Le Petit Journal du Linuxien Novice
© 1999-2007 César Alexanian. Hébergé officiellement chez Linux-France. Serveur principal tournant sous GNU/Linux chez NFrance Conseil
À SUIVRE...
STATS

[ Nedstat ]
Dernière mise à jour : vendredi 30 novembre 2007

[ Page précédente ] | [ Sommaire ] | [ Page suivante ]

La Mandrake 6.1

Jeudi 30 septembre 1999.

Jour de paie... J'ai vu en kiosque la sortie de PC Expert avec la distribution Mandrake 6.1. Je me suis évidemment rué dessus d'autant que son prix (29 F) ne nous mène pas très loin... Arrivé à la maison, après avoir inséré ma dernière disquette d'installation de la Mandrake 6.0, je lance la mise à jour avec le cédérom de la Mandrake 6.1 inséré dans le lecteur. Je choisis donc mise à jour et lance l'installation.
Tout se déroule comme sur des roulettes. Arrivé à la fin, je change de disquette afin de créer la disquette de boot, et là... ça bloque ! Donc, j'essaye de passer le cap et lance la dernière opération : l'installation de Lilo... Pareil. Rien à faire. Je quitte, le système reboote et, évidemment, l'invite de Lilo bloque sur LI et plante le tout. Qu'à cela ne tienne, je réitère l'opération de mise à jour et... toujours pareil. Rien à faire. J'ai l'impression que ça commence bien. Peut-être aurais-je dû créer la nouvelle disquette d'installation. Mais c'est trop tard pour se lamenter.
Mais comme le métier commence à rentrer, je ne m'affole pas. Je mets la disquette d'amorçage de secours que j'avais créée avec la RH 5.2 et tout se passe bien, malgré les alertes de versions ne correspondant pas (évidemment). Je me logge en tant que root puis lance mc, édite lilo.conf, fais pointer sur le nouveau noyau installé (vmlinuz, étant le lien sur le kernel 2.2.11), enregistre, quitte mc, tape lilo et relance le tout. MIRAAACLE ! ça marche ! Que je suis bon ! Plus de message d'erreur ni rien du tout. Première chose à vérifier : startx.
Tout se passe bien sauf que, en tant que root, kde s'affiche... en anglais. Qu'à cela ne tienne, je reconfigure en français et relance kde... Molière est revenu. Je quitte et là... je tente le diable, je vais configurer la carte son. Je suis têtu, je vous l'avais dit ! Donc, sndconfig et là, re-MIRAAACLE ! un nouveau driver est apparu et tout se passe pour le mieux du monde ! J'entends Linux Torvalds me parler dans le poste ! Super. Je me délogge, me relogge en tant qu'utilisateur, tape startx, lance kppp après l'avoir reparamétré (il avait perdu ses liens...), vais relever mes emails. Tout roule ! Il n'y a plus qu'à. J'essaye la configuration sonore de kde et ça marche.
Bonne nuit !

Mardi 5 octobre 1999.

Ce soir, c'est décidé. Au vu de l'embonpoint incontrôlable de ma distribution (taux d'occupation de hda2 : 98,2%...), j'ai entrepris de reformater ma partition / et de réinstaller totalement la Mandrake 6.1 avec l'essentiel et le nécessaire... Je vous passerai toutes les opérations qui ont déjà été contées auparavant. Je conserve kde, gnome (car il est très beau...), les bases nécessaires à la compilation, les sources du noyau (afin de réitérer l'exploit de l'autre jour), etc. Résultat des courses : 555 Mo ! Donc, à moins de ne conserver que le kernel, rien à faire pour amaigrir une installation potentiellement exploitable. Taux d'occupation du disque après cure : 90% tout de même ! Aucun souci de paramétrage. Comme ma partition /home a été conservée, la plupart des mes configurations ont été épargnées. Faudra voir soit à augmenter la taille de la partition, soit à augmenter la taille de la partition (je ne peux me résoudre à supprimer les kde et autres...).

Mercredi 6 octobre 1999.

