1. Introduction

2. Présentation de la distribution

3. Présentation de Linux

4. Choix effectués

5. Mode d'emploi Linux AQL




 

 

5. Mode d'emploi Linux AQL
5.1 Installation
5.2 Les packages
5.1 Installation    (retour en haut)
5.1.1 Matériel nécessaire
5.1.2 Etape 0 : Avant de commencer
5.1.3 Etape 1 : lancement du programme d'installation
5.1.4 Etape 2 : Installation 1ère partie
5.1.5 Etape 3 : Installation 2ème partie
5.1.6 Etape 4 : Recompilation du noyau
Si des informations sont déjà présentes sur le disque dur où va être installé Linux, il est fortement conseillé d 'effectuer une sauvegarde. De même, il sera judicieux de réaliser une disquette de boot pour le système déjà installé.
La distribution Linux AQL étant basée sur une Debian 2.1, elle copie son mode d'installation. Le cas échéant, on pourra se référer au fichier install/install.html contenu sur le CD-ROM Linux AQL ou au site web de Debian.
Cette procédure s'effectue en plusieurs étapes :
  • Identification du matériel et organisation du disque dur (optionnel)
  • Lancement du programme d'installation
    • Partitionnement du disque (optionnel)
    • Installation du noyau
    • Détermination des paramètres réseau
    • Sélection des modules
  • Redémarrage de la machine
  • Installation des composants logiciels et configuration
  • Option : Recompilation du noyau
    5.1.1 Matériel nécessaire     (retour en haut)
       
    Il est nécessaire de posséder un ordinateur Pentium ou supérieur avec de préférence au moins 16Mo de RAM et un disque dur (minimum 50Mo, 1 à 2 Go pour plus de confort).
       
    L'installation la plus simple est obtenue en utilisant un lecteur de CD-ROM (de préférence répondant à la norme ATAPI) bootable et le CD-ROM Linux AQL.
       
    Il est également possible d'installer Linux AQL à distance (NFS, FTP), pour cela on pourra se référer au guide Debian.
       
    Les périphériques PCMCIA ne sont pas gérés.
       
    5.1.2 Etape 0 : Avant de commencer    (retour en haut)

    5.1.2.1 Déterminer la configuration de l'ordinateur

    Il est nécessaire de parfaitement connaître la configuration de l'ordinateur, en particulier :

    • Organisation du disque dur (les partitions, espaces disponibles)
    • Périphériques installés (surtout la carte réseau : marque, type, protocole, IRQ (interruption), etc)
    • Paramètres réseaux (nom de la machine, nom de domaine, adresse IP, masque sous réseau, passerelle, DNS, etc)
    Prévoir également une ou deux disquettes vierges de bonne qualité.
         
    5.1.2.2 Re-penser l'organisation du disque dur

    Linux a besoin de plusieurs partitions de disque dur pour s'installer. Il peut parfaitement cohabiter avec des partitions où est installé un autre système d'exploitation.

Linux requiert au minimum deux partitions :
      • swap : utilisée pour la mémoire virtuelle. L'utilisateur fixe en général sa taille égale à celle de la RAM de l'ordinateur.
      • root : la partition principale


      Pour plus de confort et de sécurité (cloisonnement), des partitions supplémentaires sont conseillées :

      • usr : contient la quasi totalité des programmes
      • home : contient les répertoires personnels des utilisateurs
      • usr/src : permet de placer les sources des noyaux et fichiers associés
      • tmp : (utile pour des machines multi-utilisateurs) contient les fichiers temporaires)
      • var : (recommandée pour les serveurs) stocke les fichiers des connexions et les files d'attentes
      • boot : contient les fichiers de boot. Cette partition ne doit pas faire plus de 5 à 10Mo


      En ne créant pas les partitions optionnelles ci-dessous, elles seront directement utilisées comme sous répertoires dans la racine root (" / ").

Attention : Dos et Windows ne supportent pas plus de 4 partitions principales sur un disque dur.
Sur un disque dur, il n'y a au maximum qu'une partition active (i.e. le BIOS recherche un programme de boot sur cette partition). Une partition active est dite primaire (limitation DOS/Windows).
Remarque : sous Unix tous les périphériques sont vus comme des fichiers dans le répertoire /dev/. Les partitions d'un disque IDE sont des fichiers commençant par hd, suivi d'une lettre et d'un chiffre. La lettre correspond à l'identificateur d'un disque, le chiffre au numéro de la partition sur ce disque.

