Page suivante Page précédente Table des matières

19. le GNU Hurd

En 1990, le système GNU était presque terminé ; le seul composant principal qui manquait encore à l'appel était le noyau. Nous avions décidé d'implanter le noyau sous la forme d'une série de processus serveurs qui fonctionneraient au-dessus de Mach. Mach est un micro-noyau développé à l'université Carnegie-Mellon puis à l'université de l'Utah ; le GNU Hurd est une série de serveurs (ou une « horde de gnous ») qui fonctionnent au-dessus de Mach, et remplissent les diverses fonctions d'un noyau Unix. Le développement a été retardé car nous attendions que Mach soit publié sous forme de logiciel libre, comme cela avait été promis.

L'une des raisons qui ont dicté ce choix était d'éviter ce qui semblait être la partie la plus difficile du travail : déboguer un programme de noyau sans disposer pour cela d'un débogueur au niveau du code source. Ce travail avait déjà été fait, dans Mach, et nous pensions déboguer les serveurs du Hurd en tant que programmes utilisateur, à l'aide de GDB. Mais cela prit beaucoup de temps, et les serveurs à plusieurs processus légers, qui s'envoyaient des messages les uns aux autres, se sont révélés très difficiles à déboguer. La consolidation du Hurd s'est étalée sur plusieurs années.


Page suivante Page précédente Table des matières