Chapter 8. "En quoi puis-je utiliser Linux aujourd'hui?"

Si vous n'avez jamais utilisé Linux précédemment, et si vous avez des connaissances Unix limitées, internes ou externes, il semble sage d'envisager une période d'expérimentation avant d'instaurer Linux pour vos applications de production. Vous aurez besoin de personnes expérimentées à vos cotés pendant que vous testerez vos applications, profitez-en pour entraîner également d'autres personnes pendant cette phase d'expérimentation.

Evidemment, vous n'envisagez pas de remplacer votre unité centrale ou votre serveur haut de gamme Unix par une machine Linux (du moins, pas encore). Vous ne voulez sans doute pas non plus pour l'instant migrer vos environnement de bureau de MS-Windows sous Linux. Pour le moment, ce serait encore risqué et certainement perturbateur.

Vous pouvez également ne pas pouvoir intégrer cet exercice de familiarisation sur votre budget, et donc vous retrouver avec les machines les plus vieilles, souvent mises au rebus, et uniquement des logiciels gratuits équivalents aux logiciels commerciaux. Une fois que vous aurez démontré l'utilité du concept à la fois à vous-même et à vos supérieurs, vous pourrez remplacer les logiciels libres les moins bien finis par des logiciels commerciaux.

Choisissez une application pour vous entraîner.

Un bon point de départ serait n'importe laquelle des applications énumérées dans le rapport de D.H. Brown. En d'autres termes, déployez Linux de façon expérimentale dans l'une des utilisations suivantes :

1. Un serveur Web exécutant le logiciel aux normes standard Apache, peut-être pour une simple application Intranet,

2. Un serveur de mail pour le courrier électronique local (SMTP, POP3 et IMAP4),

3. Un serveur de fichier et d'impression MS-Windows en utilisant Samba.

Si vous pensez que le rapport de D.H. Brown est un peu trop conservateur, ou que votre confiance dans les performances et la stabilité de Linux s'accroît, vous pouvez aussi utiliser Linux pour les tâches suivantes :

1. Un serveur Web sécurisé avec SSL 128 bits et utilisant SSLeay et le mod_ssl d'Apache,

2. Un serveur Web plus fonctionnel utilisant des applets Java, servlets (utilisant le mod_jserv d'Apache), le HTML avec requêtes incluses par Active Server Pages-style, des scripts utilisant PHP, et n'importe quelle base de données relationnelle,

3. Un serveur de base de données pour des environnements de développement, utilisant n'importe lesquels des paquetages de base de données répandus et disponibles pour cette plateforme,

4. Un poste de travail client pour le développement d'applications en C, C++ et Java, qui pourrait être offert en option à ceux de vos de développeurs qui seraient intéressés,

5. Un poste de travail graphique utilisant le logiciel de manipulation d'image GIMP,

6. Un DNS (Domain name server),

7. Un firewall utilisant le logiciel ipchains fourni avec le noyau 2.2,

8. Un serveur proxy, comprenant un proxy cache utilisant Squid,

9. Un routeur,

10. Un serveur d'application Web utilisant Enhydra,

11. Un serveur de répertoire utilisant OpenLDAP,

12. Une lidie (mailing list) interne utilisant MailMan,

13. Une application multimédia utilisant la base de données relationnelle PostgreSQL,

14. Un serveur de fax utilisant Hylafax.

Comme vous pouvez le constater, il y a de nombreux domaines d'application potentiels. Faites votre choix.

Choisir le matériel

Oui, certains disent que Linux fonctionnera sur des 386 avec 4 Mo de RAM. Mais vous n'essayez pas d'établir des records. Vous essayez d'évaluer Linux avec une configuration raisonnablement confortable, de sorte que vous obteniez une image fidèle de ses capacités. Au minimum, consacrez-lui une machine Pentium 100 avec 32 Mo de RAM, 1 gigaoctet de disque, et un lecteur de CDrom quelconque. Assurez-vous que ce PC dispose d'une carte réseau et est connecté sur votre réseau, dans le cas contraire vous ne pourrez apprécier ce qui est, avant tout, un système d'exploitation de réseau. S'il vous n'êtes pas autorisé à mettre une machine Linux en réseau, connectez-la avec une ou deux machines MS-Windows clientes au sein d'un réseau indépendant.

