Page précédente Page suivante Table des matières

16. Divers

16.1 Comment générer une disquette de boot

Il peut être très utile d'avoir sur disquette un noyau pour booter dessus. Pour faire cela, prenez une disquette formatée et allez à la racine de votre disque.

Identifiez votre noyau. Il doit s'appeler zImage ou vmlinuz.

Vous le copiez d'abord sur disquette :

  cat /zImage > /dev/fd0

puis faîtes (exemple) :

       rdev /dev/fd0 /dev/hda2
       rdev -R /dev/fd0 1
Le deuxième paramètre de la première commande doit être le nom de la partition racine Linux de votre système.

Cette disquette vous permet alors de booter (tester !).

Si vous utilisez la Slackware, vous pouvez aussi utiliser la commande /sbin/makebootdisk qui fera tout cela à votre place.

16.2 Mon mot de passe, où est mon mot de passe ?

En bref : vous avez perdu le mot de passe de root... Bon, il y a plusieurs solutions. La première :

solutions. La première :

  1. bootez avec les disquettes boot et root de votre distribution.
  2. loguez-vous en root (là, pas de mot de passe).
  3. montez la racine du disque dur : mount -t ext2 /dev/hda1 /mnt
  4. allez dans le répertoire /mnt. Il ne reste plus qu'à éditer le fichier /mnt/etc/passwd, y supprimer le mot de passe de root : root::0:0:root:/root:/bin/bash.

Vous rebootez Linux normalement, et en principe, vous n'avez plus besoin de mot de passe pour vous loguer en root.

Bon, passons à d'autres solutions : rebooter le pc en mode dit single-user. Pour cela, lors du boot avec LILO, fournir LILO: linux single (remplacer ici "linux" par le nom sous lequel LILO connaît votre noyau). Un shell root va apparaître. Attention : le clavier est en qwerty et la partition en lecture seule. Pour y remédier :

    loadkeys /usr/lib/kbd/keytables/fr.map
    mount -w -n -o remount /

Soit vous utilisez la commande passwd, soit vous éditez le fichier /etc/passwd

Si vous n'avez pas de disquette de boot, vous pouvez souvent vous en sortir en passant init=/bin/sh lors de l'amorçage. Ensuite, monter la racine et éditer à la main le fichier /etc/passwd.

16.3 Comment limiter le reboot en single user ?

Le problème du reboot en single user, c'est que n'importe qui peut alors réussir à passer sur la machine en root. Pour les entreprises ou les universités, cela pose un problème de sécurité. Certaines stations Unix permettent de mettre un mot de passe dans l'EPROM de la machine. Linux permet de demander le mot de passe root même en single-user.

Pour cela, vous devez récupérer les sources du programme init qui est lancé lors de l'amorçage du système. Au début du programme init.c, modifiez, la définition de la constante SOME_USER pour qu'elle ait la valeur 2, recompilez init, et ré-installez-le.

Cette première solution peut toutefois s'avérer être insuffisante car une personne peut toujours booter sur un autre périphérique (en utilisant l'option root = MonLinux).

En utilisant Lilo, pas de problème ! Il suffit alors d'ajouter les lignes suivantes pour chacune des images dans le fichier /etc/lilo.conf :

password = le mot de passe en clair
restricted
(pensez à mettre ce fichier en lecture seule pour le super-utilisateur et aucun droit pour les autres !)

Le boot normal de chaque image se passe sans problème et sans demander le mot de passe (important si l'on veut que la machine redémarre seule en cas de pépin : EDF, reboot à distance, ...) mais si l'on veut passer des paramètres au noyau lors du boot, lilo demande alors le mot de passe.

16.4 Consoles virtuelles - aspects pratiques

Linux vous permet de travailler en même temps sur plusieurs fenêtres textes. Pour passer de l'une à l'autre, fais Alt + Fn ou n est le numéro de la fenêtre virtuelle et Fn une touche de fonction (par exemple F1, F2 ...). Vous pouvez configurer le nombre de fenêtres dans le fichier /etc/inittab.

Quand vous êtes sous X, la combinaison devient Ctrl + Alt + Fn. Il est alors possible de retourner sous X en accédant ainsi à la console qu'il emploie (la première "libre", c'est-à-dire non gérée par un getty).

Utiliser maj + pages (touches SHIFT et page précédente ou page suivante) pour "remonter". Ceci fonctionne aussi sous xterm.

16.5 Consoles virtuelles - aspects théoriques

Principe

Les consoles virtuelles sont des périphériques. Elles sont au nombre de 63 (ou plus, ou moins, si l'on change ça lors de la compilation du noyau). Elles correspondent aux fichiers "spéciaux" tty1 ... tty63 du répertoire /dev.

Maintenant, pour pouvoir les utiliser, il faut pouvoir attacher un processus à ce terminal. C'est le rôle des utilitaires tels que agetty. Il est d'ailleurs intéressant de suivre (à l'aide de top) l'évolution des processus lors du login :

Tout d'abord, agetty (de propriétaire root) vous demande votre login. Dès que vous appuyez sur entrée, agetty exécute le programme login (toujours de propriétaire root) par recouvrement.

login (attaché à la VC puisqu'héritant de agetty) vous demande votre mot de passe. Il lance alors votre shell de login (de propriétaire "vous").

Vous pouvez noter que quand vous terminez votre session (i.e. votre shell de login), un agetty est relancé.

Configuration

C'est là qu'intervient le fichier inittab. init (de PID 1), est le processus ancêtre de tous les processus. Comme c'est le premier processus, c'est lui qui se charge de lancer les agetty. Il se sert pour cela du fichier de configuration /etc/inittab.

Entre autres choses, ce fichier contient des lignes du type :


    c1:1235:respawn:/sbin/agetty 38400 tty1 linux

Pour une explication, se référer à la page de manuel d'inittab(5). Ca veut dire en gros que init lance un agetty sur /dev/tty1 qu'il relance chaque fois qu'il meurt (respawn) avec un type de terminal Linux pour les cas où on est dans les "runlevels" 1,2,3 ou 5.

Donc, il faut mettre une ligne de ce type pour chaque console virtuelle.

On voit ici qu'il y a autant de agetty lancés que de consoles virtuelles utilisables, et qu'on est limité par ce nombre des lignes dans inittab (sauf si l'on lance 63 agetty...).

