Stabilité

"Il ne plante jamais !"

On prétexte souvent que la raison pour laquelle Linux plante rarement tient au fait que l'on exige de lui beaucoup moins que ce que l'on exige d'autres systèmes d'exploitation. Pour peu que Linux tolère une charge comparable, cet argument disparaîtra, car il plantera aussi souvent.

Cette observation amène cependant à conclure que Linux partage cet aspect stabilité avec les autres types d'Unix et les plus grands systèmes propriétaires, comme les unités centrales VMS et IBM. Les seuls systèmes informatiques réputés pour leurs plantages sont les PC et les Macintoshs. Les raisons ne sont pas longues à trouver. La stabilité est en grande partie liée à l'architecture, des bugs pouvant apparaître avec le temps et l'intégration d'évolutions. L'architecture matérielle des PC n'a que peu évolué depuis sa création en 1981, mais fut soumise rapidement à des compromis, et du assumer une compatibilité ascendante avec des applications basiques ce qui au final entrave même les dernières versions de MS-Windows. De plus, les fonctions de MS-Windows sont constamment modifiées, rendant frustrante toute tentative de correction de bug. L'autre système prédisposé aux crashs, Macintosh, est aussi notoirement réputé pour ses défauts de protection de la mémoire et ses problèmes de gestion des traitements multitâches, que pour la convivialité de sa célèbre interface. Avec de telles contraintes, on peut s'émerveiller que ces systèmes d'exploitation ne tombent pas en panne plus souvent. Finalement, loin d'être un coup du sort heureux pour Linux, la stabilité est une caractéristique de base forgée pour s'adapter aux standards des principaux systèmes d'exploitation. MS-Windows et Mac sont à ce titre des aberrations. La conception d'Unix, partagée par Linux, a été rodée par le temps. Linux, cela doit être noté, hérite de l'avance issue d'un quart de siècle d'expérimentations Unix et les bonnes leçons semblent avoir été retenues.

La conception de Linux intègre les concepts des systèmes d'exploitation les plus modernes et les plus éprouvés, âprement sélectionnés avec le raffinement que seule une remise à plat complète autorise. Enfin, le principe du code source disponible permet de s'assurer que les bugs sont détectées et corrigés au plus vite.

Comme l'indique même IBM sur son site Web, Linux est stable, fonctionnel et de valeur.

Charger Linux avec de nombreuses applications peut le ralentir, mais il est très improbable de le faire planter pour autant. Prétendre le contraire est serait manifestement mentir.

Références :

Reconnaisance par IBM de la qualité et de la stabilité de Linux

Page de diagnostic des blocages et des crashes Mac

MS-Windows 95 et 98 peuvent se planter tous les 49,7 jours (nouvelle)

L'écran bleu mortel de MS-Windows NT : les raisons