Le Petit Journal du Linuxien Novice
© 1999-2007 César Alexanian. Hébergé officiellement chez Linux-France. Serveur principal tournant sous GNU/Linux chez NFrance Conseil
À SUIVRE...
STATS

[ Nedstat ]
Dernière mise à jour : vendredi 30 novembre 2007

Ogg-Vorbis

par Bruno Nitrosso

Sur l'impulsion de P'tit Lu, Bruno Nitrosso nous parle de ce format de compression de données audio qui pourrait bien concurrencer et remplacer à terme MP3...

Le CD audio classique : un format (CDDA) peu adapté

Tout d’abord une question que l’on se pose au début : qu’est-ce qui ne va pas avec le format audio classique de nos chers CDs ? Eh bien, à peu près tout !

  1. Un format pauvre...
  2. Le format CCDA (Compact Disc Digital Audio) est très pauvre en données autres que le son lui-même, ce qui en fait un format exigeant au niveau de la lecture (lecture en vitesse x1 uniquement, streaming délicat, pas de données de synchronisation, etc.).
    C'est pourquoi le premier pas consiste à transformer le cdda brut de votre CD vers le format wav, premier pas appelé ripping dans le jargon internet.
    Il existe plusieurs programmes réalisant ce “ripage” dont les plus connus des linuxiens sont probablement cdda2wav et cdparanoia.
    Nous avons préféré cdparanoia pour être de grande qualité et également pour être partie intégrante du projet Ogg-Vorbis dont nous parlerons plus loin.
  3. Un format encombrant...
    Cela semble contradictoire avec le premier défaut, aussi je m’explique. Les données stockées sont elles-même très grandes et, partant, encombrantes quel que soit le format.
    Mais il se trouve que tous ces octets utilisés pour un morceau de musique (dans les 50 Mo par chanson, quand même !) seraient un peu de la confiture pour nos oreilles de cochons, si vous voyez ce que je veux dire ! En effet, il y a un peu de sur-qualité par rapport aux possiblités physiologiques de l'humain lambda (et non alpha++), sur-qualité que certains filtres peuvent enlever donnant lieu à des formats dix fois plus compacts.
    Le “roi” de ces formats est le mpeg audio layer 3, alias MP3.
    Mais il ne s’agit heureusement pas de l’unique format compressé car il a un concurrent de taille en Ogg-Vorbis, digne champion de l’Open Source.

MP3 : un format non-libre

En effet, l'algorithme utilisé dans le codage-décodage MP3 utilise des résultats sur lesquels l'Institut Fraunhoffer ISS possède des droits. En septembre 1998, cet institut a envoyé des lettres à plusieurs sociétés ou organisations développant des lecteurs MP3, réclamant 25 $ par encodeur (y compris aux encodeurs gratuits !) et 1 cent par fichier...
Plusieurs projets de lecteurs ont été interrompus ou sont passés dans la clandestinité : Plugger, CDEX, soloH, 8Hz, Blade, Canna... Pour plus d'info: -mp3.com article by Michael Robertson.

Et cela s'est produit dans le "plus ouvert" des formats clos... Dans le rayon des streamers vidéo et radio les choses sont bien pires...

Et ce, sans parler du contenu lui-même qui fait l'objet de puissantes offensives de verrouillage de la part de la RIIA en particulier. Les maisons d'édition de disques savent bien que, aujourd'hui, il est, pour la première fois de l'histoire, plus simple et de même qualité de se procurer un morceau de musique via internet que via leurs disques et autres paquetages qu'ils nous proposent ! D'où une lutte sans merci contre la distribution libre (cf. Napster) et en parallèle une lutte pour contrôler et verrouiller les formats.

De tout cela découle très simplement le fait que nous avons intérêt à soutenir Ogg-Vorbis. En effet, l'organisation Xiphophorus, dont le site (www.xiph.org ou www.vorbis.com) est à visiter, a mis au point une série de logiciels sous GPL qui font le "codenc".
asdf
J
(encodage/décodage) sous un format compressé Ogg de qualité au moins équivalente à MP3 mais reposant sur des algorithmes plus performants et libres. Cela rappelera à certains la commande compress d'Unix et l'apparition de gzip de GNU, libre, de meilleure qualité et ne reposant pas sur un algorithme propriétaire.

De manière pratique...

Il vous faudra simplement :

  1. vérifier que vous avez cdparanoia (tapez cdparanoia -V) ou procurez-vous-le sur le site de xiphophorous.
  2. procurez-vous oggenc toujours sur le site de xiphophorous.
  3. procurez-vous libvorbis.o, plug-in pour xmms (on attend un équivalent pour freeamp mais xmms fait très bien l'affaire).

Suivez les instructions d'installation, très simples et classiques. La seule difficulté est de trouver dans quel répertoire est stocké xmms/Input. Sur ma SuSE il s'agit du non-trivial /usr/X11R6/lib mais sur d'autres (RedHat ?) cela se trouve plus simplement dans /usr/lib/xmms. Bonne chance !

Une fois la chaîne installée, pour l'utiliser vous trouverez peut-être utile le script [téléchargement].
A partir d'un fichier.db où vous faites figurer une ligne par piste que vous désirez ripper/encoder le tour est joué. Il ne reste plus qu'à écouter vos morceaux sous xmms. Bonne musique sous Linux !

Bonne nouvelle !

Si vous avez le bonheur d'installer la Mandrake 7.2, vous découvrirez que le plug-in Ogg-Vorbis est installé d'office avec Xmms ainsi que le convertisseur oggenc !

Remerciements : je dois à P'tit Lu d'avoir découvert Ogg-Vorbis.

Librement et Linuxement vôtre,
Bruno Nitrosso

[ Retour ]

Remonter

Site réalisé sous Gnu-Linux en PHP mis en forme avec Quanta et mis en ligne grâce à gFTP sous la Mandrake 9.1