Page suivante Page précédente Table des matières

3. Un départ difficile

Malheureusement, un grand nombre de gens pensèrent que faire tourner Linux sur un 8086 serait sympa et se sentirent obligés de « prendre part » au projet. La plupart d'entre eux, dans ce cas, appartenaient à la catégorie des programmeurs débutants, alors que la masse se tenait à l'écart du projet en arguant de son côté « stupide ».

L'arrivée d'un grand nombre de personnes (pour la plupart de bonne volonté) dangereusement incompétentes mais productrices d'opinions - pas de code, mais bien d'opinions - posa un problème. Ils en savaient assez pour conseiller comment cela devait être écrit mais la plupart n'avaient jamais réalisé un programme « hello world » en C. Ils commencèrent à discuter pendant des semaines à propos du projet, ils votèrent afin de décider du compilateur à utiliser, ou, à défaut, s'il fallait en écrire un -- une année après que le projet ait commencé avec un compilateur parfaitement adéquat. Ils s'attachèrent ensuite à débattre de la façon de générer des binaires à modèle mémoire « large » (capables d'utiliser plus d'un Mo de mémoire vive) mais négligeaient l'architecture du gestionnaire de mémoire virtuelle employé par le noyau.


Page suivante Page précédente Table des matières