Page suivante Page précédente Table des matières

2. Le logiciel libre, cet inconnu...

Il est plus que jamais indispensable de démystifier le milieu du Logiciel Libre. Le grand public ne retient il pas souvent de l'Internet que les arrestations d'internautes pour diffusion d'images à caractère pédophile ?
De la même façon, il faut mettre un terme à l'amalgame qui est pratiqué entre virus et logiciel libre par exemple.

Tout d'abord, effectuons un point sur la terminologie employée. Logiciel libre ne signifie nullement logiciel gratuit et n'a donc rien à voir avec le domaine public. Il s'agit d'une mauvaise traduction de Free software, le terme free signifiant à la fois libre et gratuit. Nous désignerons par logiciel libre un logiciel livré avec son code source, supposant un droit d'utilisation, de copie et de modification pour tous. Contrairement à un logiciel libre, un logiciel du domaine public n'a pas de copyright et n'appartient donc à personne, pas même à son auteur.
Un freeware est effectivement diffusé gratuitement, mais sans son code source, ce qui le différencie foncièrement d'un logiciel libre. Internet Explorer en est un exemple assez éloquent : gratuit mais propriétaire.

Les logiciels libres sont régis par un copyright, ou plutôt, par un jeu de mot amusant, un copyleft. Une licence particulière est la General Public Licence (GPL), autorisant quiconque d'utiliser un logiciel disponible sous les termes de cette licence, voire même de le modifier pour le commercialiser, mais avec une obligation de taille : la fourniture du code source doit accompagner le logiciel nouvellement créé.

De nombreux détracteurs de l'Open Source mettent l'accent sur le prétendu manque de convivialité ou de robustesse des logiciels libres. Pourtant, Gimp, un logiciel de retouche d'image sous licence GPL, est une application remarquable n'ayant absolument rien à envier à son équivalent commercial Photoshop.
Des environnements de travail, tels KDE, donnent au système Linux, un dérivé gratuit d'UNIX, la convivialité d'un Windows 95, la stabilité en plus.

Associer systématiquement UNIX avec le logiciel libre traduit bien une certaine méconnaissance du sujet, bien que le phénomène ait trouvé dans l'environnement UNIX un terreau favorable pour prospérer. Le très célèbre serveur Web Apache, sous licence GPL mais dominant largement le marché des serveurs http, est disponible sous Windows NT, à l'instar de \LaTeX, GCC et Perl, d'autres logiciels libres jouissant d'une réputation à faire rougir les développeurs les plus ambitieux.

Le choix du Logiciel Libre n'a rien de comparable avec un quelconque intégrisme technologique car des solutions totalement libres d'intégration à l'existant, Linux associé à Samba et Netatalk notamment, témoignent de la facilité de cohabitation de ces outils avec les mondes Windows et Macintosh.


Page suivante Page précédente Table des matières