Le pour et le contre --- commentaire de Jake Hamby

Date : jeudi 7 mai 1998, 17:20:00 -0700 (PDT)

Salut,

J'ai lu votre article en suivant un lien depuis le document principal de Red Hat. Il est un peu technique par moments, mais reste une très bonne collection d'analyses originales et de liens vers d'autres articles.

Heureusement, dans mon travail à la société JPL comme à la maison, j'ai la possibilité de choisir Unix ou Windows selon mes besoins du moment. C'est aussi le cas de mes deux co-locataires et en réalité, notre appartement utilise une machine sous le système FreeBSD, connectée à notre modem sur le câble (successeur d'un modem analogique de vitesse 56k), pour servir tous les ordinateurs personnels de type PC (sous les systèmes MS-Windows, Linux, et BeOS) partageant fichiers et imprimante et, ce qui est plus important, une mascarade de protocole de l'Internet transparente. Avec la multiplication des foyers et des petites entreprises confrontés au problème de devoir gérer plusieurs ordinateurs tout en ne disposant que d'une unique adresse IP sur l'Internet, il faut savoir que Linux et FreeBSD proposent tous deux cette spécificité (qui donne aux autres ordinateurs l'impression de disposer d'une connexion directe sur l'Internet sans logiciel particulier agissant par procuration (proxy), alors que cela était jusqu'à il y a peu difficile à réaliser quel que soit le prix que le demandeur était prêt à débourser sous MS-Windows. J'ai récemment découvert que la société des logiciels « trompette » (Trumpet Software) (http://www.trumpet.com.au/) propose un partagiciel nommé FireSock pour MS-Windows qui propose une mascarade de protocole de l'Internet, aussi la situation évolue-t-elle, mais comme d'habitude, Unix propose plus de fonctionnalités (testées, matures, et robustes) proposées gratuitement avec le système d'exploitation que MS-Windows NT ne fera jamais.

Il m'est également très utile de pouvoir me connecter à cette machine sous le système FreeBSD où que je sois (en utilisant le programme ssh pour plus de sécurité, qui chiffre mes sessions).

Je passe maintenant à une critique constructive et à quelques liens, et j'espère qu'ils vous plairont.

D'abord, ceux qui souhaitent une parcelle (à défaut de la totalité) de la puissance d'Unix sous MS-Windows (95 et NT), peuvent jeter un oeil à U/WIN. Cela propose le shell ksh, toutes les commandes habituelles sous Unix, et, cerise sur le gâteau, une couche API de type Unix presque complète, ce qui rend plus facile la compilation de programmes Unix pour MS-Windows au prix de modifications mineures (ou d'aucune modification). Cela propose même un serveur de connexion par telnet, ce qui vous permettra de vous connecter sur une machine sous le système MS-Windows NT (mais pas MS-Windows 95), ce qu'on ne peut pas faire si on se contente du système fourni dans le carton. Malheureusement, une fois connecté sur une machine sous MS-Windows NT, vous ne saurez pas mieux comment l'administrer, puisque tous les outils sont graphiques, aussi c'est le système Unix qui conserve la palme de l'utilité à s'y connecter. Et le meilleur, c'est que U/WIN est gratuit pour une utilisation non commerciale, et pas trop cher pour une utilisation commerciale. Il n'est bien sûr pas aussi rapide qu'un système Unix véritable fonctionnant sur le même matériel, mais s'il vous faut utiliser MS-Windows pour une raison particulière (comme par exemple, faire fonctionner un programme précis), il est très agréable de disposer de la puissance d'Unix par dessus cela :

http://www.research.att.com/sw/tools/uwin/

Il y a d'autres tentatives semblables de faire fonctionner des outils de type Unix sur un système sous MS-Windows, mais c'est U/WIN qui propose le meilleur ensemble de fonctionnalités de tous ceux que j'ai examinés (comme OpenNT et Cygwin32). Il faut décerner une mention spéciale au programme Cygwin32, car il est totalement gratuit (y compris le compilateur GCC), même si (dans mon expérience personnelle) il est très très lent.

http://www.cygnus.com/misc/gnu-win32/

En ce qui concerne la critique, je pense qu'il est juste de reconnaître que les outils graphiques pour administrer Unix sont encore très jeunes. En particulier, j'ai été longtemps déçu par l'Admintool de Solaris, qui est si limité qu'il m'a toujours fallu utiliser la ligne de commande pour toutes les tâches, sauf les plus simples. Une autre critique de Solaris est de signaler qu'il ne propose aucun des logiciels libres proposés par Linux ou FreeBSD, ce qui oblige l'administrateur à trouver, compiler (ce qui n'est pas facile car Solaris ne propose pas un compilateur de langage C), tout, y compris les utilitaires pour Unix les plus élémentaires comme gzip, patch, ou perl. Ce processus peut décourager un administrateur Unix débutant. On trouve au moins quelques sociétés qui proposent des CD-ROM de logiciels pour Solaris pré-configurés et prêts à être installés. Par exemple, EIS vend un CD-ROM appelé Summertime (ou Wintertime, selon la saison :) ) (N.d.T. : ces noms signifient respestivement « c'est l'été » et « c'est l'hiver ») pour 69 USD.