Il existe une autre méthode, c'est l'allocation de VC dynamiquement. Cela se fait grâce à un petit démon (cspawnd)

ftp://ftp.lip6.fr/pub/linux/sunsite/utils/console/dynamic-vc-1.1.tar.gz

cspawnd is normally started in rc.local as a daemon that is signaled by the kernel when the console user presses the Spawn_Console key (see below). Upon receipt of a signal from the kernel, cspawnd activates the newly allocated VC and spawns a getty process to enable the user to login. In its default configuration, it also attempts to periodically deallocate unused VCs.

Il convient alors de laisser une VC gérée par la première méthode, les autres étant alouées dynamiquement.

Les touches

Maintenant, il faut pouvoir passer d'une VC à l'autre. C'est le noyau qui s'en charge. Quand une touche "ConsoleN" (N=1...63) est frappée, Le noyau fait correspondre la VC numéro N à la console (la vrai).

Il y a aussi "Decr_Console", "Incr_Console" qui respectivement, incrémente et décrémente le numéro de la console ; ainsi que Last_Console qui fait passer à la sernière console utilisée. cspawnd rajoute la touche "Spawn_Console" (voir plus haut).

Il ne reste plus qu'a faire correspondre ceci à des touches (ou des combinaisons de touches) du clavier. Cela est fait grâce à l'utilitaire loadkeys (lancé par init au boot [dans un fichier /etc/rcXXX]). Cet utilitaire prend en paramètre un fichier .map (sûrement /usr/lib/kbd/keytables/fr-lat1.map pour vous) qui contient des lignes du style :

                 keycode  87 = F11 F11 Console_23
 control         keycode  87 = F11
 alt             keycode  87 = Console_11
 control alt     keycode  87 = Console_11

Bien sûr, vous pouvez retrouver tout ceci dans les pages de man et toutes les aides en ligne mises à votre disposition. Citons loadkeys(8), init(8), inittab(5), cspawnd(8) ainsi que les fichiers du répertoire /usr/src/linux/Documentation.

16.6 Francisation

locale // nls

Les "locales" sont un système permettant de gérer le plus proprement possible les différences de langue et de style des utilisateurs. Par exemple, des francophones préfèrent écrire 3,14 plutôt que 3.14, ne notent pas les dates comme les Australiens (qui ne le font pas comme les États-Uniens), etc. Chaque utilisateur doit donc pouvoir choisir une locale qui lui convienne et les applications bien faites (rares sont celles qui gèrent complètement les locales mais nombreuses sont celles qui les utilisent au moins un peu) s'adaptent sans recompilation. En somme, il s'agit de mettre les préférences nationales en dehors de l'application, comme avec le système de ressources du MacOs.

Si vous êtes un développeur, lisez le locale-tutorial (répertoires distributions/jurix/source/libc/nls ou bien sunsite/utils/nls) ou le Mini-HOWTO sur les Locales. Si vous êtes simple utilisateur, vous pouvez connaître les locales installées sur votre système avec locale -a (les noms semblent peu standardisés, vous aurez des chaînes du genre "fr_FR" ou "fr_FR.ISO8859-1") et en sélectionner une avec les variables d'environnement comme LANG ou LC_CTYPE (man locale donnera peut-être quelque chose).

Si vous êtes administrateur d'une machine, que les locales ne marchent pas comme vous le souhaitez, lisez le Mini-HOWTO sur les Locales et/ou ce modeste texte.

Si votre Linux n'est pas venu avec une installation correcte des locales (je ne crois pas qu'il existe une bonne distribution de ce point de vue), vous avez deux solutions. Je n'ai testé que la première et elle ne semble marcher qu'avec un noyau supérieur ou égal à 2.0 et une libc version 5.2.18 ou supérieure.

Première solution : compiler les programmes de la libc et utiliser le paquetage WG15-collection.

Pour cela, vous devez récupérer les sources de la libc. Il n'est pas nécessaire de la compiler en entier, juste les programmes de gestion des locales, qui permettent notamment de produire un fichier binaire à partir du source d'une locale. Pour résumer l'installation :

Récupérer libc (ici 5.2.18), par exemple dans ftp://ftp.lip6.fr/pub/linux/GCC.

(passer root)
cd /usr/src
mkdir libc-5.2.18
chown <USERNAME> libc-5.2.18
(quitter root)
cd libc-5.2.18
tar -xzvf /usr/tmp/libc-5.2.18.tar.gz
cd include
ln -s /usr/src/linux/include/asm .
ln -s /usr/src/linux/include/linux .
cd ../libc

Et là vous pouvez lire les instructions dans le README et faire ./configure (make depend est long et ne semble pas nécessaire si vous voulez juste les locales)

Si vous ne voulez pas compiler toute la bibliothèque C, arrêtez-vous là et :

cd locale
make SHARED= programs
(passer root)
mv localedef /usr/local/bin
mv locale /usr/local/bin
(quitter root)

Vous avez alors les deux programmes importants. Vous pouvez maintenant générer des locales binaires à partir des sources.

Une bonne collection de sources se trouve dans le fichier WG15-collection.linux.tar.gz qu'on trouve par exemple en ftp://ftp.lip6.fr/pub/linux/GCC (il doit son nom à un "working group" Posix).

Dans ce fichier, une fois détaré, il y a une bonne documentation (Intro). Si vous ne voulez pas la lire, ce qu'il faut faire est :

(passer root)
cd charmaps
mkdirhier /usr/share/nls/charmap
cp ISO_* /usr/share/nls/charmap
cd ../locales
mkdirhier /usr/share/nls/locale
cp POSIX ??_* /usr/share/nls/locale
mkdirhier /usr/share/locale
(la ligne suivante est a cause de ce qui semble etre une bogue dans la 
distribution)
localedef -c -i /usr/share/nls/locale/en_DK -f ISO_8859-1:1987 en_DK
(plein de message d'erreurs du genre item `yesstr' of category 
`LC_MESSAGES' undefined a ignorer)
localedef -c -i /usr/share/nls/locale/fr_FR -f ISO_8859-1:1987 fr_FR
(quitter root)

Vous pouvez tester avec locale -a que la nouvelle locale est désormais connue. C'est tout. Les utilisateurs peuvent désormais utiliser les variables d'environnement des locales comme LANG ou LC_CTYPE.

