[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] Ordinateurs nus


From Yziquel Guillaume <guillaume dot yziquel at free dot fr>
Subject Re: [gulliver] Ordinateurs nus
Date Fri, 09 Mar 2007 14:12:25 +0100

Frederic Lehobey a écrit :
On Fri, Mar 09, 2007 at 11:39:14AM +0100, Yziquel Guillaume wrote:

Enfin bon. Pour rester dans le cadre de la charte, je tiens juste à préciser que la FSFE cherche actuellement à collecter tout type d'information quant à la difficulté de se faire rembourser le coût d'un logiciel propriétaire pour les personnes souhaitant acheter un ordinateur nu ou muni d'un OS libre.

Aucune difficulté pour acheter un ordinateur nu :


http://gulliver.eu.org/wiki/VendeursLibres

  On m'a dit hier que le Leclerc de Cleunay ne mettait à la vente de
machines d'assemblage sans système d'exploitation (je n'ai pas
vérifié). Quelqu'un a plus d'infos ?

  Pourquoi acheter un système d'exploitation propriétaire pour se le
faire rembourser ? Cela relève de la perversion la plus sadique. Nos
tribunaux ne sont pas assez remplis de contentieux ? (La justice est
payée par la collectivité.)

On peut y revenir sur le coût de la justice, faible par rapport aux autres pays européens. Mais je crois que votre remarque relève de gulliver-troll. Je passe l'éponge sur vos qualificatifs vénimeux. Je tiens juste à préciser que je ne trouve pas très "suisse", pas très "démocratie (semi)-directe", la mentalité qui consiste à dire que nous payons déjà trop de frais de justice et qu'il faut donc plutôt laisser se développer l'impunité et les pratiques commerciales abusives.


Je ne dis pas qu'il n'est pas possible d'acheter un PC nu, ni qu'il faille absolument acheter un ordinateur pour se faire rembourser l'"OS" Windows. Soit dit en passant, acheter un portable muni directement d'une distribution Linux relève un tantinet soit peu de la croix et de la banière pour le consommateur lambda.

Je dis juste que le comportement de la grande distribution, en plus d'être méprisant, comme vous l'avez vous même remarqué, impose des surcoûts en temps de recherche de produits, de déplacements, d'absence d'économie d'échelles, qui déforme articificiellement le marché au profit d'un quasi-monopole. Cela, qu'on soit communiste ou ultra-libéral, est choquant, illégitime et probablement illégal. La nuisibilité ne consiste pas uniquement en une simple distortion du marché, mais aussi en la consolidation de standards n'ayant pas de légitimité technologique. Ce qui est encore une distortion.

Je vous rappelle, Monsieur Lehobey, que vous êtes peut-être un modèle, mais sûrement pas le consommateur moyen sur le comportement duquel se construisent les argumentations commerciales et juridiques en matière de distortion de marché.

Mais je crois que beaucoup sont au courant, sur cette liste. L'êtiez-vous, Monsieur Lehobey ?

Il est donc important de faire la démarche de demander à la distribution de vendre des ordinateurs nus (ou avec Linux), et ce sans, avec une baisse substantielle de prix. Et ceci, ne serait-ce que pour prouver (et oui, nous sommes dans un droit qui a le culte de la preuve, belle démocratie française) l'existence de pratiques anti-concurentielles.

Alors, ce n'est pas exactement une problématique technique du logiciel libre, et je vous invite à vous sentir libre de rediriger cela vers gulliver-troll.

Et cela dépasse la seule défense du consommateur, car c'est aussi la défense du libre. Et non pas un attaque délibéremment dirigée contre Microsoft, par exemple, ou la FNAC. La défense du libre passe par l'intérêt que les gens ont dedans.

Alors évidemment, votre intérêt, Monsieur Lehobey, est pur, tendance cathare. Mais pour beaucoup de gens, que vous négligez, Monsieur Lehobey, l'intérêt se couple à des handicaps, certains techniques, d'autres professionnels, d'autres consuméristes.