Exemples :
/dev/hda2 correspond à la deuxième partition sur le disque monté en maître sur le premier contrôleur
/dev/hdb1 pointe vers la première partition sur le disque esclave du premier contrôleur
/dev/hdc3 indique la troisième partition sur le disque maître du deuxième contrôleur
/dev/fd0 est le premier lecteur de disquette

L'installation Debian offre des outils de repartitionnement de disques durs. Des outils plus conviviaux comme Partition Magic peuvent être utilisés auparavant.
 
 

5.1.3 Etape 1 : lancement du programme d'installation    (retour en haut)
      Remarque : le programme d'installation est le même que celui de secours (fichier image disquette resc1440.bin).
         
      5.1.3.1 A partir d'un ordinateur équipé d'un lecteur de CD-ROM bootable
           
      C'est de loin la méthode la plus simple. Dans le BIOS du PC, sélectionner une séquence de boot commençant par CD-ROM et redémarrer l'ordinateur après avoir inséré le CD-ROM Linux AQL. Le programme d'installation doit démarrer. Si un prompt " boot : " apparaît taper sur la touche Entrée.
           
      5.1.3.2 A partir d'une disquette d'installation-secours
           
      Sélectionner dans le BIOS une séquence de boot commençant par le lecteur de disquette, et rebooter l'ordinateur. Si un prompt " boot : " apparaît taper sur la touche Entrée.
           
      5.1.3.3 Sans lecteur de CD-ROM bootable
           
      Il faut générer une disquette de boot-secours. Une fois générée, reprendre l'étape précédente : à partir d'une disquette d'installation.
           
        5.1.3.3.1 A partir de Linux
             
            Avec les droits root taper :

            dd if=file of=/dev/fd0 bs=512 conv=sync ; sync

            file est une copie ou un lien vers le fichier install/resc1440.bin du CD-ROM Linux AQL.
             
             

        5.1.3.3.2 A partir de MS DOS
Attention : il faut être dans une session DOS réelle, et non dans une fenêtre DOS sous Windows.
        Lancer le fichier install/boot.bat du CD-ROM Linux AQL.

        Si cela échoue, copier les fichiers du répertoire install/ du CD-ROM dans un répertoire temporaire du disque dur et taper dans ce répertoire :
        rw2_0 -f resc1440.bin -d a:
         
         

      5.1.4 Etape 2 : Installation 1ère partie     (retour en haut)
         
      Cette phase configure le système et installe le noyau. La souris est inactive durant ce processus. Seul le clavier permet de naviguer dans les menus grâce aux touches Tab, Entrée, Espace et les flèches.

      Dans chaque menu une valeur par défaut est présélectionnée et est certainement le meilleur choix pour le système. Ne pas hésiter à le choisir en cas de doute.

        5.1.4.1 Select Color or Monochrome Display

        Choisir "Color" si l'écran est couleur
         

        5.1.4.2 Configure the Keyboard

        Pour un clavier français AZERTY choisir France/Latin
         

        5.1.4.3 Partition a Hard Disk

        Si ce n'est déjà fait, Debian propose des outils pour repartionner le disque dur. Il est nécessaire d'avoir au moins une partition de type Linux Swap (type 82) et une partition Linux Native (type 83, ext2).

        Ne pas oublier de laisser au moins une partition active (bootable) sur le disque dur, sinon aucun système d'exploitation ne pourra être chargé.
         

        5.1.4.4 Initialize a Swap Partition

        Linux a besoin de savoir quelle partition Swap peut être utilisée. Avec une seule partition de type Linux Swap, le choix est très simple.

        Une fois sélectionnée, la partition peut être formatée.
         

        5.1.4.5 Initialize a Linux Partition

        Il faut maintenant indiquer à Linux quelle sera la partition Linux racine (" / ").

Attention : ceci va détruire toutes les données sur cette partition!!!
        5.1.4.6 Install Operating System and Modules

        Le programme d'installation doit à présent installer le noyau et les différents composants de base du système. Il a besoin de connaître la localisation des fichiers sources.