Je relève mon courrier. Tac, tac, tac, gngngn... quinze mails qui tombent, je lis, je réponds, je lis, je réponds... Et là, parmi tous ces courriers tous plus intéressants les uns que les autres, il en ressort un du lot m'apprenant avec horreur et stupéfaction que ma distribution Mandrake 6.1 livrée avec PC Expert d'octobre... n'est en fait qu'une version beta (du doux nom de Cassini, ce qui s'est avéré, alors que la distribution 6.1 définitive s'appelle lumineusement Helios). Cela laisse comme un drôle de goût, d'autant plus qu'il n'est fait mention nulle part dans les pages du magazine que la version fournie n'est pas celle escomptée ! Merci à François Désarménien pour cette information capitale et révoltante !

Samedi 9 octobre 1999.

11 heures. J'allume la bête. Linux se lance et je vais pour relever mes boîtes e-mails. Connexion au FAI sans problème, puis relève des boîtes... Bloqué. Rien à faire. Kill sur Kmail. Bloqué. Je contrôlalteretourarrière, relance X... Mêmes effets. Je pense à une défaillance linuxienne (j'ai honte d'avoir eu si peu confiance en Tux... je n'aurais pas dû !). Reboote sous Windaube 98. Je me reconnecte à l'internet, relève mes boîtes avec Août Louque... Et là, je découvre le pot aux roses : c'est Freesurf (encore lui) qui bloque... Et comme Kmail allait en premier sur ce serveur, ben, rien ne se passait. C'est grâce à la loquacité d'Août Louque que j'ai compris (comme quoi, M$ n'a pas que des défauts...). Donc, j'ai eu tort de douter de mon système Linux ! C'est promis, mon petit Tux... Je ne recommancerai plus.
Côté carte son, oui, elle est reconnue, oui, j'ai pu paramétrer la sonorisation de Kde. Mais, par contre, que le son est petit ! Je dois pousser les enceintes à mi-chemin du potentiomètre et même là, ce ne sont que chuchotements. Faudra voir.

Bilan de ces premiers mois : pas de problème majeur (genre crash du disque dur ou perte de partitions...). Mais ce sont tout de même des heures d'installation et de réinstallation qui se succèdent, faute d'aisance dans la manipulation des paramètres de configuration de Gnu/Linux qui m'aurait permis de me sortir de bloquages tels que ceux décrits auparavant (clic mortel lors de la connexion graphique entre autres). J'ai reçu quelques mails m'apportant un embryon de réponse et de dépannage à ce genre de galère. Lorsque j'aurai tout compris bien (!), je vous en reparlerai dans ma Foire aux questions. Qui stagne. Il va falloir que je m'y mette. De plus, au vu des courriers pertinents que j'ai reçus et auxquels j'ai tenté de répondre du mieux que j'ai pu, j'ai trouvé judicieux de vous en faire partager le fruit. C'est pourquoi, d'ici quelques jours (voire quelques semaines, selon le temps que cela pourrait me prendre), vous trouverez une nouvelle rubrique où seront résumés les échanges que j'ai pu avoir avec vous, amis linuxiens internautes. Ne craignez rien : votre anonymat sera scrupuleusement respecté ! Sauf avis contraire de votre part, évidemment. C'est évidemment dans un but pédagogique (quel vilain mot).

Mardi 19 octobre 1999.

J'ai décidé d'appliquer le plan Weight Watchers à ma distribution Linux. J'ai fait le tour des packages installés et ai commencé à désinstaller certaines choses qui ne me servaient pas ou peu. Bilan : (que) 80 Mo d'espace récupéré. C'est dur ! Emacs est gourmand en place, c'est vrai, mais j'espère m'en servir sous peu... Donc, je le laisse en place. Idem pour les sources du kernel. Comme je m'y suis déjà risqué avec un succès relatif, je compte bien m'y remettre sous meu. Sous peu, pardon. Qui est-ce qui m'a mis la lettre m sous la lettre p ? Sinon, à part ça, pour le son... j'ai augmenté le volume sonore dans la table de mixage de KDE et, devinez ? Oui, ça marche ! Le son est maintenant d'un niveau correct ! Et puis je suis allé faire un tour dans les habillages du bureau KDE. Sympa. Ça ressemble à ce que fait Kaleidoscope sur Mac O.S.

Jeudi 21 octobre 1999.

