Page suivante Page précédente Table des matières

14. Les causes de conflits

Les conflits au sein des logiciels libres peuvent être classés en quatre grandes catégories :

Pourtant, si l'on s'arrête sur la question « Quelle est la bonne voie », on constate que celle-ci ne tient pas la route. Pour de telles questions, soit il existe une solution objective, acceptée par tous, soit il n'en existe pas. S'il en existe, « eurêka ! », et tout le monde y gagne. Sinon, cela se réduit à « Qui prend les décisions ? ».

Par conséquent, les trois problèmes qu'une théorie de la résolution des conflits doit résoudre sont (A) sur qui rejeter la responsabilité des choix de conceptions, (B) comment décider à quel contributeur est attribué le travail, et (C) comment empêcher le groupe et le logiciel d'exploser en de multiples branches.

Le rôle des coutumes traitant de la propriété permettent clairement de résoudre les points (A) et (C). L'usage affirme que le propriétaire d'un projet prend les décisions importantes. Nous avions déjà observé le fait que l'usage exerce aussi une forte pression contre la dilution des projets par scissions.

Il est instructif de remarquer que ces coutumes ont un sens même si l'on oublie le jeu des réputations et que l'on examine la culture des hackeurs avec l'idée d'un pur modèle de « l'artisan ». Dans cette optique, les coutumes s'expliquent plus par une protection des droits de l'artisan à faire selon sa vision des choses que pour empêcher de fatiguer les ressorts de la réputation.

Le modèle de l'artisan n'est, cependant, pas suffisant pour expliquer les coutumes des hackeurs à propos du point (B), qui remercie-t-on et pour quoi (car dans un modèle de pur artisan, quelqu'un qui ne s'intéresse pas au jeu des réputations, ne devrait pas s'en préoccuper). Pour analyser cela, nous avons besoin de creuser un peu la théorie Lockéenne et d'examiner les conflits et l'application de droits de propriétés aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur des projets.


Page suivante Page précédente Table des matières