        Pour cela indiquer sur quel type media se trouve ce fichier (répondre CD-ROM), puis sélectionner le lecteur (si le CD-ROM est un ATAPI/IDE branché en tant que maître sur le second contrôleur, sélectionner /dev/hdc)

        Une fenêtre doit apparaître vous demandant la localisation de l'archive avec par défaut " debian ". Valider ce choix.

        Le programme d'installation doit alors proposer deux noyaux :

          - un noyau standard placé dans un répertoire " aql "
          - un noyau firewall dans " aql-firewall "
        Sélectionner l'un ou l'autre en fonction du rôle que doit remplir l'ordinateur.
        5.1.4.7 Configure Device Driver Modules
             
        Indiquer les périphériques dont les pilotes (modules) doivent être chargés au lancement de Linux.

        Dans "net ", sélectionner le type de carte réseau qui sera utilisée.

             
        5.1.4.8 Configure the Network

        Même si l’ordinateur n'est pas relié à un réseau, il faut saisir son nom : le "hostname".

        Si la connexion à un réseau local est utilisée, le programme d'installation demandera les paramètres réseau de l'ordinateur.
         

        5.1.4.9 Install the Base System

        Le système de base est situé dans le même répertoire que la sélection de l'opération " Install Operating System and Modules ". Sélectionnez de nouveau le même chemin que lors de cette étape. Si au cours de l'étape 5.1.4.1.6 vous avez choisi l'option Firewall, il est nécessaire de confirmer de nouveau cette option.
         

        5.1.4.10 Configure the Base System

        Le programme d'installation vous demande quelques précisions concernant l'horloge. Pour un ordinateur installé en France métropolitaine, choisir
        GMT->Europe->Paris.

             
        5.1.4.11 Make Linux Bootable from the Hard Disk

        Pour que Linux puisse être lancé directement à partir d'un boot sur le disque dur, il faut sélectionner cette option.

        Il est alors proposé de créer un nouveau Master Boot Record (i.e. la partition active). Si d'autres systèmes d'exploitation sont présents sur le disque et si vous souhaitez y accéder immédiatement, répondez " Non ". En répondant oui, cela n'implique pas que les autres systèmes seront inaccessibles à jamais, mais qu'il faudra modifier la configuration de Lilo (Linux loader) afin d'y accéder par la suite.

        Le programme d'installation demande où installer les informations de boot. Sélectionner la valeur par défaut qu'il préconise.

             
        5.1.4.12 Make a boot floppy

        Il est vivement conseiller de créer une nouvelle disquette de boot, même (et surtout) si l'option " Make Linux Bootable from Hard Disk " a été choisie.

             
        5.1.4.13 Reboot the System

        Redémarrer ensuite l'ordinateur. S'il ne redémarre pas, éteindre puis relancer le système.

Remarque : des modifications des paramètres du BIOS seront peut-être nécessaires afin que l'ordinateur boote sur la disquette ou le disque dur en fonction des choix précédents. En aucun cas il ne faut repartir dans le cycle d'installation initiale.

 
5.1.5 Etape 3 : Installation 2ème partie    (retour en haut)
         
        5.1.5.1 Set a Root Password

        Sur chaque machine Unix, il existe un super-utilisateur dont le login est " root ". Saisir le mot de passe qui lui sera affecté.
         

        5.1.5.2 Create an Ordinary User

        Cette étape vous permet de créer dès à présent un nouvel utilisateur, ce qui est fortement conseillé.

        Remarque : pour son travail de tous les jours ne nécessitant pas les droits root, l'administrateur se connectera comme un utilisateur standard. Ceci limite les risques de mauvaises manipulations et les problèmes de sécurité.

        Il est possible d'ajouter ultérieurement de nouveaux utilisateurs grâce à la commande : "adduser ".

             
        5.1.5.3 Shadow Password Support

        Les données de chaque utilisateur (nom, répertoire home, et mot de passe) sont stockées dans le fichier /etc/passwd. Le mot de passe n'est pas écris en clair, mais codé grâce à une fonction dont il n'existe pas de réciproque. Or le fichier /etc/passwd est lisible par toute personne et il est possible à un hacker, grâce à un dictionnaire de mot de passe, de retrouver les mots de passe.

        L'activation des shadows password déplace les mots de passe dans un fichier /etc/shadow lisible uniquement par root.

