Page suivante Page précédente Table des matières

8. Les faits concrets

Alors que la campagne de l'Open Source battait son plein dans les médias, en engageant une guerre virtuelle, les faits techniques et les phénomènes du marché, bien concrets, changeaient eux aussi. J'en passerai brièvement ici quelques-uns en revue car ils forment un tout intéressant avec les tendances de la presse et de la perception du phénomène par le grand public.

Dans les dix mois qui ont suivi la sortie de Netscape, Linux a continué d'accumuler les compétences techniques. Le développement d'une proposition solide pour le SMP et le nettoyage effectif du code 64 bits ont installé d'importantes fondations pour l'avenir.

La salle de linuxettes utilisée pour calculer les scènes d'images de synthèse du film Titanic a fait peur aux constructeurs de machines graphiques onéreuses. Puis le projet Beowulf, de construire des super-ordinateurs à partir de machines peu coûteuses, a démontré que la sociologie de Linux, fondée sur le modèle des petits ruisseaux, pouvait faire des grandes rivières, même dans le domaine hyper moderne du calcul scientifique.

Rien ne signification n'a projeté les concurrents Open Source de Linux sous les feux de la rampe. Et les Unix propriétaires ont continué à perdre des parts de marché ; en fait, dès le début du second semestre, seuls les systèmes NT et Linux continuaient de rogner des parts de marché au sein des Fortune 500, et à sa fin, Linux progressait plus rapidement.

Le logiciel Apache a confirmé son avance dans le marché des serveurs pour le web. En novembre, le navigateur de Netscape a renversé sa courbe de parts de marché et a commencé à reprendre du terrain à Internet Explorer.


Page suivante Page précédente Table des matières