Sans attaquer délibéremment X ou Y, il est plutôt raisonnable de chercher à mettre de l'huile dans tout ce qui peut promouvoir le logiciel libre.

- les standards ouverts, et les faire progressivement adopter par les pouvoirs publics, par exemple, par les entreprises,

- convaincre l'état et les associations de consommateurs qu'il est quand même mieux que les applications billettiques, par exemples, fonctionnent de manière ouverte, à défaut de libre, (je pense avec douleur au site de la SNCF),

- convaincre les gens que les logiciels libres ne sont pas anti-ergonomiques, surtout à l'heure où ils vont débourser du pognon pour Vista, pour une "valeur ajoutée" faible (KDE est tout aussi "joli" et moins gourmand),

- convaincre les entreprises de l'intérêt du logiciel libre, surtout les petites qui peuvent y voir un moyen d'y établir une concurrence réelle qui puisse leur être finalement profitable,

- convaincre les fabriquants qu'ils n'ont pas intérêt à enfreindre la GNU GPL, juridiquement,

- convaincre la grande distribution qu'elle a plus à perdre qu'à y gagner en vendant l'ordinateur de manière liée avec Windows,

- convaincre les consommateurs qu'ils ont tout à gagner à réclamer, par des moyens juridiques entre autres, l'ouverture à la concurrence de ce marché essentiellement captif,

- convaincre les pouvoirs publics qu'ils ont tout intérêt à favoriser le libre choix entre propriétaire et libre.

Le libre n'est pas qu'une problématique technique. C'est une problématique qui, que vous le vouliez ou non, a de multiples répercussions juridiques et politiques. Les négliger, comme vous le faite, est grave.

Pour être bien clair: ce n'est pas parce que je suis politisé que je cherche à promouvoir le logiciel libre (quoique,...), mais parce que je cherche à promouvoir le logiciel libre que je CONSTATE les répercussions juridiques et politiques. Et il faut les traiter. La page sur Youtube, que je vous avais communiquée, mentionne des problématiques actuelles.

Cumuler des informations, recouper les pratiques, standardiser le processus de réclamation, si possible à l'échelle européenne, est quelque chose qui importe, à fin de faciliter la vie, l'utilisation et l'essort du Libre.

C'est faux. (Voir gulliver-troll.)

Je n'ai pas décelé d'argumentation convaincante, mais seulement une succession de dénigrements gratuits. Je vous demande juste de prendre le temps, ce soir, de réflechir, de construire quelque chose d'argumenté, de progressif, qui se prête à la critique constructive.


C'était mon opinion, mais j'ai compris que le modérateur n'est pas d'accord. Elle continuera donc sur gulliver-troll, si elle continue.

Quel modérateur ? La liste gulliver n'est pas modérée. Chacun applique son intelligence et son libre arbitre.

Je constate seulement que vous considérez que la discussion qui me semblait pertinente se doit d'être reporté sur gulliver-troll. La liste gulliver sait que cette discussion continuera sur gulliver-troll, si elle continue. C'est tout ce qui importe.


Cela dit, je n'ai aucun problème d'ordre personnel avec Monsieur Lehobey, que je ne connait qu'à travers la lecture des listes de Gulliver.

Je ne connais Monsieur Yziquel que par la lecture de ses attaques personnelles et de ses trolls.

Veuillez me citer une attaque personelle qui ne soit pas une conséquence directe de votre comportement. Je ne considère par ailleurs pas qu'il s'agisse d'attaques personnelles.


J'invite les lecteurs à m'informer (publiquement ou de manière privée) si ils considèrent que je me suis comporté de manière indigne.

Librement,
Frédéric

Je vous laisse la responsabilité de rediriger cette discussion sur gulliver-troll, puisque, comme vous l'avez affirmé, "chacun applique son intelligence et son libre arbitre". Je considère que cela a sa place sur gulliver, et si vous répondez sur gulliver-troll, je répondrai sur gulliver-troll, en respectant votre volonté.


Voilà.

Bon après-midi, Monsieur Lehobey.

Expirez fort.

Guillaume Yziquel.