Deuxième méthode, que je n'ai pas réussi à faire fonctionner :

Récupérer nslutils (aujourd'hui nlsutils-0.5.tar.gz) par exemple (il semble nécessaire de récupérer des fichiers d'en-têtes comme localeinfo.h dans la libc).

make
make install

Pour tester votre installation des locales, vous pouvez vous servir de Perl 5.003 (c'est la première version de Perl qui teste que l'installation est correcte et produit un message d'erreur autrement) ou ce programme :

#include <stdio.h>
#include <ctype.h>
#include <string.h>
#include <locale.h>
#include <sys/types.h>
#define STRING "beto\b"

void main ()
{
    int i;
    u_char c;
    printf ("Setting locale: %s\n", setlocale(LC_ALL, ""));
    for (i=0; i<strlen(STRING); i++)  {
       c = STRING[i];
       printf ("%c (%d) is %s\n", 
          c, (int)c, isprint((int)c)?"printable":"non-printable");
     }
}

Il ne doit pas afficher Setting locale: (null) et, avec la bonne locale française, doit trouver que tous les caractères, sauf le dernier, sont "printables".

Certains outils GNU commencent à être francisés. Pour avoir cette possibilité, ajoutez dans votre .bashrc les lignes suivantes :

export LC_CTYPE=ISO-8859-1
export LANG=fr

ispell

ispell est un correcteur orthographique, en français. Vous pouvez le récupérer sur ftp.lip6.fr dans le répertoire /pub/ispell. Il est également possible de récupérer un dictionnaire français pour ispell sur le même site dans le répertoire /pub/ispell/francais. Le correcteur epelle s'avère lui aussi digne d'intérêt.

Les accents sous bash

Ajoutez dans le fichier .inputrc les lignes suivantes :

set meta-flag on
set convert-meta off
set output-meta on

less

Il est très désagréable de ne pas avoir les accents lorsque l'on fait un less ou un more d'un fichier. Pour que ce problème ne se pose pas, ajouter :

export LESSCHARSET=latin1
dans le fichier /etc/profile.

La commande less permet aussi d'examiner le contenu de divers types de fichiers (less toto.tar.gz ...) :

export LESSOPEN="|lesspipe.sh %s"

Placer le script suivant dans un répertoire dont le nom figure dans le PATH :

#!/bin/sh

lesspipe() {
  case "$1" in
  *.tar) tar tvvf $1 2>/dev/null ;; # View contents of .tar and .tgz files
  *.tgz) tar tzvvf $1 2>/dev/null ;;
  *.tar.gz) tar tzvvf $1 2>/dev/null ;;
  *.tar.Z) tar tzvvf $1 2>/dev/null ;;
  *.tar.z) tar tzvvf $1 2>/dev/null ;;
  *.Z) gzip -dc $1  2>/dev/null ;; # View compressed files correctly
  *.z) gzip -dc $1  2>/dev/null ;;
  *.gz) gzip -dc $1  2>/dev/null ;;
  *.bz) bzip -dc $1  2>/dev/null ;;
  *.bz2) bzip2 -dc $1  2>/dev/null ;;
  *.zip) unzip -l $1 2>/dev/null ;;
  *.lha) lha -v $1 2>/dev/null ;;
  *.arj) arj l $1 2>/dev/null ;;
  *.1|*.2|*.3|*.4|*.5|*.6|*.7|*.8|*.9|*.n|*.man) FILE=`file -L $1` ; # groff src
    FILE=`echo $FILE | cut -d ' ' -f 2`
    if [ "$FILE" = "troff" ]; then
      groff -s -p -t -e -Tascii -mandoc $1
    fi ;;
  esac
}

lesspipe $1

Formatage de textes

Pour gs et xdvi, il faut utiliser des options spéciales (sur ma machine, ce sont des alias). En effet, ils sont souvent configurés pour un papier de taille anglo-saxonne.

Ces options sont les suivantes :

gs -sPAPERSIZE=a4
xdvi -paper a4
ghostview -a4

Pour que dvips convertisse les documents dans un format papier a4, il faut spécifier dans le fichier config.ps (le chemin varie en fonction des versions de LaTeX) :

@ a4 210mm 297mm
@+ ! %%DocumentPaperSizes: a4
@+ %%PaperSize: a4
@+ %%BeginPaperSize: a4
@+ a4

elm

Pour que votre courrier soit en 8 bits (avec accents) sans avoir besoin de l'encapsuler via MIME ou autre, ajoutez ces trois lignes dans votre fichier ~/.elm/elmrc :

charset = iso-8859-1
displaycharset = iso-8859-1
textencoding = 8bit

telnet

Il peut arriver que lors d'une connexion distante via telnet, les accents ne passent pas. Dans ce cas, utiliser l'option -L de telnet.

French-HOWTO

Un document a été écrit pour regrouper un certain nombre de spécificités. N'hésitez pas à le consulter à l'adresse http://www.freenix.org/linux/HOWTO-vo/French-HOWTO.html.

16.7 teTeX et le style french

Remarque : la version originale de cette partie se trouve sur le site http://www.linux-france.com/article/tex/install_tetex_french.txt/

La version de teTeX employée est la 0.4pl8, en provenance de la distribution Linux Red Hat 4.2 (CD "LINDIS 1.0"). La version de l'extension french employée est la version 4,00 (date : 19970626) en provenance du site ftp.lip6.fr /pub/TeX/CTAN/language/french (fichier french.tar.gz). Voir également http://www.loria.fr/tex/.

Nota : les utilisateurs de Debian apprendront avec plaisir que les paquetages suivants existent (merci à L. Picouleau) :

tetex-french - The french style files for (La)TeX
tetex-french 4.00-1 -> 4.01-1 into hamm/non-free/binary-i386/tex
tetex-french (4.01-1) unstable; urgency=low
  * New upstream source
  * Build from pristine sources
  * 8 bit support (patch from Frederic Lepied <flepied@teaser.fr>)

Installation

Commencer dans un premier temps par récupérer les archives tetex et french et installer les paquetages rpm :

tetex-dvilj-0.4pl8-5.i386.rpm
tetex-dvips-0.4pl8-5.i386.rpm
tetex-xdvi-0.4pl8-5.i386.rpm
tetex-latex-0.4pl8-5.i386.rpm
tetex-0.4pl8-5.i386.rpm 

Il est nécessaire de passer en root avant d'effectuer l'installation (rappel : pour installer un paquetage, # rpm -i nom_du_paquet).

Il n'est pas nécessaire d'installer le paquetage tetex-dvilj-0.4pl8-5 si vous n'utilisez pas d'imprimante PCL LaserJet sans Postscript.

Lisez les commentaires contenus dans le paquetage tetex-afm (grâce à rpm -qip tetex-afm* avant de décider de l'installer ou non).

L'ensemble de la distribution prend environ 40 Mo (teTeX) et 3,5 Mo (french).

Premier test

L'installation place divers programmes exécutables dans les répertoires adéquats. Tentons de déterminer si tout semble en place (en tant qu'utilisateur normal, non root) :

Le message /usr/lib/texmf/texmf.cnf doit alors apparaître. En cas de problème :

# find /usr/lib/texmf /var/lib/texmf -type d|xargs chmod a+rx

Configuration

Passons à l'installation et à la configuration du paquetage french.

