Les décideurs en informatique et leurs jouets --- commentaire de Alan Mercer

jeudi 10 décembre 1998, 15:28:43 +0000

Bonjour John,

Merci pour l'article comparant NT serveur à Unix --- j'étais entièrement d'accord !

En tant qu'un des administrateurs du serveur NT, j'ai reçu de la part des des gars travaillant sous Unix l'URL de votre article... ils ont mal choisi, car j'ai une expérience en Netware et je n'apprécie pas particulièrement la société Microsoft. Dans ma ville, on trouve de nombreux emplois pour des gens connaissant NT, et peu pour des gens connaissant Netware, aussi ai-je changé mon fusil d'épaule il y a environ six mois !

Voici deux problèmes que vous ne soulevez pas, et qu'en tant qu'administrateur réseau (à la fois de NT et de Netware) je trouve importants, sont :

  1. NT ne restreint pas les connexions simultanées comme le fait Netware. On peut se connecter autant de fois qu'on le souhaite en utilisant la même identité. On trouve souvent 4 ou 5 personnes utilisant la même identité ! Voilà un souci majeur pour la sécurité. (je ne sais pas si Unix permet de restreindre les connexions simultanées ?)
  2. Lors de l'application de nouvelles permissions sur les fichiers, il faut que les utilisateurs se déconnectent et se reconnectent à la station de travail pour que les nouvelles permissions soient prises en compte. Elles ne sont pas mises à jour de manière dynamique. Si quelqu'un travaille et a ouvert 3 ou 4 applications, il lui faut les fermer et se déconnecter pour se reconnecter (encore une fois, je ne connais pas le comportement d'Unix à ce sujet ?)

Et insistez davantage sur l'absence d'outil pour gérer les quota de disque. C'est l'une des choses les plus ennuyeuses --- gérer l'espace disque des utilisateurs. Essayez, et vous verrez !

Je n'ai pas lu tous les liens que vous donnez, aussi je vous prie de bien vouloir m'excuser si vous avez mentionné ces points.

Personnellement, je soupçonne qu'en dehors du fait que la société Microsoft a une très bonne machine de commercialisation, les décideurs qui choisissent « NT pour aller de l'avant » prennent cette décision à cause de leur expérience passée. Nombreux sont les décideurs en matière de technologies de l'information qui gèrent des budgets « non techniques » et qui ont « grandi », en termes d'informatique, avec MS-DOS puis avec MS-Windows 3.1, pour enchaîner sur MS-Windows 95, et maintenant, une station de travail sous NT. Je soupçonne qu'ils pensent qu'en tant que machine sous Microsoft, le système NT pour stations de travail a fait d'énormes progrès par rapport à ses prédécesseurs (comme MS-Windows 3.1, WFWG, MS-Windows 95) --- stabilité accrue, moins de plantages, rapidité améliorée, etc., et qu'un serveur sous NT est un produit qui mérite sa place dans le marché des serveurs. La familiarité avec l'environnement graphique de la société Microsoft, sa publicité, son assistance technique (comme TechNet ou Microsoft Online) etc. rassure, et le fait que leurs partenaires commerciaux font aussi le choix de la société Microsoft les conforte dans le sentiment « d'avoir raison ».

Je pense qu'il faut que la brigade Unix prenne ses responsabilités à ce sujet. Ceux avec qui je travaille ont tous dénigré les ordinateurs personnels de type PC, les serveurs sous architecture Intel, et les systèmes d'exploitation pour PC pendant longtemps --- et n'ont pas énormément (ou pas assez ?) travaillé pour Unix.

Il se peut aussi qu'on trouve une tendance dans les directions de technologies de l'information à désirer « le tout nouveau » car c'est forcément « le plus beau ». La plupart des décideurs avec lesquels j'ai travaillé adorent de nouveaux jouets « gadgets » de technologies de l'information, désirent les dernières versions des logiciels « maintenant » et changent de voitures de société une fois par an. Une solution proposée par un « vieux » système d'exploitation, administré par un personnel d'assistance technique qui se moquent de leurs derniers jouets (et parlent une langue étrange --- j'ai vu des décideurs ouvrir des yeux ronds quand la conversation tournait autour d'Unix) et peut-être « gratuit » (NdT je sais qu'en français on a deux mots et qu'il n'y a pas d'ambiguïté, mais comment dans ce cas retranscrire la bêtise de ceux qui font l'amalgame car ils parlent une langue où le même mot recoupe deux notions qui n'ont rien à voir ?) (gratuit ? si c'est gratuit il doit y avoir un piège ou des problèmes !) ne sera pas leur premier choix.

Je généralise peut-être. Enfin, il est temps de hausser les épaules et de ré-amorcer --- d'autres processus étranges et non détectés occupent le processeur sur mon serveur de fichiers (et malheureusement je n'ai pas assez de ressources pour vérifier quel processus provoque ce manque de ressources... et non, le fichier de journalisation n'en pipera pas moy !)

Cordialement,

Alan Mercer
consultant en technologies de l'information
Bristol, Royaume-Uni


 <= Retour au sommaire des commentaires

 <= Retour à l'article