Ces critiques ne s'appliquent pas aux autres Unix commerciaux, comme l'IRIX de la société SGI, qui disposent de meilleurs outils graphiques d'administration et proposent des versions précompilées des logiciels libres les plus utiles dès le déballage du carton. Et la plus grande différence entre l'administration sous Unix et sous MS-Windows NT est que, même s'il est plus difficile d'apprendre à éditer des scripts de configuration pour Unix, cela propose un niveau de souplesse et de liberté rafraîchissant quand on compare cette activité à l'étroitesse d'esprit des outils d'administration graphique pour MS-Windows NT. De plus, s'il faut modifier de nombreux fichiers (par exemple, mettre à jour les informations des comptes de millieurs d'utilisateurs), il est élémentaire à un bon administrateur Unix de mettre en place un script Perl (ou une simple recherche suivie d'un remplacement dans un éditeur de textes) pour mettre cette modification en place, alors que le pauvre administrateur sous MS-Windows NT devra passer toute la journée à pointer et à cliquer à la souris les modifications, une par une.

Pour défendre MS-Windows NT, je dirai que je pense que certaines choses que vous décrîtes comme des avantages d'Unix n'en sont pas vraiment, ce ne sont que des différences. Après tout, depuis que Linux gère des pilotes de périphériques chargeables à la volée, et depuis que FreeBSD propose un outil de configuration du noyau graphique, il est de nos jours rarement nécessaire de construire un noyau personnalisé, seuls les bitouilleurs devant l'éternel (dont je fais partie) s'acharnent à cela pour presser leur système et en extraire les performances les meilleures possibles. Aussi c'est utile, mais cela risque d'effrayer les gens de sous-entendre qu'ils doivent recompiler une portion du système d'exploitation pour accomplir le moindre travail, puisque le noyau générique est le plus souvent plus que convenable. Le fait que MS-Windows NT paraisse boursouflé, même comparé au noyau Linux le plus habituel, me laisse penser qu'après tout, ceci est un avantage à marquer au compte d'Unix après tout :)

De même, disposer de plusieurs environnements graphiques pour Unix est agréable, mais pas nécessairement un avantage. Cela peut être très ennuyeux quand chaque application graphique a un profil et une manière de réagir qui lui sont propres, ou quand aucun système Unix ne se ressemble. Et il est inutile de nier que le bureau de MS-Windows est encore en avance sur les bureaux d'Unix sur certains aspects. Par exemple, chacun des environnements graphiques d'Unix que j'ai utilisés demandait à l'utilisateur d'éditer des fichiers texte pour ajouter de nouveaux programmes à l'équivalent du menu « Démarrer », alors que MS-Windows dispose d'un panneau de contrôle gérant cela. Cette situation évolue lentement (en fait, KDE est probablement celui qui ouvre la marche dans les environnements graphiques faciles à utiliser, alors que CDE m'a semblé extrêmement décevant à cause de son inélégance et de la grande difficulté que j'ai éprouvé à le personnaliser).

Un meilleur argument dans la comparaison Unix contre MS-Windows NT et que l'environnement graphique ne devrait pas être la préoccupation principale dans le choix d'un serveur. Pas plus que la possibilité de faire fonctionner des programmes pour MS-Windows classiques (ce que la société Microsoft prétend être un avantage) ne devrait être considérée une fonctionnalité utile. Après tout, les programmes de bureau pour MS-Windows, comme Microsoft Office, ou Quake II, ne sont-ils pas hors de propos sur un serveur gérant des applications critiques ? Par conséquent, en quoi la possibilité de faire fonctionner un traitement de textes ou un jeu entrerait-elle d'une quelconque manière dans l'équation ? C'est pourtant cette possibilité de faire fonctionner des « applications familières pour MS-Windows » sur un serveur que la société Microsoft met en avant comme l'un des plus grands avantages de MS-Windows NT.

--- Jake


 <= Retour au sommaire des commentaires

 <= Retour à l'article