# umask 022
# cd /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic 
# tar xvzf french.tar.gz

Éditez le fichier /usr/lib/texmf/texmf.cnf et modifiez la définition de TEXINPUTS.latex. Elle devient alors :

$KPSE_DOT:$TEXMFS/tex/{generic/french/inputs,latex,latex209,generic}//:$TEXMFS/tex//

Il suffit donc d'ajouter generic/french/inputs et :$TEXMFS/tex//.

On peut également, le cas échéant, ajouter le chemin des styles livrés avec les sgml-tools ou linuxdoc-sgml (afin d'employer sgml2latex pour générer par exemple les version françaises des HowTo, ou le Guide du ROOTard) :

$KPSE_DOT:$TEXMFS/tex/{generic/french/inputs,latex,latex209,generic}//:$TEXMFS/tex//:
/usr/local/lib/linuxdoc-sgml//

Utilisez dans ce cas sgml2latex -l lors de la conversion sgml vers LaTeX. Mais cela ne suffit pas : les caractères accentués sont perdus. Il est peut-être nécessaire d'utiliser recode ou bien (merci à L. Wacrenier) ajouter l'option <article opts=french> au code SGML.

Il faut ensuite modifier le paramétrage :

# cd /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic/config
# mv language.dat language.dat-babel
# cd /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic/babel
# mv hyphen.cfg hyphen.cfg-babel
# cd /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic/hyphen
# ln -s ushyph1.tex ushyph.tex
# cd /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic/french/initex
# texconfig rehash
# initex latex.ltx
# mv latex.fmt /usr/lib/texmf/texmf/web2c

Ensuite, toujours en super-utilisateur, lancez le programme texconfig et sélectionner :

Utilisez ensuite les tests du répertoire /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic/french/tst afin de s'assurer que tout fonctionne bien (en tant qu'utilisateur normal) :

$ mkdir ~/tmp
$ cd ~/tmp
$ cp -a /usr/lib/texmf/texmf/tex/generic/french/tst french_tst
$ cd french_tst
$ latex frenchlb.tex 
$ latex frenchlb.tex 
$ xdvi frenchlb.dvi
$ xdvi frenchrf.dvi

Certains anciens styles ne fonctionneront pas faute de fichier Ulasy.fd. Ce fichier existe bien mais a été renommé ulasy.fd (initiale en minuscule) car cela améliore la compatibilité de teTeX avec les systèmes d'exploitation incapables de distinguer la casse des caractères dans les noms de fichiers. Il suffit de retrouver le répertoire où se trouve le fichier (utiliser find ou locate), de créer un lien symbolique puis d'appeler texconfig rehash.

Par exemple :

# locate ulasy.fd 
/usr/lib/texmf/texmf/tex/latex/base/ulasy.fd
# cd /usr/lib/texmf/texmf/tex/latex/base
# ln -s ulasy.fd Ulasy.fd
# texconfig rehash

Utilisez ensuite un arpenteur Web (browser) pour examiner les fichiers

/usr/lib/texmf/texmf/doc/help/Catalogue/catalogue.html
et
/usr/lib/texmf/texmf/doc/helpindex.html

avant d'employer une imprimante PostScript. Déterminez la valeur adéquate du paramètre 'm' dans le fichier config.ps utilisé lire pour cela le fichier info de dvips.

16.8 TeX et les polices de caractères

Certains personnages indélicats se sont permis de bidouiller les polices de caractères Computer Modern sans en changer le nom ET CE CONTRAIREMENT A TOUS LES COPYRIGHTS de Knuth. Ceci est EXTREMEMENT grave parce que tout document typographié avec ces polices de caractères n'aura pas le meme look qu'avec les VRAIES Computer Modern. Or, malheureusement, ces polices de caractères fautives ont été livrées sur plusieurs CDs Linux. Comme beaucoup d'entre nous travaillent avec la distribution Slackware, il convient de faire extremement attention.

C'est pourquoi vous devriez vérifier votre système.

Pour cela, c'est simple, un bon vieux terminal et deux minutes de temps :

c'est gagné, vous avez les bonnes polices de caractères (la valeur clef à regarder, c'est le 10.55559). Il suffit alors de repondre `x' pour que TeX se termine.

Dans le cas contraire, votre système est vérolé. Il suffit de récupérer les mises à jour et le tour est joué.

16.9 Une carte son bien configurée

Lorsque l'on compile et que l'on se sert d'une carte son sous Linux, la grande question est de savoir si la carte est correctement configurée. Pour cela, il existe un fichier (/dev/sndstat) qui donne toutes les informations sur la configuration de la carte :

Sound Driver:3.5.4-960630 (Mon Nov 11 14:50:52 MET 1996 root,
Linux gandalf 2.0.25 #3 Mon Nov 11 11:44:54 MET 1996 i486)
Kernel: Linux gandalf 2.0.25 #3 Mon Nov 11 11:44:54 MET 1996 i486
Config options: 0

Installed drivers: 
Type 1: OPL-2/OPL-3 FM
Type 2: Sound Blaster
Type 7: SB MPU-401

Card config: 
Sound Blaster at 0x260 irq 5 drq 1,5
SB MPU-401 at 0x330 irq 5 drq 0
OPL-2/OPL-3 FM at 0x388 drq 0

Audio devices:
0: Sound Blaster 16 (4.11)

Synth devices:
0: Yamaha OPL-3

Midi devices:
0: Sound Blaster 16

Timers:
0: System clock

Mixers:
0: Sound Blaster

Pour tester la bonne marche de la carte son, il suffit d'envoyer quelques fichiers audio (.au) sur /dev/audio, avec la commande suivante : cat toto.au > /dev/audio.

