Pas lu à l'Éducation Nationale

Auteur : Sylvain Cherrier
Édition : Sébastien Blondeel

avril 1999


Texte rédigé par un professeur titulaire pour une revue interne à l'Éducation Nationale, refusé par le directeur de la publication. Il présente brièvement le système GNU/Linux à l'intention des personnels éducatifs.

1. Présentation

Bonjour,

Je suis prof titulaire Éducation Nationale, et j'enseigne en formation continue, pour informaticiens. Cela fait 15 ans que je travaille en info, et j'ai découvert Linux dans le greta ou j'exerce, avec les « gourous » Linux locaux. Je dois dire qu'avec ce produit, j'ai progressé en 3 ans comme jamais de ma vie. Je ne suis certainement pas un gourou, mais je commence a pouvoir lui faire faire des petits trucs sympas...

Enthousiasmé par la valeur pédagogique dudit Linux pour les informaticiens, (et ce n'est pourtant que la moindre de ses qualités), voyant le revirement de situation dans les journaux à son propos, entendant parfois des bêtises sur Linux, et ayant été sollicité pour écrire un petit article dans une revue interne à la formation continue dans notre académie, je me suis laissé aller à pondre un petit texte sur Linux...

J'ai essayé de ne pas être trop technique, et j'ai dû faire court, (et je ne suis pas un gourou, juste un utilisateur !)... mon objectif était de titiller un peu la curiosité des ceusses qui pourraient éventuellement être fatigués des problèmes d'informatique... Je suis même resté en deça de mon enthousiasme, car je pense que Linux est tout à fait un outil bureautique fiable, contrairement à ce que j'ai écrit (je ne voulais pas effrayer mon petit monde...)

Enfin bref, voilà le texte pondu... et parti au rectorat... Sans m'en rendre compte, j'ai dû être contaminé par des démons innommables, la bave est certainement venu mousser à mes lèvres, mes yeux se sont révulsés, et j'ai dû ecrire le texte sous l'emprise de convulsions sataniques !

Il paraît qu'il a fait le tour des bureaux (du genre « Qui a écrit ça ? ») et j'ai reçu, très tôt le lendemain matin (cette célérité n'augure rien de bon dans notre vieille maison...) la sentence suivante : « le directeur de la publication censure le texte... »

Je ne ferai aucun commentaire, mais j'ai du mal à réprimer un sourire désabusé...

Et maintenant, lisez, si vous l'osez, ce brûlot hérétique, ce pamphlet outrancier, et priez, priez pour le salut de mon âme damnée...

2. Le céquoidon du jour : Linux

« Erreur de protection générale », « ce programme a effectué une opération illégale », « votre travail sera perdu », « votre système est devenu instable »... Cela vous rappelle quelque chose ? Plus amusant encore, l'existence d'une mise à jour de MS-Windows 98 pour passer l'an 2000 (il était temps), l'impossibilité de le faire tourner plus de 49 jours d'affilée (cf. SVM mars 1999), ou encore le taux de disponibilité de Win NT à 98 % (cela fait donc une semaine de panne et d'indisponibilité par an pour un serveur !). Toutes ces informations ont permis à l'éditorialiste de « 01 Informatique » de décorer MS-Windows du titre de « technologie mondiale la plus imparfaite jamais créée par l'homme » (ce qui est assez énorme, convenons en...)

Pourtant, il y a quelques mois encore, les journaux (le peu qui ne feignaient pas d'ignorer l'existence de Linux) faisaient encore la fine bouche face aux alternatives... « Linux est-il vraiment sérieux ? » se demandaient-ils. À regarder le nombre de titres flatteurs qui fleurissent aujourd'hui dans les revues (spécialisées ou non, d'ailleurs), les journalistes semblent avoir la réponse...

Mais Linux, qu'est-ce donc ? Il s'agit (en simplifiant) d'un système d'exploitation (pour PC, Apple, et autres...) développé par un étudiant nommé Linus Torvalds (d'où son nom) et une grande communauté d'informaticiens de génie de par le monde. Ses qualités sont sa très grande stabilité (demander à un serveur Linux très sollicité le temps depuis lequel il fonctionne sans se planter donne souvent des réponses étonnantes !), ses besoins ridicules (il peut fonctionner sur de toutes petites machines, avec très peu de ressources), son énorme documentation, son ouverture (les sources, c'est-à-dire la façon dont il est fait, sont directement accessibles et consultables. C'est ce qui permet sa très grande réactivité en cas de découverte d'un bogue ou d'une faille, et la rapidité de disponibilité des mises à jour), son respect des normes publiques (si vous êtes obligés d'apprendre de nouvelles notions, vous pouvez espérer investir en l'avenir... Ceux qui, comme moi, se sont investis dans MS-Windows NT 4 m'en diront des nouvelles quand NT 5 sortira...) sa sécurité, sa versatilité, et le nombre d'outils fournis (certaines distributions vous offrent 6 CD-ROM pleins à craquer...)

Bon d'accord, c'est bien joli, mais à quoi ça peut servir ? À tout.... Très répandu sur l'Internet, il entre maintenant dans les entreprises (Ikea, France Télécom, NASA, les universités, Linux étant un pur produit universitaire). Il représente actuellement 17 % des serveurs installés, en augmentation de 212 % cette année (source : 01 Informatique)... Il est serveur de fichiers (comme NT, ou Novell), et c'est actuellement le plus rapide des serveurs de type... Netbios (c'est-à-dire pour des machines MS-Windows)... Il peut servir de serveur d'applications (Oracle, IBM, Informix etc...), de station de développement, de station graphique (il a servi aux trucages des films Titanic et Godzilla), et de plus en plus de machine bureautique... Un vrai paradis, vous dis-je... Il est peut-être encore un peu tôt pour que le grand public se jette dessus (la phase bureautique et jeux n'est pas encore mature), mais le pingouin (mascotte de Linux) est en passe de taquiner le papillon (mascotte de Microsoft). Il suffit de voir l'énergie déployée par cette dernière pour informer sur les défauts de Linux... Disons en conclusion que les plus réservés voient en Linux une alternative sérieuse à la suprématie de MS-Windows, et les plus enthousiastes, une nouvelle ère de l'informatique....

Dernier détail, combien dépenseriez-vous en logiciel (en respectant la loi, bien sûr), pour équiper 3 salles de 15 machines bureautiques (même avec des licences Éducation Nationale) ? Linux lui est entièrement gratuit, et des outils gratuits arrivent tous les jours (je pense par exemple à KDE Office, suite bureautique en cours d'écriture, ou au projet GNU). Alors... où irez-vous demain?

Sylvain Cherrier, formateur au GTS 93

3. Mise au point et licence

Texte réalisé sur Corel Wordperfect pour Linux, gratuit pour le particulier.

Texte édité et corrigé grâce à des outils libres sur un système GNU/Linux.