next up previous contents
Next: 5. Le kernel.2 Up: 4. X-Window Previous: 4.5 Outils généraux

Sous-sections

4.6 Applications

  
4.6.1 Créer des documents longs avec LYX [YB]

LYX est l'outil qui a été utilisé pour la création de cet ouvrage.

En réalité, LYX n'est qu'une interface graphique pour un outil très puissant, LATEX. LATEX est un langage de description de documents, un peu comme HTML mais en beaucoup plus sophistiqué (et bien plus ancien...)

Contrairement à un traitement de textes, avec LYX (ou LATEX) vous n'indiquez pas les paramètes de l'apparence que doit présenter tel ou tel paragraphe, mais plutôt de quel type de paragraphe il s'agit : s'agit-il d'un titre, d'une définition, d'une énumération, etc. Ensuite, le système interprète ces choix pour réaliser lui-même la mise en forme. Un traitment de texte est généralement un outil que l'on appel <<WYSIWIG>> : What You See Is What You Get4.5. LYX répond à une autre logique qu'il a instaurée : le <<WYSIWIW>>, What You See Is What You Want4.6. La différence peut paraître subtile, mais elle est importante. Ainsi vous indiquez au logiciel quels éléments vous voulez dans votre document, le programme s'occupe lui-même de la mise en forme. Le <<code>> LATEX obtenu est de plus parfaitement modifiable avec n'importe quel éditeur de texte usuel (comme xedit ou même vi), pour effectuer quelques réglages fins que LYX ne peut effectuer (pour l'instant !). Du fait de son ancienneté, il existe de nombreux outils pour LATEX, comme des formats spéciaux. Ce système est couramment utilisé par la communauté scientifique du fait de la grande puissance de LATEX dans l'intégration de formules mathématiques (qui se retrouve dans LYX).

L'intérêt de LATEX est que la description du document est totalement indépendante de la plate-forme utilisée (Linux, Windows, ou autre) : le résultat imprimé est toujours le même. En outre, LYX permet d'exporter les documents au format PostScript, qui est un autre standard de description de document, interprété de la même façon quelque soit le système d'exploitation utilisé.

La puissance de LYX transparaît principalement dès que l'on traite des documents longs, comme des thèses, des rapports ou des livres. La Table des Matières est générée automatiquement, et les références croisées4.7 (telle que celle apparaissant à la fin de cette section, une référence à une autre section avec la page associée) sont d'une manipulation aisée.

Enfin, LYX est fourni avec une documentation assez complète et fort claire.

Vous pouvez obtenir LYX sur le site Internet qui lui est dédié : http://www.lyx.org. Il vous faudra alors le compiler vous-même. Une archive au format RPM de LYX (mais peut-être pas la dernière version) se trouve sur le site : http://rufus.w3.org/linux/RPM/index.html. Et dernièrement, une version <<spéciale KDE>> est proposée comme partie intégrante de ce gestionnaire de fenêtres, sous le nom de klyx. Consultez la section 6.6 consacrée aux procédures usuelles pour installer de nouveaux logiciels, page [*]4.8.

   
4.6.2 Visualiser et imprimer des documents PostScript avec GhostView

  
4.6.3 Traitement d'images avec Gimp

   
4.6.4 Dessins et figures vectoriels avec XFig

4.6.5 Rendez-vous et emploi du temps avec iCal

4.6.6 La suite bureautique intégrée StarOffice

4.6.7 Le traitement de textes WordPerfect

4.6.8 Les bases de données relationnelles avec PostgreSQL

4.6.9 Le Grand Oracle



Footnotes

... Get4.5
Ce que vous voyez est ce que vous obtenez, en français
... Want4.6
Ce que vous voyez est ce que vous voulez, en français
... croisées4.7
cross-reference en anglais
...[*]4.8
Voici la <<référence croisée>> annoncée plus haut : le numéro et la page de la section.

next up previous contents
Next: 5. Le kernel.2 Up: 4. X-Window Previous: 4.5 Outils généraux
kafka.fr@linux-france.org