La fin du casse-tête des licences

Avec l'utilisation du logiciel soumis à licence commerciale, vous incombe la responsabilité de vous assurer que vous restez en permanente conformité avec les termes de la licence. Dépasser le nombre autorisé d'exemplaires installés est un délit. Dans beaucoup de pays, la direction d'une compagnie qui s'avère être en infraction avec les termes de la licence d'un logiciel est directement responsable et, en théorie (N.D.T. : même en pratique !), peut à ce titre être passible d'emprisonnement. Ce qui signifie que les entreprises doivent suivre précisément le nombre licences achetées et le nombre réel d'installations de chaque logiciel utilisé : un casse-tête administratif. Les entreprise qui achètent un grand nombre de logiciels soumis à licence constatent qu'elles ont besoin de l'aide « d'un logiciel de gestion de licences » spécial, un produit qui semble être une solution à un problème artificiel.

Parfois (ce qui peut rimer avec trop souvent), le système de production tombe en panne, et ce dans une mesure largement sous-estimée, parce qu'une partie d'un logiciel impose un nombre limité de connexions ou de transactions, basé sur le nombre de licences achetées. Quelques produits, par exemple les logiciels BEA's Tuxedo, autorisent une utilisation légèrement supérieure à la limite autorisée, mais il doit être particulièrement irritant que des services en soient affectés, non pour des raisons qui ne sont pas techniques, mais pour des raisons légales et commerciales pouvant être facilement régularisées sans un recours à une répression aussi drastique.

Linux et comme d'autres logiciels libres éliminent totalement de telles considérations. Vous pouvez installer le logiciel sur un nombre quelconque de machines en toute légalité. En effet, Linux vous procure une licence "utilisateurs illimités, installations illimitées". C'est un plus indiscutable pour les personnes actuellement jugées responsables de violations par négligence. Notez, cependant, que les produits commerciaux fonctionnant sous Linux peuvent encore être sujets à de telles restrictions liées aux licences.

La licence libre de Linux signifie également que vous n'avez pas besoin de vous inquiéter du respect du budget, ou de votre exposition à d'éventuelles modifications de termes de licences.

L'élimination par Microsoft de ses concurrents sur le marché d'Office et BackOffice fut une désagréable surprise pour beaucoup d'entreprises, qui on vu leur coûts liés aux licences augmenter considérablement. Le procès antitrust de Microsoft a également dévoilé au grand jour des courriers électroniques internes projetant le remplacement de l'achat unique et définitif des licences par une redevance annuelle dès 2001. Linux, comme tout autre logiciel libre, peut être une aubaine pour les responsables exposés des régimes aussi sévères et volatils.

Références :

Le 'Business Software Alliance' et les pénalités pour violations d'autorisation

Amendes payées par des compagnies pour non respect de termes de licences

Microsoft élimine ses concurrents

Microsoft révise les redevances annuelles MS-Windows

Rapport Forbes sur les hausses des redevances de Microsoft