16.10 Bug gcc

Certaines version de gcc (2.7.0 à 2.7.2 compris, mais pas 2.7.2.1 et postérieurs) ont un bug avec l'option -O2. Pour l'identifier, tester ce programme :

/* sr_bug.c
 *
 * This program tests for a gcc bug.
 * To compile this test program:  gcc -O2 sr_bug.c
 *
 * Sometimes gcc for Intel CPUs generates bad code at optimization
 * level 2.  The bad code is 'almost right' and stay hidden inside
 * a program that seems to work - including the Linux kernel.
 * The bug is very old and has been reported.  As of 19-Dec-95,
 * the bug has not been fixed.
 *
 * If you change this code you should test it, because even a
 * tiny change will hide this elusive bug.  If you think you
 * fixed the bug, please run the original test just to make
 * sure. You can find the original test below, after the #if 0.
 * I wrote this version of the test to be user-friendly, and
 * it may not be as solid as the original.
 *
 * Some people who know more than I do:
 * davis@space.mit.edu (John E. Davis)
 * anlauf@crunch.ikp.physik.th-darmstadt.de (Harald Anlauf)
 * craigs@iii2.iii.net (Craig Shrimpton)
 *
 * User-friendly version by Albert Cahalan
 *
 */
 
#include <stdio.h>

int gcc_sr_bug(void){
  static int Array[3]; /* must be static (or global) */
  unsigned int B = 3;  /* must be unsigned 32-bit */
  int i;
  for(i=0; i<B; i++) Array[i] = i - 3;
  for(i=0; i<B; i++) printf(" %d,%d", i, Array[i]);
  return !Array[1];
}

int main(){
  printf("Testing for gcc bug...");
  if(gcc_sr_bug()){
    printf("\n\nBad code! Your compiler generates bad output.\n\n");
    printf("Add -fno-strength-reduce to your gcc command line\n");
    printf("or put it into your gcc config file, such as in\n");
    printf("/usr/lib/gcc-lib/i486-linux/2.7.0/specs.\n");
    exit(1);
  }else{
    printf("\nOK, no problem.\n");
    exit(0);
  }
}

16.11 Emacs

Emacs est un éditeur de texte très puissant car cohérent et extensible mais consommateur de ressources (processeur et mémoire). La plupart de ceux qui commenceront à l'employer sérieusement, en explorant les documentations, ne pourront bientôt plus s'en passer.

Divers documents et FAQ existent. Voici un fichier de configuration de base :

;; 
;; Fichier .emacs: initialisation d'emacs
;;   Fichier de base : Guide du Rootard
;;

(display-time)                     ;; Pour avoir l'heure dans la barre d'etat
(setq display-time-24hr-format t)  ;; Format 24 heures

;; Nouveaux modes
(autoload 'c++-mode   "cplus-md" "C++ Editing Mode" t)
(autoload 'perl-mode   "perl-mode" "Perl Editing Mode" t)
(autoload 'c-mode "c-mode" "C Editing Mode" t)
; mieux vaudrait utiliser le "cc-mode"

;; Auto-Mode Settings : positionne le mode selon l'extension
(setq auto-mode-alist
(append '(("\.c$"  . c-mode)    ;; utilise le mode C++ meme pour C
("\.h$"  . c-mode)  
("\.C$"  . c++-mode) 
("\.H$"  . c++-mode)
("\.cc$" . c++-mode)
("\.C$"  . c++-mode)
("\.pl$" . perl-mode)           ;; Perl
("/tmp/snd\.[0-9]*" . text-mode);; Text (pour le mail)
("[Rr][Ee][0-9]*" . text-mode)   
("\.ada$"  . ada-mode)          ;; Ada
("\.spec$"  . ada-mode)
("\.body$"  . ada-mode))
auto-mode-alist))

# Remapes varies
(global-set-key "\eg" 'goto-line)       ;; ESC G = Goto line
(global-set-key "\eo" 'overwrite-mode)  

(put 'eval-expression 'disabled nil)

;; Accents...
(standard-display-european 1)
(load-library "iso-syntax")

;; Sous X-Window, textes en couleurs (C/C++/Shell/Makefile,etc)
(cond (window-system
(setq hilit-mode-enable-list  '(not text-mode)
hilit-background-mode   'light
hilit-inhibit-hooks     nil
hilit-inhibit-rebinding nil)
(require 'hilit19)
))
(if (not (equal window-system ""))
(global-set-key "\C-?" 'delete-char))
))
;; mieux vaudrait employer font-lock

Ce fichier peut être largement amélioré. Pour en savoir plus, consulter la documentation d'Emacs (appuyer sur control-H puis i), qui est bien faite mais un peu grosse.

Remarque : il est possible d'ajouter les lignes suivantes pour pouvoir se servir des accents lors de l'édition de fichiers en mode texte :

(set-input-mode (car (current-input-mode))
              (nth 1 (current-input-mode))
              0)

16.12 Verrouillage des ports série

L'utilisation des ports série pose un problème de verrouillage : il ne faut pas que deux processus concurrents accèdent à un port série donné en même temps. Mais d'autre part, si on a un port série sur lequel tourne un getty pour traiter des appels entrants, on voudrait bien quand même pouvoir utiliser le port série pour passer des appels sortants.

Pour résoudre ce problème, il y a deux approches. La première, c'est le verrouillage par le noyau. Elle utilise deux périphériques différents pour accéder à un port série : /dev/ttySn pour les appels entrants (via getty), et /dev/cuan pour les appels sortants. Quand getty tente d'ouvrir /dev/ttySn, il est bloqué jusqu'à ce qu'un appel entrant soit reçu et que le modem le signale par la ligne DCD du port série.

Tant que getty est bloqué dans l'appel système open, on peut encore utiliser le périphérique /dev/cuan pour les appels sortants (évidemment, getty reste bloqué lorque DCD est activée pour l'appel sortant...)

D'autre part, une fois que /dev/cuan est ouvert, un processus d'une autre session ne peut pas l'ouvrir (si le système est correctement configuré -- voir l'option session_lockout de setserial(8).) Cela évite que deux processus tentant indépendamment de passer un appel sortant se trouvent à écrire simultanément sur le port série.

La seconde technique est celle des "lock-files" (fichiers-verrous). Elle consiste, pour chaque processus qui utilise un port série, à écrire son PID dans un fichier spécial. De cette façon, quand un autre process veut utiliser le même port série, il vérifie la présence de ce fichier, le trouve, lit le PID qui y est écrit, vérifie que le processus correspondant existe, et sait donc que le port série est occupé et qu'il ne peut pas l'utiliser. Dans ce cas, on n'utilise que les /dev/cuan.

Chacune des deux approches a ses avantages et ses inconvénients. La méthode de verrouillage par le noyau nécessite d'employer un modem en mode auto-réponse, et autorise l'ouverture du port série par un processus qui veut passer un appel sortant entre le moment où le téléphone sonne et le moment où les modems ont fini de négocier (ce qui peut prendre une dizaine de secondes.) La méthode des lock-files nécessite une configuration homogène des logiciels utilisés (tous les logiciels doivent chercher et mettre le lock-file au même endroit, s'entendre sur le format du PID qui y est inscrit...) Elle nécessite aussi que getty vérifie périodiquement l'existence du lock-file, et il peut donc "rater" un appel entrant entre le moment où un processus libère le port série et celui où il vérifie à nouveau la présence du lock-file. Il est aussi possible qu'un processus sortant arrive à créer le lock-file entre le moment où getty détecte un appel et celui où il crée le lock-file pour cet appel.

