Le Petit Journal du Linuxien Novice
© 1999-2007 César Alexanian. Hébergé officiellement chez Linux-France. Serveur principal tournant sous GNU/Linux chez NFrance Conseil
À SUIVRE...
STATS

[ Nedstat ]
Dernière mise à jour : vendredi 30 novembre 2007

[ Page précédente ] | [ Sommaire ] | [ Page suivante ]

Petit édito en guise de préambule

Penguin Eyes

Hello, world!

Il fut un temps où la micro-informatique était dominée d'un côté par les 8 bits représentés par les Commodore 64, Oric, ZX81, MSX, Apple ][ et j'en passe, et, de l'autre, par les "gros" systèmes Unix, professionnels et hermétiques. Epoque héroïque s'il en fut, où notre machine nous ouvrait des horizons exaltants où régnaient bidouillage, programmation (ah, le Basic, ah, l'assembleur; les peek et les poke...), nuits blanches à résoudre les points noirs de nos programmes... C'était aussi le temps de la presse insolente et pertinente (qui, parmi ces vétérans de la micro, aura oublié le mythique Hebdogiciel ?).

Puis ce fut l'avènement de la micro aseptisée, dominée par les Macintosh imbidouillables (ou alors, à quel prix !) et les PC et compatibles, verrouillés par M$ Windaube et incompatibles, bien que, au début, GW Basic ou Turbo Pascal laissaient encore un peu de place à l'imagination. Et nous voilà alors devenus des utilisateurs asservis et panurgiens de l'informatique... Et les magazines à l'image de cette époque. Stériles.

Jusqu'au jour où un sympatique oiseau palmipède est venu secouer ce monde apathique et impersonnel. Je veux parler de Tuxedo, la mascotte de Linux. Bien qu'il ne soit plus le seul aujourd'hui. Electrochoc: avec des outils bien plus puissants et des langages de programmation évolués, nous retrouvons notre liberté chérie d'antan... Tout nous est de nouveau permis, le rêve est redevenu réalité : l'accession à la haute technologie pour tout le monde. Au risque de paraphraser la marque à la pomme, nous pouvons dire : "Hello, world ! (again)".

Qu'est-ce que Linux ?

Question primordiale à laquelle je vais tenter de donner une définition telle que je l'imagine. C'est avant tout un état d'esprit, une mentalité : un peu comme les motards il y a quelques années où l'entraide était le maître mot. C'est aussi, et surtout, un système d'exploitation - nous devrions dire GNU/Linux - libre. Libre dans quel sens ? Dans le sens où il n'appartient à personne en particulier mais à la communauté Linux en général. Nul ne peut se l'approprier. Ce mouvement, initié par la Free Software Foundation, a généré d'autres systèmes libres, parmi lesquels le non moins célèbre FreeBSD. Je n'entrerai pas dans les détails historiques, mais il faut savoir que le noyau Linux a été créé il y a dix ans par Linus Torvalds, hacker finlandais, sévissant aujourd'hui chez Transmetta. Libre est, dans l'esprit de beaucoup de gens, synonyme de gratuit. C'est en partie vrai : toutes les distributions existant aujourd'hui sont librement téléchargeables sur l'internet (gare aux coûts des communications !), elles sont aussi disponibles dans les cédéroms joints aux magazines (il faut guetter le bon magazine au bon moment...) ou alors, on peut acheter pour une somme modique (une dizaine de francs) une distribution sur cédérom chez certains éditeurs (un exemple parmi d'autres : Ikarios). Cependant, être libre ne veut pas forcément dire philantrope ! Des sociétés développent, rassemblent, assistent afin d'offrir la meilleure distribution possible au plus grand nombre. Mais ces temps de recherche et de développement se rémunèrent. C'est pourquoi on trouve les majeures distributions dans des solutions commerciales aux environs de 60 €. Ce qui, vu la quantité - et la qualité - de logiciels fournis et les manuels joints à ces trousses (nom trouvé par nos cousins canadiens afin de remplacer le trop anglaispackage) ou paquetages mettent le système d'exploitation bien en deçà de tout autre OS (suivez mon regard...). Mais, une fois acquis, rien ne vous empêche (aux termes de la licence GPL) d'en faire ce que vous voulez : copies, prêts, dons, transformations... sans que le BSA ne puisse dire quoi que ce soit ! Attention, bien que la GPL assure la liberté totale d'utilisation et de transformation, le copyright s'applique de toute façon : il n'est pas question de déposséder le créateur de tel ou tel logiciel de sa propriété intellectuelle !