Comme je suis un garçon entêté et que tout fonctionne très bien, et que j'ai récupéré avant-hier 80 Mo d'espace disque (ce qui me met l'espace total à presque 120 Mo), je vais tenter la réinstallation de WordPerfect 8.0, installation que je n'avais pas tentée sous la Mandrake 6.1. Copie des archives GUILG00.GZ et GUILGFR0.GZ dans mon dossier /home/cesar/temporaire/wp, tar xvfz GUILG*.GZ suivi du sempiternel ./Runme. Comme quoi, recommencer plusieurs fois les mêmes opérations permettent de se passer de la doc... c'est le métier qui rentre, comme on dit ! Bon, je clique là où il faut, l'installation se passe super bien. Pendant ce temps, le poulet cuit dans son four rotatif vertical, je m'apprête à aller prendre ma douche quand... le téléphone sonne. Il est 20 h... Serait-ce Rebecca (qui est encore au boulot à cette heure-là) ? Eh bien, non. C'est une amie, Noëlle, qui m'appelle, affollée, avec son accent toulousain : "Allô, César ? Je viens d'avoir un accident ! Ramène-moi vite Christophe ! La voiture ne roule plus... je suis en tort à 100%... Je suis sur la Francilienne à la sortie Ris-Orangis !" Bref, la panique... Je saute dans mes jeans, éteins le poulet, laisse les tomates et la mozzarella en plan, WordPerfect avait fini son installation mais je n'ai pas pu la tester... Je quitte KDE, arrête Linux et c'est fini pour ce soir... Est-ce que cela va fonctionner ? KDE redémarrera-t-il à la prochaine session ? Réussirai-je à m'en servir ? Noëlle reprendra-t-elle un jour le volant d'une voiture ? Vous le saurez en lisant la suite de notre feuilleton à succès : Le Petit journal d'un linuxien novice... Un dernier truc : il n'y a pas eu de blessé. Que de la tôle froissée. P.S. : la soirée s'est finie vers une heure du mat' autour de pizzas, après avoir récupéré Rebecca à la gare à 23 h.

Samedi 23 octobre 1999.

J'allume la bête afin de relever mes boîtes... Puis j'installe les raccourcis pour pouvoir exploiter WordPerfect... Je lance le programme, entre la clé, et là, la lumière me vint : lors de son lancement, WordPerfect installe tout une batterie de fichiers temporaires et sature mon disque dur ! Ce qui fait que, lors de la clôture de la session, le système ne peut plus rien écrire et au lancement de la suivante, tout panne à donf'... Si je vide tout ce qui se trouve dans /tmp, je récupère près de 80 Mo et tout rentre dans l'ordre au boot suivant. Voilà donc ce qui se passait (voir chapitre Clic morteldans les pages précédentes). J'ai eu beau faire de la place (j'ai même viré Xemacs, vu que je n'écris pas encore mes propres programme...) rien à faire. A chaque fois que je lance WordPerfect, se dernier prend ses aises et squatte tout mon disque dur. Dur ! Je crois que je vais m'acheter un disque de 2 Go (au moins !) que je consacrerai exclusivement à Linux, parce que, côté galères, je suis servi.

Lundi 8 novembre 1999.

Ce matin, j'achète en kiosque le numéro 4 de Planète Linux ainsi que le numéro 11 de Linux Magazine France (qui n'a toujours rien à voir avec Linux-France ;-). Dans le premier, on y trouve la distribution Mandrake 6.1. La vraie. L'Helios. Enfin ! Je vais donc pouvoir mettre à jour mon système et vous en causer un peu plus. Sur le second, un article de fond sur Gnome. Et toujours une foule d'articles techniques et d'utilitaires sur le cédérom. Bon, avec tous ces éléments, je vais pouvoir m'y remettre. C'est vrai que ces derniers temps je n'ai pas été très actif. Bon. L'hiver approche et me rend frileux... Sinon, j'ai pris la décision d'acheter un disque dur (au moins 4 Go) et de le dédier uniquement à notre système fétiche (je sais, je l'ai déjà dit). Dès que ce sera fait, je vous raconterai par le détail mon installation et la migration vers ce disque. A part ça, mon système est à peu près stabilisé. Rien de particulier pour l'instant. WordPerfect fonctionne à merveille et ne squatte plus sauvagement mon disque dur. Allez, à plus !

Remonter

Site réalisé sous Gnu-Linux en PHP mis en forme avec Quanta et mis en ligne grâce à gFTP sous la Mandrake 9.1