[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] develloper le libre


From Philippe Revault <phrevault at tele2 dot fr>
Subject Re: [gulliver] develloper le libre
Date Thu, 01 Feb 2007 10:52:55 +0100

Jocelyn Aznar wrote:

>
>
> 2007/2/1, Philippe Revault <phrevault at tele2 dot fr
> <mailto:phrevault at tele2 dot fr>>:
>
>     Alan Le Marec wrote:
>
>     >"67. La loi DADVSI sera abrogée. Une plate forme publique de
>     >téléchargement permettra la mise à disposition de créations
>     librement
>     >téléchargeables et la rémunération des créateurs par une mise à
>     >contribution des fournisseurs d'accès et des opérateurs de
>     >télécommunication notamment.
>     >
>     >
>     >
>     Il s'agit donc de mutualiser la rémunération des créateurs,
>     n'est-ce-pas ?
>     C'est-à-dire de faire payer à tous les abonnés des FAI une somme
>     destinée à rémunérer les oeuvres téléchargées par une partie d'entre
>     eux. Un peu comme sur le modèle de la taxe sur les CD vierges.
>     Je n'apprécie que modérement parce que je me demande pourquoi le
>     mécénat
>     induit par ce système devrait opérer indépandamment de la
>     considération
>     de la qualité de de l'oeuvre créée.
>
>     PhR.
>
>  
>  
> Je trouve que tu y vas un peu vite sur ton jugement, on ne sait
> pas comment sera fait cette plateforme et surtout la rémunération.
> Peut-être que la rémunération se fera sur la base du nombre de
> téléchargement, ou d'un vote pour ses artistes préférés. Si quelqu'un
> a plus d'informations, je suis preneur.
>
>  

je reprends donc la phrase du texte proposé et ma remarque qui concerne
l'origine du financement et non sa redistribution :

>...et la rémunération des créateurs par une mise à
>contribution des fournisseurs d'accès et des opérateurs de
>télécommunication notamment.

La mise à contribution des FAI se traduit économiquement par un
prélévement sur le chiffre d'affaire et donc in fine par la contribution
de celui qui paye son abonnement au FAI. Donc il y a mutualisation de la
ressource au profit d'un nombre plus restreint de producteurs de
contenus et de gens qui les téléchargent . Ce qui me choque là-dedans
c'est que cette mutualisation s'opère au profit d'un produit qui n'est
ni un service public, ni une forme de solidarité sociale.