             
        5.1.5.4 Sélections des tâches

        Il est possible de sélectionner les tâches qui vont être affectées à l'ordinateur (Firewall, Serveur de fichiers, Proxy, etc). Pour chaque tâche, le programme installera les packages nécessaires sélectionnés par AQL (ou Debian).

        Les tâches présentées et préfixées par AQL sont validées pour la distribution de confiance. Les autres sont les tâches d'origine fournies avec la distribution Debian 2.1.

Choisir une ou plusieurs tâches en fonction des besoins. En sélectionnant au moins une tâche Debian originelle, l'installation ne devra plus être considérée comme issue de la distribution de confiance Linux AQL.
Une fois le (les) choix validé(s), le programme d'installation exécute le programme dselect.

dselect est un puissant outil de sélection/installation/désinstallation de packages au format Debian : *.deb. Son ergonomie est un peu rebutante au départ mais après quelques temps, son utilisation devient naturelle.

Tout d'abord, il faut déterminer la source des packages. Pour cela sélectionner " 0. [A]ccess " puis " cdrom " en ayant vérifié que le CD-ROM Linux AQL est bien dans le lecteur. dselect propose une série d'emplacements et de chemins. Les valeurs par défaut étant correctes, il suffit de taper sur Entrée jusqu'à l'apparition de " Hit RETURN to continue ".

Ensuite dselect a besoin de lister les packages disponibles (sur le CD-ROM). Pour cela sélectionner, " 1. [U]pdate ".

Sauter l'étape " 2. [S]elect " car le programme d'installation a déjà sélectionné pour vous les packages à installer en fonction des tâches que vous avez retenues.

L'étape " 3. [I]nstall " lance l'installation des packages, " 4. [C]onfig " configure les packages, " 5. [R]emove " supprime les logiciels qui ne sont plus nécessaires, " 6. [Q]uit " permet de sortir de dselect. Les étapes 3,4,5 et 6 sont à effectuer dans l'ordre.

Remarque : par la suite, pour installer de nouveaux packages, il existe plusieurs commandes :

  • " dpkg -i nom_du_package.deb" installe le fichier/package donné en argument
  • " dpkg -r nom_du_pckage " désinstalle un package
  • " apt-get nom_du package " : va rechercher sur le site web de Debian le package désiré et l'installe en rapatriant également d'autres packages si nécessaires.
  • " dselect ": contrairement à l'utilisation de dselect au cours de l'istallation de Linux AQL, il est nécessaire de passer dans l'option " 2. [S]elect " et (dé)sélectionnerer les packages disponibles. dselect signale les problèmes de dépendances/conflit entre packages.
Debian propose un package " rpm*.deb " qui permet d'installer des packages RedHat (*.rpm).
 

5.1.5.5 Configurations finales

Durant cette dernière étape, le programme va lancer plusieurs utilitaires de configuration en fonction de l'installation (PPP, etc). De même si le client DHCP a été installé, le script demandera confirmation avant de l'activer.

Une fois ces renseignements fournis, la procédure de login apparaît.

A cette étape, Linux AQL est installé sur la machine.
 

5.1.6 Etape 4 : Recompilation du noyau     (retour en haut)

Le noyau fourni lors de l'installation doit répondre au maximum de configurations possibles. Pour cela il est compilé en incluant autant d'éléments et de modules que possible. Or bon nombre de ces drivers sont inutiles pour la configuration installée et consomment de ce fait une part importante de ressources systèmes. A l'inverse des périphériques sont peut-être non-supportés par la version compilée de ce noyau.

Il est donc intéressant de recompiler le noyau.

Pour cela il faut récupérer les sources d'un noyau. Le package kernel-source*.debpeut être installé. Le CD-ROM Linux AQL fournit un tel package pour le tout dernier noyau stable de Linux (2.2.15). Grâce à dselect ou dpkg installer ce package : kernel-source-2.2.15_AQL.1.10_all.deb.

Ceci doit créer un répertoire /usr/src/linux-2.2.15.

Dans ce répertoire , le fichier README donnera la marche à suivre.

