Page suivante Page précédente Table des matières

9. Conclusion

L'idée reçue qui veut que les biens gratuits et le commerce informel font fureur sur le réseau car les gens qui le peuplent ont l'argent en horreur, sont altruistes, ou un peu fous, est fausse. On le constate de mieux en mieux avec l'arrivée de gens « normaux » qui débarquent et s'initient aux arcanes du réseau.

Décrire un modèle économique fondé sur l'intérêt égoïste personnel et la maximisation de l'utilité nécessite d'identifier d'abord ce qui est utile --- les sources de valeur --- ainsi qu'une méthode d'interaction économique. Dans le modèle du marché de la marmite, on voit que c'est la rareté qui crée de la valeur, mais que la valeur est subjective, et qu'on peut en trouver dans toute forme d'information distribuée sur le réseau.

Le modèle de la marmite propose une explication rationnelle aux motivations de ceux qui produisent et échangent des biens et des services, en l'absence de tout appât de gain. Il suggère qu'on ne produit pas seulement --- dans la plupart des cas --- dans le but d'accroître son aura de réputation, mais en tant que paiement plus que mérité d'autres biens --- les « idées » --- qu'on reçoit de la marmite. Le marché de la marmite n'est pas un troc, car il ne nécessite aucune transaction individuelle. Il est fondé sur l'hypothèse que sur le réseau, on ne perd pas quand on duplique, de telle sorte que tout contributeur reçoit plus que le juste paiement de ses efforts, sous la forme du travail d'autrui.

Les réputations, comme les idées, n'ont pas en elles-mêmes de valeur ; comme l'argent, elles représentent des choses de valeur, comme des biens par procuration. Elles sont cruciales à la fourniture de la marmite et entretiennent le feu, de même que l'argent est nécessaire pour réduire les inefficacités des marchés de troc purs. Cependant, il leur faut des calculs et des techniques pour fonctionner efficacement, de même que l'argent dispose aujourd'hui de mécanismes qui fixent les prix.

Le modèle de la marmite montre qu'il est possible d'engendrer une valeur ajoutée gigantesque sous les efforts conjugués d'une interaction en continu entre les gens, lentement mais sûrement, avec une souplesse et une aptitude à produire des biens et des services impalpables et mal définis inégalée. Le marché de la marmite existe déjà, c'est une image de ce en quoi l'Internet a évolué, de façon calme et presque subrepticement, ces vingt dernières années.

Le modèle de la marmite est peut-être une solution rationnelle pour expliquer le fonctionnement de l'Internet --- et sur le réseau, on le retrouve partout.


Page suivante Page précédente Table des matières