Le choix d'une méthode est, finalement, une décision individuelle de chaque administrateur, sachant que l'approche "lock-file" est plus souple, mais moins élégante et plus délicate à mettre en oeuvre que le verrouillage par le noyau.

16.13 Minitel

Il est fort agréable de pouvoir se connecter sur le Minitel. Récupèrez le programme xtel de Pierre Ficheux. Il s'agit d'un émulateur Minitel achtement cool à utiliser.

Vous pouvez le trouver sur ftp.lip6.fr dans le répertoire /pub/X11/videotext/xtel.

16.14 Fax

Envoyer des documents par FAX est tout à fait possible. Pour cela, utilisez par exemple Hylafax.

Il se trouve sur le site ftp.funet.fi dans le répertoire /pub/mirrors/sgi.com/sgi/fax/source.

16.15 Modules Chargeables

Cette partie s'inspire allégrement de l'article que j'ai écrit dans le journal "Les échos de Linux", au mois de Juillet 96.

Structure du noyau

Le noyau d'un système Unix peut être représenté sous la forme d'un objet monolithique. Toutefois, un tel objet possède l'inconvénient d'être gros et statique. A chaque fois que l'on désire rajouter un nouveau périphérique, il est nécessaire de recompiler le noyau. De plus, si l'on n'utilise certains gestionnaires particuliers que rarement, on est obligé de l'avoir dans le noyau, ce qui a tendance à consommer de la mémoire.

Qu'est-ce qu'un module chargeable ?

Les modules chargeables permettent de joindre l'utile à l'agréable en ayant un noyau le plus petit que possible, chargeant à la demande ce dont il a besoin, soit d'une manière manuelle par le super utilisateur de la machine, soit d'une manière automatique. De cette manière, le gain de ressources est non négligeable.

La première question que l'on peut se poser, c'est : " Pourquoi deux techniques de chargement ?"

La première technique est manuelle : il faut charger ou décharger les modules à la main. La deuxième est automatique, grâce à l'utilisation d'un démon spécialisé qui est l'esclave du noyau et qui charge et décharge les modules pour lui. En fait, la version 1.2 de Linux n'offrait que la possibilité d'un chargement manuel qui est limité au super-utilisateur de la machine et qui est assez lourd à manipuler. Au fil du développement de la version 2.0, un nouveau système implémenté par Bjorn Ekwall permit d'effectuer un chargement dynamique et automatique des modules.

Compilation du noyau

Lors de la compilation du noyau, il est nécessaire de spécifier des options particulières pour activer l'utilisation des modules chargeables :


gandalf# make config
*
* Loadable module support
*
Enable loadable module support (CONFIG_MODULES) [Y/n/?]
Set version information on all symbols for modules (CONFIG_MODVERSIONS) [N/y/?]
Kernel daemon support (e.g. autoload of modules) (CONFIG_KERNELD) [Y/n/?]
    

Voici le détail de ces trois options :

Une fois configuré, il vous suffit de lancer la compilation ainsi que l'installation :


gandalf# make dep ; make clean
gandalf# make zImage
gandalf# make modules ; make modules_install

Une fois ces opérations effectuées, les modules se trouvent alors dans le répertoire /lib/modules/x.y.zx.y.z correspond au numéro de version du noyau. Il ne nous reste plus qu'à voir le chargement.

Note importante : tous les outils de manipulation des modules se trouvent dans modules-2.0.0.tar.gz situé dans le répertoire v2.0. Ils sont installés par défaut avec les distributions standards, mais il est important d'utiliser la bonne version.

Chargement : méthode manuelle

Le chargement manuel est basé sur trois commandes :

Leur utilisation oblige d'être en super-utilisateur. Voici un exemple d'utilisation :


gandalf# insmod nfs.o
gandalf# lsmod
Module:        #pages:  Used by:
nfs               12            4
gandalf# mount -t nfs /truc /mnt
gandalf# lsmod
Module:        #pages:  Used by:
nfs               12            5
gandalf# cd /mnt
...
gandalf# cd /
gandalf# umount /mnt
Module:        #pages:  Used by:
nfs               12            4
gandalf# ps axu | grep nfs
root      5535  0.0  0.0     0     0  q2 SW  17:15   0:00 (nfsiod)
root      5536  0.0  0.0     0     0  q2 SW  17:15   0:00 (nfsiod)
root      5537  0.0  0.0     0     0  q2 SW  17:15   0:00 (nfsiod)
root      5538  0.0  0.0     0     0  q2 SW  17:15   0:00 (nfsiod)
root      5557  0.0  0.4   864   300  q2 S   17:16   0:00 grep nfs
gandalf# kill -9 5535 5536 5537 5538
gandalf# lsmod
gandalf# rmmod nfs.o

Il est nécessaire de "tuer" les 4 démons nfsiod car ils sont lancés dès que NFS est activé. Comme vous pouvez le voir, ces opérations deviennent relativement pénibles. C'est pour cette raison que le système de chargement automatique a été créé.

Chargement automatique : kerneld

Avertissement

La gestion des modules a été modifiée dans la série 2.1.x et kerneld a été supprimé. Ceci n'est donc valable que pour les noyaux 2.0.x.

Introduction

Le système de chargement automatique de modules permet de réduire au minimum la taille de son noyau. Le principe de fonctionnement est particulièrement simple : un démon en mode utilisateur est à l'écoute des ordres du noyau (via une file de messages de type IPC Système V). Lorsque un processus essaye d'accéder à une ressource système (via un appel système open, etc...), le noyau envoie l'ordre de chargement du module à kerneld. Une fois le message reçu, kerneld exécute modprobe pour charger les modules nécessaires.

Conseils pour la compilation du noyau

Par contre, lors de la compilation du noyau, il est nécessaire d'y mettre au moins le support pour permettre l'amorçage de la machine et le montage de la racine de votre système de fichiers (par exemple, support IDE + ext2fs). Vous pouvez y mettre tout le reste en module (carte son, systèmes de fichiers, carte SCSI, etc).

Mise en place

Cette partie de modification n'est valable que si la machine n'était pas pourvue de kerneld. Les nouvelles distributions effectuent une installation tout à fait correcte.