Remarque : un exemple de séquence de commandes à taper est :

1. Choix des options
make menuconfig (en mode texte) ou make xconfig (en mode graphique)

2. Création des informations de dépendances et nettoyage
make dep
make clean

3. Compilation du noyau (opération longue suivant les machines)
make bzImage

4.Compilation et installation des modules
make modules
make modules_install

5. Installation du noyau
cp /usr/src/linux/arch/i386/boot/bzImage /vmlinuz-2.2.15
ln –s /vmlinuz-2.2.15 /vmlinuz
cp /usr/src/linux/System.map /System.map-2.2.15
ln –s /System.map-2.2.15 /System.map
Vérifier que dans le /etc/lilo.conf figure la ligne
image = /vmlinuz
/sbin/lilo
 
 
 

5.2 Les packages    (retour en haut)
5.2.1 DHCP
5.2.2 DNS
5.2.3 Firewall
5.2.4 LDAP
5.2.5 NIS
5.2.6 NFS
5.2.7 Proxy
5.2.8 Serveur de fichiers et d'imprimantes
5.2.9 Serveur FTP
5.2.10 Routeur


5.2.1 DHCP    (retour en haut)

    5.2.1.1 Serveur
       
    Le package dhcp-beta (version 2.0) offre les services nécessaires à un client DHCP.

    Un fois installé, il faut configurer les fichiers /etc/dhcpd.conf puis /etc/init.d/dhcp-beta.

    Ensuite on lance le démon par l'exécution de " /etc/init.d/dhcp-beta start ".

    La documentation est présente dans /usr/doc/dhcp-beta.

    5.2.1.2 Client

    Le package contenant les outils nécessaires au client DHCP sont contenus dans dhcp-client-beta dans dselect. Une fois ce logiciel installé, la documentation est présente dans /usr/doc/dhcp-client-beta. En revanche le démon dhcp n'est pas lancé.

    Il est nécessaire d'avoir un fichier de configuration /etc/dhclient.conf même vide. On pourra le créer par la commande " touch /etc/dhclient.conf ".

    Le lancement s'effectue par " /sbin/dhclient "

    Pour qu'il soit exécuté à chaque lancement on placera un fichier run_dhclient dans /etc/rc.boot qui contient l'ensemble des scripts à exécuter au démarrage.

    Ce fichier run_dhclient doit avoir les droits exécutables :

    chmod a+x /etc/run_dh_client

    Voici le contenu du fichier run_dhclient :

    #!/bin/sh

    /sbin/dhclient

5.2.2 DNS    (retour en haut)
Le noyau Linux permet de créer un serveur de noms avec n'importe quel ordinateur, grâce au package bind et bind-doc qui fournit la documentation.

Le lecteur est invité à consulter le fichier HOWTO-DNS dans le repertoire /doc/ du CD-ROM Linux AQL.
 
 

5.2.3 Firewall    (retour en haut)

IpChains procure les meilleurs outils pour réaliser un Firewall à partir d'un ordinateur sous Linux. Il est inclus dans le noyau de Linux à partir des versions 2.1.

Le noyau doit donc posséder les attributs de firewalling. Si le noyau a été installé à partir de la distribution AQL en choisissant les chemins aql-firewall, il n'est pas obligatoire de recompiler le noyau. Sinon suivre les instructions relatives à la compilation de noyaux dans le chapitre " Installation " (Chapitre 5.1) et cocher les options :

<*> Packet socket
[ ] Kernel/User netlink socket
[*] Network firewalls
[ ] Socket Filtering
<*> Unix domain sockets
[*] TCP/IP networking
[ ] IP: multicasting
[*] IP: advanced router
[ ] IP: kernel level autoconfiguration
[*] IP: firewalling
[?] IP: always defragment (required for masquerading)
[?] IP: transparent proxy support
[?] IP: masquerading
--- Protocol-specific masquerading support will be built as modules.
[?] IP: ICMP masquerading
--- Protocol-specific masquerading support will be built as modules.
[ ] IP: masquerading special modules support
[*] IP: optimize as router not host
< > IP: tunneling
< > IP: GRE tunnels over IP
[?] IP: aliasing support
[*] IP: TCP syncookie support (not enabled per default)
--- (it is safe to leave these untouched)
< > IP: Reverse ARP
[*] IP: Allow large windows (not recommended if <16Mb of memory)
< > The IPv6 protocol (EXPERIMENTAL)
---
< > The IPX protocol
< > Appletalk DDP
< > CCITT X.25 Packet Layer (EXPERIMENTAL)
< > LAPB Data Link Driver (EXPERIMENTAL)
[ ] Bridging (EXPERIMENTAL)
[ ] 802.2 LLC (EXPERIMENTAL)
< > Acorn Econet/AUN protocols (EXPERIMENTAL)
< > WAN router
[ ] Fast switching (read help!)
[ ] Forwarding between high speed interfaces
[ ] PU is too slow to handle full bandwidth
QoS and/or fair queueing --->

La configuration du firewall est décrite dans le fichier doc/HOWTO-Firewall du CD-ROM Linux AQL.

