Page suivante Page précédente Table des matières

4. Les réalités du Logiciel Libre

On ignore bien souvent le rôle ni l'étendue des logiciels libres, peut être parce qu'on les utilise souvent à notre insu. L'ensemble des services disponibles sur l'Internet, la messagerie, le transfert de fichiers sans oublier le World Wide Web, ont été conçus conformément aux normes publiques, et implémentés avec des outils issus de l'Open source. Le logiciel Apache, qui est avec Linux un des fers de lance du Logiciel Libre, occupe plus de 40 % du marché des serveur Web, alors que Netscape et Microsoft n'en totalisent à eux deux que 29 %. Des outils comme GCC (compilateur C), EMACS (éditeur), PERL et bien d'autres sont non seulement libres, mais unanimement reconnus dans l'industrie comme étant des logiciels de fort bonne tenue.

Le parc de machines sous Linux est estimé entre 5 et 7 millions d'unités, ce qui correspond peu ou prou au marché d'Apple. Une différence notable est que depuis bientôt trois ans, la croissance du marché Linux est plus important que celui de Windows NT. Autre chiffre intéressant : Linux représente 6,8\% des ventes mondiales des nouvelles licences d'OS serveurs en 1997. Il est à noter que l'apparente érosion du marché des UNICES commerciaux ne tient pas compte du succès grandissant de Linux, plus difficile à chiffrer. Remarquons au passage que Linux est le seul UNIX à se positionner de manière sensible sur le segment de la bureautique, jusqu'alors occupé (squatté ?) par Microsoft et Apple.

La société américaine RedHat Software, distribuant un système Linux packagé, voit ses ventes doubler tous les ans, dépassant probablement la barre des 400 000 cédéroms en 1998. Chiffre d'affaire annoncé : 10 M$.

Certains peuvent s'interroger sur la santé mentale des dirigeants de la société éditrice d'un système de gestion de base de données MySQL, puissant, totalement libre d'utilisation et dont le code source est disponible. TCX, c'est le nom de cette société, est pourtant profitable puisqu'elle s'assure des marges confortables grâce à son activité de support technique et de conseil autour de son produit phare.

Les récentes annonces d'Informix, d'Inprise et d'Oracle, lesquels ont décidé de porter leur SGBDR sur Linux, le choix du logiciel Apache par la très mercantile firme IBM dans son offre de serveur d'application WebSphere ainsi que les positions de Netscape sur la plateforme Linux laissent suggérer qu'il existe un débouché technologique et commercial assez prometteur.

L'utilisation des logiciels libres dans un cadre industriel, même en France, n'a rien de confidentiel. France Telecom n'a t-il pas développé son portail d'accès à l'Internet www.voila.fr en faisant confiance à Linux ?


Page suivante Page précédente Table des matières