Pour réaliser la mise en place du système de chargement de modules, il est nécessaire d'effectuer certaines modifications au niveau de votre configuration. En effet, il est nécessaire lors de l'amorçage de la machine de lancer le démon kerneld et de réaliser une espèce de liste des dépendances des modules : certains modules ne peuvent être lancés avant que d'autres ne le soient. Dans un premier temps, il faut créer le fichier /etc/rc.d/rc.modules dans lequel, il faut mettre :


# Modules

#
# Creation d'un lien logique pour le noyau courant
#
#
/bin/rm -f /lib/modules/current
ln -sf /lib/modules/`uname -r` /lib/modules/current
#
# Creation des dependances
if [ ! -r /lib/modules/current/modules.dep ]
then
        echo "Creating module dependencies"
        /sbin/depmod -a
fi
#
# Chargement des modules d'amorçage...
#
if [ -x /sbin/kerneld ]
then
        if find /lib/modules/boot -type f -o type l > /dev/null 2>&1
        then
                echo "Loading boot-time modules"
                /sbin/modprobe -a -t boot \*
        fi
else
        echo "Loading modules"
        /sbin/modprobe -a \*
fi
#
# Si vous possédez d'autres types de démons kerneld à lancer...
#
if [ -x /sbin/kdsound ]
then
        echo "Starting sound daemon"
        /sbin/kdsound &
fi

Cela permet de générer la dépendance de vos modules à chaque fois que vous amorcez votre machine. Ensuite, dans le fichier /etc/rd.d/rc.S (peut dépendre de la distribution...), il convient d'ajouter :



# Start update.
/sbin/update &

# *** A AJOUTER ***
# Lancement de kerneld le plus tôt possible, de telle manière 
# que les modules de systèmes de fichiers puissent être chargés
if [ -x /sbin/kerneld ]
then
        echo "kerneld running"
        /sbin/kerneld
fi

...

# Un peu de ménage
cat /dev/null > /var/adm/utmp

# Lancement du script des modules
if [ -f /etc/rc.d/rc.modules ]; then
        /etc/rc.d/rc.modules
fi

Une fois ces modifications effectuées et la machine réamorcée, tout doit être en place. Si kerneld permet de charger automatiquement les modules, il permet également de les décharger au bout d'un certain temps de non utilisation. Par défaut, si aucun processus n'accède au module pendant plus de 60 secondes, il est automatiquement déchargé. Il est possible de modifier cette valeur en rajoutant le paramètre delay=Nb_Secondes à kerneldNb_Secondes est le délai en nombre de secondes.

Le fichier /etc/conf.modules

Il peut arriver qu'il soit nécessaire de configurer un dernier fichier : le fichier /etc/conf.modules. Ce fichier contient les chemins où se trouvent les modules devant être chargés et ensuite des alias pour les modules. Si vous n'avez pas ce fichier, vous pouvez le créer avec :


gandalf# /sbin/modprobe -c | grep -v '^path' >/etc/conf.modules

Il peut arriver que lors du premier amorçage vous obteniez ce message :

Cannot locate module for net-pf-3
Cannot locate module for net-pf-4
Cannot locate module for net-pf-5

Pas de panique ! Ce message n'est pas méchant et pour ne plus l'avoir, ajouter les lignes suivantes dans le fichier /etc/conf.modules :


alias net-pf-3 off
alias net-pf-4 off
alias net-pf-5 off

Il peut arriver que certains périphériques aient besoin de certains paramètres particulier. Consultez le document Kernel HowTo.

Quelques références

Vous pouvez consulter ces références pour plus d'information :

Inactivité d'une machine

Le programme "Energy Star" lancé à l'initiative de l'EPA ( "Environmental Protection Agency" américain) a pour objet principal de diminuer la consommation électrique des systèmes inactifs. Certains matériels peuvent parfois voir leur durée de vie augmentée.

Linux offre la possibilité d'utiliser des équipements conformes. On peut par exemple programmer une touche ou un menu qui, sur un portable, stoppe la rotation des disque, arrête l'écran et ralentit le système.

Le choix des délais d'inactivité avant une suspension est fonction de l'utilisation du système. Noter également que tous les systèmes ne gèrent pas ces fonctionnalités et que tous les systèmes ne se comportent pas de la même façon d'un constructeur à l'autre.

Les informations ci-dessous sont données dans l'espoir d'être utiles mais sont données SANS AUCUNE GARANTIE quant au bon fonctionnement de votre système après les avoir suivies. Si votre petite amie vous largue parce que votre disque dur émet des bruits bizarres ou si votre propriétaire vous expulse après que votre écran ait mis le feu à votre appartement, vous en endossez l'entière responsabilité.

Disque dur

L'arrêt de la rotation du disque dur présente un avantage supplémentaire à ceux énoncés plus haut : celui de rendre le système moins bruyant. Cependant, sur Unix, quelques démons accèdent aux données sans réel besoin et ont tendance à réveiller le disque.

Certains BIOS peuvent suspendre le disque après une non utilisation. Rechercher l'option HDD Standby Timer. Avec les disques IDE, on peut utiliser l'utilitaire hdparm(8) qui fait la même chose :

  $ hdparm -S 120   -- arrete le disque apres 10 minutes (120 x 5s)
  $ hdparm -Y       -- suspend le disque tout de suite

Si le disque ne veut jamais s'arrêter en mode normal (mais qu'il le fait bien par exemple en mode "single user") ou s'il reprend son activité sans raison apparente, c'est que des programmes continuent à lire et écrire sur le disque sans que vous ne fassiez quoi que ce soit. Ces programmes (démons) sont normalement lancés au boot, le jeu consiste à les détecter et les reparamétrer.

Pour la détection, il faut que vous ayez un moyen de surveillez les accès physiques au disque dur, que ce soit au bruit d'un accès ou une led d'activité. Ensuite, voici trois méthodes pour rechercher les agitateurs :

Disque dur, autre solution

Une autre solution pour régler le problème est de compiler le noyau avec l'option ramdisk. À l'amorçage, on crée alors un ramdisk qui contient les fichiers de type lock, scripts cron, et ainsi de suite.

