Page suivante Page précédente Table des matières

14. Se rendre d'un point à un autre

Les mécanismes de marché pour le financement (et tirer du profit de !) du développement à source ouvert évoluent encore très rapidement. Les modèles économiques qu'on a présentés dans ce papier précèdent probablement de nombreuses autres inventions. Les investisseurs réfléchissent encore aux conséquences de la réinvention de l'industrie du logiciel, qui met désormais clairement l'accent sur le service plutôt que sur la propriété intellectuelle fermée, comme c'était auparavant le cas, et cette tendance s'accentuera encore ces prochains temps.

Cette révolution conceptuelle aura un coût en termes de manque à gagner pour ceux qui investissent dans ces 5 % de l'industrie du logiciel financés par la valeur de vente ; historiquement, les sociétés de services sont moins lucratives que les entreprises fabricant des biens (même si tout médecin ou avocat pourrait vous dire que les retours vers les praticiens sont souvent plus élevés). Ce manque à gagner sera toutefois largement compensé par les bénéfices sur les coûts, car les consommateurs de logiciels font des économies colossales et gagnent énormément en efficacité en employant des produits à source ouvert (on peut ici tracer un parallèle avec les effets que le déplacement réseau de téléphonie vocale classique vers l'Internet produit un peu partout).

La promesse de ces économies et de ce gain en efficacité crée une possibilité de marché vers laquelle les entrepreneurs et les capitaux à risque se dirigent afin de l'exploiter. Alors que ce papier était encore à l'état de brouillon, la société de capital-risque la plus prestigieuse de la vallée du silicone (Silicon Valley) a pris une longueur d'avance en pariant sur la première société spécialisée en assistance technique pour Linux, 24 h / 24, 7 j / 7. Les experts prédisent que plusieurs autres sociétés en relation avec Linux et le source ouvert verront le jour d'ici la fin de cette année — et qu'elles auront une réussite éclatante.

On peut vivre un autre développement intéressant dans les débuts de tentatives systématiques de créer des marchés de tâches dans le développement à sources ouverts. SourceXchange et CoSource représentent des manières légèrement différentes de tenter d'appliquer un modèle d'enchères à l'envers au financement de développements à source ouvert.

Les tendances générales sont claires. On a mentionné plus haut les prévisions de la société IDC, selon lesquelles Linux progressera plus vite que tous les autres systèmes d'exploitation réunis jusqu'en 2003. Apache en est à 61 % de parts de marché et continue de croître régulièrement. Les utilisations d'Internet explosent, et des sondages comme celui du compteur des systèmes d'exploitation sur l'Internet ( Internet Operating System Counter) montrent que Linux, tout comme d'autres systèmes d'exploitation à sources ouverts, occupent déjà en masse les hôtes sur l'Internet, et gagnent sans cesse du terrain face aux systèmes fermés. Le besoin d'exploiter sans cesse plus les infrastructures à sources ouverts de l'Internet ne conditionne pas uniquement la conception des autres logiciels, mais également des pratiques commerciales et des politiques d'achat et d'utilisation de logiciels de toutes les sociétés du monde. Ces tendances semblent prendre de l'ampleur.


Page suivante Page précédente Table des matières