[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] Acrobat reader imposé par la fonction publique


From Stéphane Écolivet <stef at linux-france dot org>
Subject Re: [gulliver] Acrobat reader imposé par la fonction publique
Date Wed, 25 Jan 2006 09:57:47 +0100

On 1/24/06, launay <pierre dot launay at ac-rennes dot fr> wrote:

> Ma compagne vient de s'inscrire à un concours de la fonction publique
> avec préinscription par internet.
<CUT>
> La téléprocédure mise à votre disposition par le CNFPT pour la
> pré-inscription au concours nécessite obligatoirement la possibilité de
> téléchargement d'un fichier au format PDF.

C'est assez mal formulé : la possibilité de télécharger un fichier
dans un format quelconquee est, certes, nécessaire, mais je doute
qu'elle soit suffisante. Par exemple, je suspecte que la possibilité
de lecture du format PDF est nécessaire...

> Dans le cas contraire, vous devez :
> - Soit installer Adobe(c) Acrobat(c) Reader(c) sur votre ordinateur et
> recommencer le test.

Cela est impossible sur mes deux machines qui sont pourtant récentes (PPC/Linux
et PXA/Linux) : Adobe ne fournit pas de telles versions. Je n'ai pas
pris en considération mon Oric Atmos.

> - Soit essayer d'un autre poste de travail extérieur à votre réseau actuel.

Ben voyons !

> Commencer la téléprocédure suppose que ces lignes ont été lues avec
> attention et que votre poste de travail est compatible avec les
> exigences techniques de cette téléprocédure.
> Toute réclamation à caractère technique liée au téléchargement du
> dossier de pré-inscription ne pourra être étudiée.

La marche à suivre est donc très simple. L'administration ne peut être
attaquée pour ses choix naïfs de "téléprocédure" (tiens, je croyais
que l'administration française avait l'obligation de communiquer en
français: http://www-rocq.inria.fr/qui/Philippe.Deschamp/RETIF) car
il s'agit d'une possibilité supplémentaire par rapport à la procédure
classique (formulaires papier+stylo). Par contre, elle le fait pour
diminuer sa charge de travail en en transférant une partie sur
l'usager (saisie, stockage dans une base de données, etc.) et en
espérant à terme n'avoir que la version en ligne (ce qui serait
aujourd'hui illégal sur la base de discrimination d'accès au service
public, entre autres).

> Vous remarquerez à la fin : "Toute réclamation à caractère technique
> liée au téléchargement du dossier de pré-inscription ne pourra être
> étudiée."

Conséquence logique : il ne faut pas utiliser le service d'inscription
en ligne qui, de plus, ne semble pas offrir toutes les garanties de
sérieux attendu par les usagers, en particulier
la non-répudiation de l'inscription.

> Aucune réclamation possible.

C'est la même différence que l'envoi d'une lettre simple et d'un
courrier recommandé
avec accusé de réception...

> Bonjour la liberté.

Au contraire, tu as la liberté de choisir entre deux systèmes
d'inscription: l'un fiable et l'autre, celui-qui-marche-peut-être.

> Si quelqu'un connait un site qui dénonce de telle méthode merci de me le
> communiquer.

La seule dénonciation que je pense utile est celle de la qualité de
l'information délivrée à l'usager au début de la procédure
d'inscription en ligne, en particulier l'absence de rappel de la
possibilité d'inscription classique. Les choix techniques ne sont
certes pas optimum mais je doute fortement que mon Oric Atmos 48K
connecté au réseau via son modem ne soit jamais exclu de ce genre de
procédure... Sur cet aspect, il s'agit certainement plus d'un problème
d'éducation où un gentil dialogue (avec les bonnes personnes) a plus
d'effets qu'une bonne gueulante.

Un autre aspect, afin de ne pas être complétement hors-sujet, concerne
la politique de définition des pré-requis techniques minimaux que
l'administration devrait respecter pour l'ensemble de ses procédures
en ligne. L'usager devrait avoir accès à une information claire avant
qu'il ne s'équipe. Gulliver pourrait avoir une action sur ce sujet.

Amicalement,
--
Stéphane