Il faut ajouter les lignes suivantes dans le fichier rc.S :

#Creer un ramdisk et monter /var/lock
# et copier le contenu de /var/lock.skel
dd if=/dev/zero of=/dev/ram15 bs=1k count=256 > /dev/null
mke2fs -m0 /dev/ram15 256 > /dev/null
mount /dev/ram15 /var/lock > /dev/null
(cd /var/lock.skel; cp -rP * /var/lock >/dev/null )

Le fichier /var/lock.skel est une copie conforme de /var/lock avant que ce système ne soit appliqué, à la base on a

>ls -l /var/lock.skel/
total 4
drwxr-xr-x   2 root     root         1024 Nov 26  1996 crontab/
drwxr-xr-t   2 root     root         1024 Nov 28  1993 emacs/
drwxr-xr-x   2 root     root         1024 Nov 21  1996 samba/
drwxr-xr-x   2 root     root         1024 Jul 15  1997 subsys/
 
/crontab contient une serie de liens symboliques style root ->
../../spool/cron/crontabs/root
 

où se trouvent les sources "en dur". Après avoir exécuté crontab -e, copier les fichiers /var/spool/cron/crontabs/{$USER, cron.update} dans /var/lock/crontab.

cron doit être lancé par /usr/sbin/crond -l10 -c /var/lock/crontab >>/var/adm/cron 2>&1 pour aller chercher ses fichiers sur le disque en mémoire.

Le répertoire /var/lock/samba contient les fichiers browse.dat et wins.dat, qui sont rafraichit périodiquement. Pour forcer smbd et nmbd à utiliser ce répertoire, ajouter dans /usr/local/samba/lib/smb.conf :

  lock directory = /var/lock/samba
 

Dernier avantage : après un reboot, il n'y a plus de "stale locks" !

cron

Le démon cron(8) lance des programmes à certaines heures. Il n'est pas directement en cause dans les accès disques (il ne fait que des accès en lecture pour vérifier que ses tables n'ont pas changé mais ces informations sont la plupart du temps dans le cache disque) Certaines distributions insèrent dans la crontab(5) des processus lancés toutes les quelques minutes. Jetez un coup d'oeil dans les crontabs des utilisateurs démons (root, news, uucp...) ou dans le fichier /etc/crontab et faites le ménage.

Dans certaines distributions, le programme atrun est lancé toutes les minutes. Il sert à exécuter des programmes à une date donnée avec les commandes at et batch. Si vous ne vous en servez pas, désactivez-le, sinon essayez le démon atd du package at-3.1.*.

Conservez les lignes qui nettoient les logs et rassemblez-les autour d'une même heure.

mgetty

mgetty vérifie toutes les quelques minutes que le modem répond bien. Comme il note toutes ses actions dans un fichier de log (en fonction du paramètre debug) cela entraîne des accès disques non désirables.

Parade: Mettre une période de vérification démesurément longue dans mgetty.config. Par exemple :

      modem-check-time 360000

vérifie toutes les 100 heures. Cette option n'a pas l'air désactivable.

lpr NG

lpd vérifie la queue et l'activité des démons toutes les dizaines de minutes.

Parade : désactivez cette option dans /etc/lpd.conf :

       poll_time 0

apache

Le serveur maître httpd discute avec ses co-serveurs via le fichier log/apache_status.

Parade : lancez httpd via inetd.

De nombreux commentaires déconseillent d'utiliser apache avec inetd pour des raisons de performance (inetd doit forker un serveur qui va relire et analyser sa config à chaque URL demandée) mais si votre serveur n'a pas énormément d'accès, c'est tout à fait jouable.

bind

bind 8.1 (named) logue toutes les heures des informations sur ses activités.

Parade: Envoyez ces information ailleurs que sur le disque dur (sur une console, par exemple ou désactivez-les carrément. Dans /etc/named.conf :

     logging {
             category statistics { null; };
             category maintenance { null; };
     };

squid

Squid fait constamment le ménage dans les fichier cachés.

Parade : aucune avec squid lui même, mais on peut utiliser le module proxy d'apache (voir plus haut). Ce module n'est pas actif dans la configuration par défaut. Vous devrez peut-être recompiler apache pour vous en servir.

sendmail

Sendmail vérifie périodiquement la queue pour réexpédier le courrier qui peut s'y trouver.

Parade : Avez vous vraiment besoin d'un sendmail en démon (c.-à-d. votre machine est elle censée recevoir du courrier par SMTP) ? Si vous pensez que non, tuez le processus et vérifiez que votre lecteur de courrier fonctionne encore (mail, vm, rmail, mush, pine... se passent de démon mais mh en a parait-il besoin). Regardez aussi si vous ne pouvez pas vous servir du démon d'une autre machine.

Si vous avez vraiment besoin de sendmail en démon, lancez le au boot sans l'option -q [durée] et videz la queue en lançant sendmail -q via la crontab aux heures que vous voudrez (par exemple, en même temps que le nettoyage des fichiers de logs).

Le moniteur

Les moniteurs suivant la norme VESA DPMS peuvent être mis en veille. Le moniteur passe successivement par plusieurs étapes :

Le paramétrage est différent selon que l'on se trouve sous X ou pas.

La console

La commande setterm permet de déterminer si on utilise DPMS et avec quelle durée :

    $ setterm -blank 10           # extinction apres 10 minutes (defaut)
    $ setterm -powsersave on

On peut faire un réglage plus fin avec les séquences d'échappement:

    ESC[9;intervalle]   "intervalle" est le nombre de minutes
                        d'inactivite avant d'entrer en mode "suspend"
    ESC[14;intervalle]  nombre de minutes d'inactivite entre le mode
                        "suspend" et le mode "off".

Voir, dans les sources de linux, le fichier drivers/char/vesa_blank.c pour plus de détails.

XFree86

Dans XFree86 3.3 et supérieur, les valeurs par défauts sont initialisées dans le fichier XF86Config(4). Pour activer le mode DPMS, ajoutez dans la section Devices :

    Option "power_saver"

Ensuite vous pouvez paramétrer les délais StandbyTime, SuspendTime et OffTime de la section Monitors comme indiqué dans le manuel.

On peut changer ces valeurs au vol ou passer dans un état particulier avec la commande xset(1).

La CPU

Les BIOS supportant APM (Advanced Power Management) peuvent faire passer le système par 3 stades d'inactivité :

Lorsque le système est ralenti, Linux perd la notion du temps réel (son horloge est ralentie) Tous les programmes qui effectuent des actions périodiques (en particulier cron) sont perturbés. L'horloge est remise à l'heure une fois le système reparti si le noyau est compilé pour supporter APM (sinon, remettez-la avec clock).

Si vous comptez faire des gros calculs, utilisez la crontab ou si votre machine fait office de serveur, je doute que les options APM vous soient utiles, mais sur un portable c'est sûrement tout autre chose (si quelqu'un m'offre un portable, je lui ferais part de mes impressions.)

L'utilitaire apmd ( ftp.cs.unc.edu:/pub/users/faith/linux/apmd-2.4.tar.gz) permet de surveiller les états liés à APM ou forcer la suspension.


Page précédente Page suivante Table des matières