?) un peu aléatoire.
> > Le systeme DEBIAN est-il plus fiable ?

> Franchement non, (enfin dans mon expérience).
> J'ai vu un jour un message de manque de dépendances sur les fichiers:
> dpkg,
> dselect
> (dépendances manquantes). Alors que j'étais en train de m'en servir
pour
> installer des packages.

Pour avoir testé pendant deux ans en parallele la Debian unstable, une
Mandrake et deux RedHat, je peux affirmer que le système de packages
Debian est le plus souple et le mieux pensé. En effet, les packages RPM
dépendent tous plus ou moins de la GLIBC et à un moment ou a un autre,
si vous désirez installer un nouveau package, celui-ci dépendra d'une
version de GLIBC que vous ne possédez pas. Or, l'experience montre que
sur RedHat ou Mandrake, une upgrade de GLIBC ne se passe jamais bien
(j'ai essayé trois fois, j'ai eu trois échecs avec des méthodes
différentes). Sur Debian, je n'ai pas rencontré ce genre de problème,
toutes mes upgrades se font bien passées.

Autre point fort de Debian, le système APT. Celui-ci automatise la
récupération des descriptions et des packages, permet de rechercher un
package en fonction de sa description ou de son contenu, et permet
d'installer un package sans avoir à passer par l'étape "récuperation du
package et de ses dépendances"... Un exemple ? Pour installer DDD, alors
qu'on est relié à internet mais qu'on a pas le package ni les
dépendances, un "apt-get install ddd" suffit. APT va regarder quelles
sont les dépendances de DDD, il va télécharger lui-même tous les
packages nécessaires, il va les installer (dans le bon ordre) et les
configurer. C'est quand même plus efficace que le couple RPM/RPMFIND...

Avis aux détracteurs de la Debian qui avaient connu le tristement
célèbre dselect : sachez qu'avec APT, les choses sont bcp plus simples,
et que vous pouvez donc oublier complètement dselect.

Enfin, pour ceux qui ont des problèmes de dépendances avec les .DEB (ça
arrive dans de rares cas, j'avoue), un outil fait des merveilles :
deborphan. Il permet de connaitre les dépendances orphelines, et donc de
supprimer les packages inutiles. Enfin, parfois, un "apt-get -f install"
permet de débloquer les choses.

Certes, le système debian peut paraitre austère, mais il est en fait
très puissant. C'est pour cela que je conseille Debian aux personnes qui
veulent installer une distrib Linux "pour durer", afin d'éviter d'avoir
à tout reinstaller (puisque l'upgrade de GLIBC est impossible sur
RedHat) pour profiter des derniers packages RPMs. Certes, la phase
d'install n'est pas graphique, et selon certains, elle est moins
conviviale que l'install d'une RedHat 5.2 (certaines parties de
l'install n'utilisent même pas CURSES pour l'interface en mode texte).
Mais une fois cette étape franchie, la mise à jour de la débian est un
jeu d'enfant. Dernier avantage : alors que RedHat et MDK misent sur la
convivialité (interface graphique à gogo), Debian mise sur la facilité
d'administration à distance : tous les outils d'admin sont en mode
texte, ce qui est bien sympa pour ceux qui accèdent en SSH (via putty ou
TeraTerm) à leur machine distante, qu'elle soit à 100 mètres ou à 1000
Km...


A+

        Ludal

--
Ludovic Boisseau <ludal at tuxfamily dot org>
http://www.esil.univ-mrs.fr/~lboissea