[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] P2P


From pouik <pouik at zeppoo dot net>
Subject Re: [gulliver] P2P
Date Fri, 17 Mar 2006 14:05:37 +0100

nono a écrit :
Comme vous avez pu le constater, nos politicus-arrogantus ont voté la loi interdisant de mettre à disposition des logiciels permettant le piratage.

Enfin ceux de l'ump !

Des MOUTONs d'artistes ont suivi et même participé au lobbying des majors, soit parcequ'ils sont à la botte de ces majors, soit (et là c'est pire) leur QI ne leur permet pas de comprendre les enjeux. Dans le domaine musical, les artistes qui déposent leurs oeuvres sur "jamendo" pour se faire connaître sont en danger si on ne peut plus utiliser de P2P.
Je penses que c'est pas vraiment que les artistes soit vraiment des moutons(du moins les 3/4), mais simplement qu'ils ne comprennent rien à ses histoires. Pour preuve une citation de Renaud qui s'exprimait sur le telechargement:

/"Y'a deux ans (et encore aujourd'hui) je savais pas ce qu'était le "téléchargement" légal ou pas, le peer to peer, la différence entre graver, télécharger, pirater, Virgin m'a embobiné avec le droit d'auteur et la protection de l'oeuvre face au piratage informatique ou j'sais plus quoi, à c't'époque en plus j'en avais rien à foutre de rien, alors ma photo avec celle de Françoise Hardy pour dire "restons (ez) dans la légalité" excusez-moi mais j'ai cru bien faire. Pas pour les majors en tous cas, ni pour moi précisément, pour... je sais pas quoi... Une connerie, çA VA ! J'ASSUME ! Après quelques temps ma fille est arrivée à la maison, m'a glissé un cd de Keane dans mon ordi, je savais même pas qu'on pouvait , j'vous jure, j'avais cet ordi depuis peu, m'a ouvert iTunes que j'avais jamais ouvert et j'me suis retrouvé avec un disque que j'aimais, que j'avais pas eu à me faire ch... à aller acheter et que je pouvais écouter quand je voulais (je l'ai d'ailleurs écouté au moins une fois depuis...) j'ai donc dit chez Ruquier qq mois plus tard que c'était cool, que ma môme le faisait et moi aussi... Je sais même toujours pas si ce jour-là j'étais dans l'illégalité.../"

Anthony