Page suivante Page précédente Table des matières

17. Annexe : Pourquoi fermer ses pilotes fait perdre de l'argent à un fabricant

Les fabricants de périphériques matériels (cartes Ethernet, contrôleurs de disques, cartes graphiques, etc.) ont, historiquement, rechigné à ouvrir leurs sources et diffuser leurs spécifications. La situation est en train de changer, grâce à des acteurs comme Adaptec et Cyclades qui commencent à donner systématiquement les spécifications et le code source des pilotes de leurs cartes. Néanmoins, la résistance demeure. Dans cette annexe, nous tenterons de dissiper plusieurs interprétations incorrectes de l'économie qui alimentent cette résistance.

Si vous vendez du matériel, vous pouvez craindre qu'ouvrir vos sources ne mette en lumière des détails importants sur le fonctionnement de celui-ci, détails que vos concurrents pourraient copier, obtenant ainsi un avantage déloyal sur vous. À l'époque où les cycles de produits prenaient de 3 à 5 ans, cet argument était recevable. De nos jours, le temps que les ingénieurs du concurrent devraient consacrer à copier et à comprendre votre pilote représente une portion substantielle du temps de cycle du produit, et ils ne consacreront pas ce temps à innover ou à se démarquer par leur propres produits. Le plagiat est un piège dans lequel vous souhaitez que vos concurrents tombent.)

Quel que soit votre choix, de tels détails ne restent plus longtemps dans l'ombre désormais. Les pilotes de périphériques ne ressemblent pas aux systèmes d'exploitation ou aux applications ; ils sont petits, faciles à désassembler, et faciles à cloner. C'est à la portée de programmeurs débutants, encore adolescents — et ces derniers ne s'en privent pas.

On dénombre littéralement des milliers de programmeurs pour Linux et FreeBSD, compétents et motivés par construire des pilotes pour une nouvelle carte. Pour de nombreux types de périphériques aux interfaces relativement simples et aux standards bien connus (comme des contrôleurs de disques et des cartes réseau), ces hackers impatients peuvent souvent prototyper un pilote presque aussi vite que votre propre équipe, sans documentation et sans désassembler un pilote existant.

Même pour des pilotes plus malins, comme les cartes graphiques, vous ne pouvez pas grand-chose face à un programmeur astucieux armé d'un désassembleur. Les coûts sont faibles et les barrières juridiques bien poreuses ; Linux est un effort international et on trouvera toujours une juridiction où l'ingénierie à l'envers sera autorisée.

Si vous souhaitez des preuves concrètes de la véracité de toutes ces affirmations, jetez un coup d'oeil à la liste des périphériques reconnus par le noyau Linux ou dans les arborescences consacrées aux périphériques de sites comme Metalab, et observez la vitesse à laquelle de nouveaux pilotes viennent en renfort.

La morale ? Si vous gardez votre pilote secret, il séduira à court terme, mais c'est probablement un mauvais choix à long terme (et sans aucun doute si vous êtes en concurrence avec d'autres fabricants qui proposent déjà des pilotes au source ouvert). Mais s'il vous faut procéder ainsi, brûler le code dans la ROM de la carte, et publiez ensuite l'interface permettant d'y accéder. Soyez aussi ouvert que possible, afin de construire votre marché et de démontrer aux clients potentiels que vous êtes confiants dans votre capacité à tenir tête à vos concurrents en matière de performances de d'innovations là où cela compte.

Si vous restez fermé, vous réunirez le pire des deux mondes — vos secrets seront exposés, vous n'obtiendrez pas d'assistance gratuite au développement, et vous aurez gaspillé votre précieux temps à cloner vos concurrents. Plus important, vous passez à côté de la possibilité d'encourager l'adoption rapide de votre matériel par un large public. Un marché étendu et avec de l'influence (ceux qui gèrent les serveurs qui font effectivement fonctionner la totalité de l'Internet et plus de 17 % des bases de données commerciales) décrira correctement votre société comme à côté de la plaque parce que vous n'avez pas compris tout cela. Et ils iront acheter leurs cartes chez quelqu'un qui aura compris.


Page suivante Page précédente Table des matières