Page suivante Page précédente Table des matières

6. Les micro-ordinateurs : la vallée oubliée par le temps

Mais même alors que St Unix terrassait les dinosaures propriétaires du monde des stations de travail, l'histoire se répétait dans la vallée des Micro-ordinateurs.

En 1960, DEC introduisait le mini-ordinateur PDP-1, et en 1963 le PDP-8, avec 4 Kmots de mémoire.

En 1975, MITS introduisait le micro-ordinateur ALTAIR 8800 avec 256 mots de mémoire.

Juste lorsqu'il apparaissait que les disques et les langages de haut niveau étaient là pour rester, on pouvait une fois encore expérimenter les joies des systèmes d'exploitation codés en assembleur et chargés depuis une cassette !

La micro-informatique a continué de rejouer l'histoire des stations de travail depuis lors, avec un décalage de quinze ans.

Sur ces seules bases, un analyste paresseux, prenant 1989 comme l'année finale de la mort des systèmes d'exploitation propriétaires pour mini-ordinateurs, pourrait choisir 2004 comme année probable de décès final des systèmes d'exploitation propriétaires de micro-ordinateurs — en parfait accord avec la prédiction d'une saturation du marché par Linux commençant en 2002 selon la tendance exponentielle.

Une autre prédiction peu coûteuse en provenance directe de l'histoire : tout comme le glas des systèmes d'exploitation propriétaire pour mini-ordinateurs fut sonné par un jugement ordonnant que les achats de mini-ordinateurs fédéraux américains spécifient un standard ouvert comme POSIX plutôt que la solution chérie d'un seul vendeur comme VAX/VMS, le glas final des systèmes d'exploitation propriétaires pour micro-ordinateurs sera un procès couronné de succès requérant que les achats de micro-ordinateurs fédéraux spécifient une solution ouverte comme POSIX plutôt que la solution chérie d'un seul vendeur comme MS-Windows.

Aujourd'hui, les personnes qui ont choisi les standards ouverts contre les solutions propriétaires dans le contexte de la station de travail doivent prendre les mêmes décisions dans le contexte des micro-ordinateurs et (cela surprend quelqu'un ?) font les mêmes choix : les solutions propriétaires dans le monde de la micro sont rapidement remplacées par les standards ouverts, sur tous les fronts. Les standards du logiciel libre comme TCP/IP éliminent les standards propriétaires comme IPX, tandis que simultanément, les standards matériels ouverts comme le PCI démolissent les alternatives propriétaires comme le Microchannel.

Microsoft fut le plus gros des dinosaures de la micro-informatique à pousser des solutions propriétaires, et il n'est pas surprenant qu'il se montre le dernier à sombrer dans la mare de goudron des standards ouverts, tout comme Apollo, le leader des systèmes d'exploitation propriétaires pour station de travail, fut le dernier à rendre l'âme.

En vérité, tout comme un Tyrannosaure Rex pris au piège, Microsoft reste dangereux, capable de déchirer tout concurrent à portée de mâchoires, même si ses débattements le font couler encore plus profondément dans le goudron.

Mais avec l'intérêt à long terme de toute la clientèle travaillant contre les solutions propriétaires, Microsoft ne peut qu'acheter au coup par coup sa survie à court terme en bradant ce qui reste de son futur :

Microsoft se tournera-t-il finalement soudain vers le bon côté de la Force ? Il y a un précédent dans la façon dont DEC est soudainement passé du « Unix c'est de la daube » à « Nous sommes le plus gros vendeur d'Unix dans l'industrie ».

Ou bien Microsoft se battra-t-il avec conviction jusqu'à la fin amère, tout comme le fit Apollo, tombant les armes de ses relations publiques à la main ?

Nous n'avons aucun moyen de le deviner, mais en termes d'industrie, cela ne fait de toute façon aucune différence, sauf peut-être pour les employés et les actionnaires de Microsoft.

Laissons couler inexorablement le Dernier Dinosaure toujours plus profondément dans la mare de goudron qui a déjà englouti tous les prédécesseurs de Microsoft dans le grand jeu des systèmes d'exploitation propriétaires.


Page suivante Page précédente Table des matières