[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] Maturité du libre


From Frederic Lehobey <Frederic dot Lehobey at free dot fr>
Subject Re: [gulliver] Maturité du libre
Date Fri, 9 Mar 2007 19:40:33 +0100

Salut,

On Fri, Mar 09, 2007 at 06:23:40PM +0100, David MENTRE wrote:
> Frederic Lehobey <Frederic dot Lehobey at free dot fr> writes:
> 
> >   Ne croyez-vous pas qu'il est plus astucieux (le logiciel libre est
> > basé sur un usage astucieux du droit d'auteur) de faire jouer les
> > pratiques commerciales et de donner la plus grande publicité aux
> > revendeurs de machines nues (ce que je fais) plutôt que d'aller
> > dépenser son énergie (et celle d'autres dans la foulée) dans des
> > problèmes que l'on crée soi-même.
> 
> Je ne suis pas d'accord. Je pense aussi que la vente de machine nue est
> très marginale,

  Hmmm. J'en doute (mais je n'ai pas de chiffres). C'est pour cela que
Leclerc se met à le faire ? (Dell aussi, mais ce n'est pas accessible
aux particuliers.)

>                 en tout cas pour les machines portable. Et que pouvoir
> acheter systèmatiquement une machine sans OS serait une très bonne
> /promotion/ du libre.

> Frédéric, je propose que l'on approfondisse cette discussion au prochain
> CA (j'ai ajouté un point à l'ordre du jour). Et ce serait bien que les
> participants à cette « discussion » ;-) soient présent au prochain CA.

  Comme d'hab., la question en CA n'est pas seulement est-ce qu'on le
fait ? Mais d'abord qui le fait ? Et là, on n'a jamais vu personne...
(Signer une pétition n'est pas faire une action.)

> >> Windows. Soit dit en passant, acheter un portable muni directement d'une 
> >> distribution Linux relève un tantinet soit peu de la croix et de la 
> >> banière pour le consommateur lambda.
> >
> >   Ah, vous êtes en croisade. Moi je ne cherche que la liberté pour le
> > consommateur.
> 
> Pour bien te connaître, je sais que tu appliques certaines décisions en
> poussant les arguments à fond. Mais tous le monde n'a pas la volonté de
> suivre ton chemin ni seulement l'envie. Et je ne soutiens pas ton
> attitude de rejet des personnes qui pensent différement de toi. La

  Attention à ne pas glisser de la critique des approches / objets /
choses / institutions aux personnes. Je ne rejette personne. Je
critique certaines approches (la « détaxe ») qui me semblent
vaines. Voire certaines institutions (comme la FSFE) qui me semblent
trompeuses.

> démocratie, c'est d'abord et avant tout le *débat* (et donc le respect
> de l'autre).

  Pour débattre, il faut aussi s'exprimer. Si la pensée unique c'est
« Gulliver est pour la détaxe donc vos gueules » (la caricature du
message de Philippe Coval) alors, c'est sans moi. Une connerie reste
une connerie même si tout le monde la répète.

  L'enfer est pavé de bonnes intentions.

> >   Les standards sont de l'ordre du commerce (le consommateur est roi,
> > non ?). Les « standards » n'ont d'autre légitimité que celle du
> > marché.
> 
> C'est pourquoi il faut influer sur le marché.

  En votant avec ses pieds.

> >> Et cela dépasse la seule défense du consommateur, car c'est aussi la 
> >> défense du libre. Et non pas un attaque délibéremment dirigée contre 
> >> Microsoft, par exemple, ou la FNAC. La défense du libre passe par 
> >> l'intérêt que les gens ont dedans.
> >
> >   Je ne comprends pas. (On dirait du Raffarin.) Gulliver n'est pas une
> > association de « défense » du libre (et par qui donc serait-il attaqué ?)
> > mais de _promotion_ du libre. Je continue à constater que vous avez
> > besoin de vous trouver des ennemis pour avancer.
> 
> Et moi, je trouve que tu joues trop souvent sur les mots et que ça en
> devient stupide.

