Page suivante Page précédente Table des matières

7. La grande explosion du web

La croissance initiale de Linux s'est produite en même temps qu'un autre phénomène : la découverte de l'Internet par le grand public. Le début des années 1990 a aussi vu le début d'une florissante industrie de fourniture d'accès à l'Internet, qui vendait au particulier le fait de se connecter pour quelques dollars américains par mois (quelques euros). Suite à l'invention de World Wide Web, la croissance de l'Internet, déjà rapide, a accéléré à une allure folle.

En 1994, l'année ou le groupe de développement de l'Unix de Berkeley s'est officiellement dissous, c'est sur diverses versions libres d'Unix (GNU/Linux et les descendants de 386BSD) que la plupart des hackers focalisaient leurs activités. Le système GNU/Linux, distribué commercialement sur des CD-ROM, se vendait comme des petits pains. À la fin de l'année 1995, les sociétés d'informatique les plus importantes vantaient les mérites de leurs logiciels et matériels en matière d'Internet !

À la fin des années 1990 les hackers se sont concentrés sur le développement de Linux et sur les activités liées à l'Internet. Le World Wide Web a au moins eu pour effet de transformer l'Internet en médium de masse, et de nombreux hackers des années 1980 et du début des années 1990 fondèrent des sociétés de prestations de services liés à l'Internet en vendant ou en offrant aux masses un accès à l'Internet.

Le passage de l'Internet au premier plan a même apporté aux hackers les bribes d'une respectabilité bon teint et ils ont commencé à jouer un rôle politique. En 1994 et 1995, l'activisme hacker a saboté la proposition Clipper, qui aurait placé la cryptographie forte sous le contrôle du gouvernement (des États-Unis d'Amérique). En 1996, les hackers ont mobilisé une large coalition pour défaire le mal nommé « Communications Decency Act » (proposition de loi pour contrôler la décence des communications), ou CDA, et empêcher ainsi la censure sur l'Internet.

La victoire sur le CDA nous fait passer d'un registre historique à un registre d'actualités. On entre aussi dans une période où votre historien joue un rôle plus actif que celui d'observateur. Cette narration continue dans « La revanche des hackers ».

Les gouvernements sont tous, plus ou moins, des coalitions opposées au peuple . . . et les dirigeants n'ayant pas plus de morale que ceux qu'ils dirigent . . . on ne peut maintenir le pouvoir d'un gouvernement dans les limites qu'il s'est imposées qu'en lui faisant la démonstration d'une puissance égale à la sienne, le sentiment de tout un peuple.

— Benjamin Franklin Bache, dans un éditorial du Philadelphia Aurora, 1794


Page suivante Page précédente Table des matières