Choisissez un distribution

Les distributions les plus connues sont Red Hat, Caldera, S.u.S.E. (particulièrement en Europe), Pacific Hitech (particulièrement au Japon), Debian, Mandrake et Slackware. Choisissez une distribution qui utilise le dernier noyau (version 2.2) et un des deux bons bureaux pour Linux (Gnome ou KDE).

Choisissez la bonne personne

Les bons décideurs ne misent pas sur la technologie. Ils parient sur des personnes. Les résultats de vos expériences pourraient tourner à la réussite comme à l'échec suivant les personnes qui y travailleront. Comme il est dans votre intérêt d'évaluer Linux au mieux, assurez-vous que les personnes adéquates piloteront ce projet. Ne contraignez personne. Vous serez bien mieux loti avec des volontaires, car ce sont ceux qui essayent de faire les choses bien. Les volontaires d'office sont souvent dépités après une ou deux tentatives symboliques.

Rapprochez-vous de la communauté Linux lorsque vous aurez besoin d'aide, par le biais de forums de discussion ou de lidies (mailing list). Cette communauté a hérité d'une réputation bien méritée pour son esprit d'entre-aide. Toutefois n'abusez pas de cette bonne volonté en posant des questions dont les réponses se trouvent dans la documentation. Obligez vos collaborateurs à étudier la documentation avant de lancer des appels à l'aide à des professionnels occupés. Faites-les participer aux forums de discussion, même s'ils ne font que suivre les échanges, ce qui peut leur permettre d'apprendre beaucoup, et de vous faire bénéficier de la puissance de la connaissance collective à moindre coût.

Et finalement...

Si vous suivre ces étapes et utilisez, vous-même ainsi que votre personnel, Linux, vous serez prêt en quelques mois à pouvoir répondre à l'inévitable note venue du haut de votre supérieur hiérarchique, quelque chose du genre « Pouvons-nous utiliser Linux au sein de notre société ? Argumentez s'il vous plaît. »

Vous pourrez faire face dans les réunions ultérieures, présenter les forces et faiblesses de Linux telles que vous les aurez perçues dans le contexte particulier de votre organisation, répondre aux questions, corriger les idée reçues, suggérer des opportunités, fournir des scénarios réalistes pour l'adoption et déploiement de Linux, et prôner des recommandation sensées. Vous pourrez tout autant vous opposez à l'utilisation de Linux, mais votre opinion sera basée sur des faits vérifiables et une expérience personnelle indiscutable, pas sur la rumeur, les préjugés ou l'ignorance ordinaire.

Si ce document peut aboutir à ce que vous vous lanciez aujourd'hui, il aura atteint son but.

Références :

Linux Today dispose de liens sur les forums relatifs à Linux et aux sources libres

Slashdot est le lieu où les "ballots" traînent. Les forums de discussion sont rauques, mais peuvent s'avérer très éducatifs.

Freshmeat dispose de liens sur les dernières versions de logiciels libres dès qu'elles sont publiées.

Le guide d'installation de Samba

Un outil de configuration de firewall interactif sur l'Internet, destinés à une utilisation avec ipchains

L'outil de configuration de firewall Mason, distribué sous licence GNU.

La page d'accueil d'Apache

La page d'accueil de Sendmail

La page d'accueil de SSLeay

Le site de téléchargement de SSLeay

Le site de téléchargement de mod_ssl

Le site Web de ServletCentral, pour un serveur Java

PHP (Langage de script ASP-style HTML-embedded)

Le compilateur C/C++ gcc sous licence GNU

La page d'accueil de GIMP

Etude de GIMP

Le guide des Artiste pour GIMP

La page d'accueil de Squid

Les routeurs Linux

La page d'accueil du serveur d'application Enhydra

La page d'accueil du projet OpenLDAP

Le gestionnaire de lidies (mailing list) Mailman

Le site Web de PostgreSQL

La page d'accueil de Hylafax

Un version en VO de l'intégralité de ce document est téléchargeable ICI