  Non. Je suis gavé de tous ce types qui veulent nous emmener dans
leurs « combats ». Ce n'est pas l'objet de Gulliver (ou alors je me
suis trompé d'association).

> >   Justement, résolvons les problèmes là où ils sont (les handicaps
> > techniques, professionnels, consuméristes que vous évoquez) plutôt que
> > d'en créer là où il n'y en avait pas (judiciarisation pusillanime de
> > la vie courante « à l'américaine »).
> 
> Et quel autre moyen proposes-tu pour faire pression sur les
> constructeurs ? Voter avec ses pieds ? Mais les gens qui utilisent du
> libre ont un poid économique marginal. Même si tous ceux qui font du
> libre achètent le seul portable sans OS d'un vendeur, ça jouera sur la
> virgule des chiffres de vente des autres vendeurs.

  Je crois que tu sous-estimes la réalité :

    http://www.theinquirer.net/default.aspx?article=37799

> >   Non. Les entreprises adoptent ce qui est le meilleur pour elles.
> 
> Mouais, tu es sûr de ce que tu dis ? :-)

  Elles ont peut-être des critères qui sont les leurs et ne sont pas
forcément rationnels. Mon idée est qu'une entreprise qui fait la
décision rationnelle du logiciel libre (quand c'est pertinent) en tire
_forcément_ un avantage concurrentiel.

> > Nous pensons que c'est le cas des formats ouverts. À nous de le
> > démontrer par l'usage (et non par la force).
> 
> Le but de détaxe n'est pas de forcer à avoir du libre, mais de forcer à
> avoir le choix.

  Tu l'as déjà ce choix. Faire croire que tu ne l'as pas est une
mentalité de « looser » qui passe son temps à se plaindre et pourrir
la vie du reste du monde (et demande encore plus de lois et de
règlementations). Seulement, ce choix te coûtera certainement plus
cher que le prix du marché de masse. Mais qui a dit que le libre était
gratuit ?

> > Pourquoi n'existe-t-il toujours pas une norme
> > d'échange de documents ?
> 
> [HS] Parce que les personnes en position de prise de décision ne savent
>      pas ce qu'est un mulot et n'ont aucune formation technique ou
>      scientifique. 
> [/HS]

  Ah. Vrai. Ça, c'est un problème à résoudre. Tu es candidat ?  :-)

> >   Pourquoi donc ? Je suis totalement satisfait des excellents services
> > que me fournit http://bahn.de. Vous aurez compris que je suis un très
> > grand adepte du « vote avec mes pieds ».
> 
> Malheureusement pour toi et pour pas mal de monde, tu es le seul à le
> faire (non, je sais, il y en a au moins un 2e sur gulliver@ ;-). 

  Mmmmm. Je préfère que nous soyons plus nombreux à le faire
(« utiliser le libre, c'est le promouvoir ») plutôt que d'aller
pleurer auprès de tiers pour dire que nous sommes des malheureux
persécutés par le grand Kapital. (Et cela n'est même pas vrai : le
marché, c'est « nous » !)

> >   Non. Il ne faut pas les « convaincre ». Il faut que ce soit
> > vrai. Travaillez-vous sur l'ergonomie et la traduction des logiciels
> > libres ?
> 
> Et alors ? On n'a pas besoin de traduire des softs pour en faire la
> promotion. Pendant des années, j'ai fait la promotion du libre dans
> Gulliver sans jamais avoir participé à un projet libre.

  Ma liste n'était pas limitative. Signaler une amélioration possible
aux auteurs d'un logiciel libre qu'on utilise est aussi une importante
contribution.

> Bon, j'arrête là, il n'y a déjà plus personne qui lit cette
> discussion. :-)

  Si : je suis arrivé jusqu'au bas de la page.

Librement,
Frédéric