 
5.2.4 LDAP    (retour en haut)

OpenLDAP (version 1.2.3-2) est le serveur LDAP le plus apprécié sous Linux. Le package associé est openldapd.

Dans le répertoire /usr/doc/openldap on trouvera un exemple de fichier de configuration slapd.conf.example. Une fois modifié on le placera dans /etc/openldap/slapd.conf.

La commande " man slapd.conf " renseigne sur la façon de remplir ce fichier.

La commande " openldapconfig " permet ensuite d'initialiser le démon.

PS : le package umich-ldap-docs inclus dans Linux AQL fournit des compléments d'informations sur les serveurs LDAP et leur configuration.
 

5.2.5 NIS    (retour en haut)

Le package nis est préconisé. Il permet de définir un serveur ou un client NIS.

Le script d'installation demande des informations quant au nom de domaine du réseau (la casse est importante).

La documentation est présente dans /usr/doc/nis.
 

5.2.6 NFS    (retour en haut)

Le package nfs-server fournit les démons nécessaires et la documentation associée sur /usr/doc/nfs-server.

Le démarrage du démon par s'effectue par /etc/init.d/nfs-server restart

L'arrêt du démon s'effectue par /etc/init.d/nfs-server stop

Le redémarrage du démon s'effectue par /etc/init.d/nfs-server restart
 

5.2.7 Proxy    (retour en haut)

Le package contenant l'installation de SQUID2.3 (STABLE3) est le package squid dans dselect. Une fois installé, la documentation est présente dans le répertoire /usr/doc/squid/. On s'intéressera en particulier à QUICKSTART (à décompresser par " gunzip QUICKSTART.gz "). Le fichier de configuration par défaut est dans /etc/squid.conf.

Si un démon http (package httpd ou apache) est installé sur l'ordinateur, le package squid-cgi vous permettra de saisir les paramètres de configuration de Squid par le biais d'un navigateur.
 

5.2.8 Serveur de fichiers et d'imprimantes     (retour en haut)

5.2.8.1 Serveur

Le serveur Samba est installé grâce aux packages samba (2.0.5) et samba-common dans dselect. Une documentation est disponible dans le package samba-doc.

Lors de l'installation, un choix est proposé entre une exécution de samba en tant que démon ou dans inet.d.

De même, le script propose de créer un fichier d'utilisateurs autorisés /etc/smbpasswd à partir du fichier /etc/passwd. La commande smbpasswd permet de changer le mot de passe root pour le serveur Samba.

Les fichiers de configuration se situent dans /etc/samba/ et la documentation dans /usr/doc/samba.
 

5.2.8.2 Client

Pour accéder au protocole SMB, le client doit installer une couche permettant de monter/démonter une système de fichier ou une imprimante grâce à SMB.

Ceci est compris dans le package : smbfs qui procure les commandes " smbmount " et " smbumount " :

Ainsi, en supposant que l'on veuille monter sur le répertoire /mnt/samba le répertoire rep de la machine aqlinux en tant qu'utilisateur foo, la commande est :

smbmount //aqlinux/rep /mnt/samba -U foo

aqlinux répond en demandant le mot de passe pour foo.

Une fois monté ou pourra démonter cette accès par :

smbumount /mnt/samba

5.2.9 Serveur FTP    (retour en haut)

Le package à utiliser pour l'installation est proftpd dans sa dernière version stable : 1.2.0pre9-4.

Cette étape crée la documentation dans /usr/doc/proftpd/ et le fichier /etc/proftpd.conf qui contient toutes les configurations du serveur.

Un nouvel utilisateur " ftp " sera également ajouté au système et un répertoire lui sera attribué dans /home/ftp où il sera possible de placer des fichiers.

Le démon proftpd est alors lancé automatiquement lors de l'installation
 

5.2.10 Routeur    (retour en haut)

cf Firewall