Page suivante Page précédente Table des matières

13. Épilogue: Netscape embrasse la méthode du bazar !

Ça fait tout drôle de réaliser qu'on participe à l'Histoire...

Le 22 janvier 1998, environ sept mois après ma première publication de cet article, Netscape Communications, Inc. a rendu public son projet de donner libre accès au code source de Netscape Communicator. Je n'avais pas la moindre idée que cela se produirait avant qu'ils ne l'annoncent.

Eric Hahn, vice-président et responsable en chef de la technologie à Netscape, m'a envoyé un courrier électronique peu après en me disant: ``Au nom de tout le monde à Netscape, je souhaite vous remercier pour nous avoir, le premier, aidés à comprendre tout cela. Votre réflexion et vos écrits ont été des inspirations cruciales dans la prise de cette décision.''

La semaine suivante, à l'invitation de Netscape, je me suis rendu dans la ``Silicon Valley''

NdT c'est l'endroit, près de San Francisco, où sont concentrées de nombreuses entreprises qui travaillent sur l'électronique des ordinateurs et sur les ordinateurs eux-mêmes.
pour suivre une conférence de stratégie d'un jour (le 4 février 1998) en compagnie de certains de leurs cadres et de leurs techniciens les plus importants. Nous avons mis au point la stratégie de mise à disposition du code source de Netscape ainsi que la licence sous laquelle il serait rendu public, et nous avons fait quelques projets dont nous espérons qu'ils auront, à terme, un impact très étendu et très positif sur la communauté du logiciel dont le code source est ouvert. Au moment où j'écris ces lignes, il est un peu trop tôt pour donner plus de détails; mais vous en prendrez connaissance dans les semaines à venir.

Netscape est sur le point de nous proposer une expérience à grande échelle, une expérience dans des conditions réelles du modèle du bazar dans une optique commerciale. La culture du logiciel dont le code source est ouvert affronte maintenant un danger; si le projet de Netscape ne donne pas satisfaction, cela risque de jeter tant de discrédit sur le concept de logiciel dont le code source est ouvert qu'il faudra attendre dix ans de plus pour que des sociétés commerciales s'y intéressent.

D'un autre côté, c'est également une opportunité spectaculaire. Les réactions à chaud à cet événement, à Wall Street (la bourse de New York) comme ailleurs, ont été circonspectes mais positives. On nous donne aussi l'opportunité de faire nos preuves. Si, grâce à cette décision, Netscape regagne des parts de marché de façon substantielle, cela risque de provoquer une révolution dans l'industrie du logiciel, une révolution qui aurait dû prendre part il y a si longtemps.

L'année qui vient devrait être très instructive et très intéressante.


Page suivante Page précédente Table des matières