Linux pour tous ? Je pense que, d'ici à une paire d'années, la réponse sera oui. Pour le moment, il faut tout de même avoir une bonne base informatique, ne pas avoir peur de mettre les mains dans le cambouis, être un tant soit peu curieux et indépendant : la solution Linux qui démarre toute seule n'existe pas encore. Il y a tout de même beaucoup de petits désagréments lors d'une installation - ces pages en sont un témoignage typique, au vu des nombreux courriers que je reçois - et il ne faut pas hésiter à fouiner, glaner ça et là sur l'internet des ouvrages - gratuits - sur la question. Et visiter des sites qui, à l'instar du mien, permettent de partager une expérience, offrent des solutions aux problèmes les plus communs, encouragent les bonnes volontés. Et l'esprit d'initiative ! Avant de poster un mail avec une question du genre Est-ce que ma carte vidéo est supportée ? Ma souris à quarante-trois boutons, deux queues et cinq molettes sera-t-elle reconnue par Kde ? et autres, si vous alliez faire une visite sur le site officiel de la distribution que vous voulez installer ? Là, vous trouverez à coup sûr la liste des matériels supportés... J'ai même reçu des mails où le correspondant m'écrivait... en parcourant le site. Et la question qu'il me posait en début de mail... se résolvait toute seule avec la lecture simultanée de mes pages ! Donc, et je comprends l'énervement de certains gourous, avant de poser une question, assurez-vous de ne pas avoir déjà la solution sous les yeux ! Et, surtout, n'hésitez pas à vous documenter ! Certains magazines sont très bien faits pour les nioubies que nous sommes ! Un bon exemple ? OK : Linux Pratique. Il est très clair, prend les problèmes à la base et n'hésite pas à expliquer ce qui paraît, après quelques pas sous Linux, l'enfance de l'art.

Pourquoi ce site ?

J'ai décidé de tenir un journal en ligne afin de vous faire part de mes impressions et de mon évolution dans cet OS nouveau et merveilleux pour moi. J'ai nommé Linux.

Je ne suis pas un novice en matière d'informatique. J'ai débuté en 1984 avec un Commodore 64, avec lequel j'ai fait mes premiers pas en basic, puis en assembleur. Laborieux, mais exaltant.

Puis l'informatique a pris bien des formes dans ma vie professionnelle tant que personnelle.

Ce fut la photocomposition (je travaille dans l'imprimerie), puis la PAO, avec l'arrivée des premiers Macintosh. J'ai eu, chez moi, mon premier PC, un XT 8086, avec, ô confort, un disque dur de 20 Mo.

D'année en année, le parc s'est étoffé, construit. Les PowerPC sont arrivés sur mon lieu de travail. Les processeurs, je les ai tous testés : 68020, puis 68030 pour arriver au Quadra 950 doté d'un 68040 gonflé à 33 MHz.

Côté PC, donc chez moi, ce furent un 80286, puis un 80386, puis un 80486 SX33 il y a quelque quatre ans. En 1997, le grand saut : un Pentium à 133 MHz. Et dernièrement, une bête de course (bien vite dépassée) qui vrombit avec un coeur hormoné au Pentium II à 350 MHz, 96 Mo de mev, dd 6,5 Go, carte 3D et tout le toutim.

Mais toujours du DOS et du Windows. Et du Mac OS (8.5.1 avec des PowerPC et des G3).

Nos RIP sont des stations Risc tournant sous Unix. Donc, j'ai une (très) petite notion d'Unix, mais vraiment le b.a. ba.

Notre ami Linux s'est fait connaître à moi voici déjà quatre ans, mais je n'avais pas encore osé franchir le pas. Voilà qui est désormais fait.

Je suis encore tout petit, dans le monde Linux... Mais je suis ambitieux. Je voudrais devenir un gourou. On m'appelerait alors Skippy. Skippy le Grand Gourou... ;-))

Remonter

Site réalisé sous Gnu-Linux en PHP mis en forme avec Quanta et mis en ligne grâce à gFTP sous la Mandrake 9.1