Page suivante Page précédente Table des matières

5. Sources d'inspiration dans le développement du ``logiciel libre''

Les plus anciennes références au ``libre'' logiciel se trouvent dans le manifeste GNU de Richard Stallman.

La communauté Perl a produit un document s'intéressant aux ``choses librement disponibles'' intitulé ``Information Wants to be Valuable'' (il faut que l'Information acquière de la valeur (et devienne utile)

NdT : l'inventeur de cette phrase est un linguiste qui utilise ici la langue anglaise de manière assez fine. Cette phrase ``répond'' à une autre phrase, célèbre dans le milieu anglo-saxon de l'informatique, ``Information Wants to Be Free'' (il faut que l'Information soit libre (et en particulier, gratuite, car en anglais ce même mot a les deux sens. L'auteur de cet essai en discute à la fin du texte)). Vous consulterez le site Manifeste de la Libre Information pour des textes réfléchissant sur la notion de liberté de l'Information et sur des domaines connexes.
qui prend un point de vue assez différent.

Un autre papier qui gagne à être connu, qui fait l'analyse de l'adoption et de la non adoption de systèmes est ``Lisp : bonnes nouvelles, mauvaises nouvelles, et comment gagner gros ``mieux vaut une solution approchée rapide, qu'une solution parfaite qui se fait attendre (le pire est l'ami du mieux)''

(Lisp: Good News, Bad News, and How to Win Big ``Worse is Better'')
Sa thèse est qu'alors que LISP propose des fonctionnalités étendues, les tentatives typiques de fournir une solution ``valable à 100%'' fondées sur le LISP échouent à cause du principe UNIX de chercher des solutions valables à 90%, qui fournit quelque chose de ``suffisamment bon'' plus rapidement.

On peut aller plus loin et introduire la notion que assez bon, c'est le mieux (qu'on puisse réclamer). Cet essai conclut que MS-Windows NT est ``assez bon'', et va probablement gagner la ``guerre des systèmes d'exploitation''. Bien sûr, il fait l'hypothèse que NT est en fait ``assez bon'', et cela déclenche souvent des controverses.

On peut chercher l'inspiration des idées de cet essai dans l'article d'Eric Raymond The Cathedral and the Bazaar

La cathédrale et le bazar.
Le papier d'Eric Raymond et ce papier-ci furent récemment cités dans Technology News from Wired News (nouvelles technologiques, extrait de nouvelles en ligne) puisque c'est un sujet d'actualité que Netscape Communications Corp (la société de communication Netscape) prévoit de rendre le code source de Netscape Navigator/Communicator librement disponible
NdT : c'est fait
sous une licence proche de la licence publique générale de GNU. On trouve également, dans la production littéraire d'Eric, un essai sur les aspects économiques du logiciel dont le code source est ouvert (logiciel libre)

Suite aux discussions d'Eric Raymond avec Netscape sur la meilleure manière de gérer des licences comme la licence publique générale de GNU, un groupe de défenseurs (de la cause) a proposé d'employer le terme ``logiciel dont le code source est ouvert'' en lieu et place de ``logiciel libre'' pour attirer plus facilement l'attention des commerciaux et des entreprises.

NdT En anglais, le mot ``free'' signifie à la fois ``libre'' et ``gratuit''.

Le mot anglais ``free'' est malheureusement très ambigu, et c'est un problème que les défenseurs du ``logiciel libre'' rencontrent fréquemment. ``Free'' a deux acceptions principales, qui toutes deux s'appliquent au ``logiciel libre'' :

Il existe déjà de nombreux documents qui détaillent ce que ``dont le code source est ouvert'' signifie, et pourquoi c'est une bonne idée.


Page suivante Page précédente Table des matières