Previous Next Table of Contents

19. Écriture de vos propres widgets

19.1 Vue d'ensemble

Bien que la distribution GTK fournisse de nombreux types de widgets qui devraient couvrir la plupart des besoins de base, il peut arriver un moment où vous aurez besoin de créer votre propre type de widget. Comme GTK utilise l'héritage de widget de façon intensive et qu'il y a déjà un widget ressemblant à celui que vous voulez, il est souvent possible de créer un nouveau type de widget en seulement quelques lignes de code. Mais, avant de travailler sur un nouveau widget, il faut vérifier d'abord que quelqu'un ne l'a pas déjà écrit. Ceci éviter la duplication des efforts et maintient au minimum le nombre de widgets, ce qui permet de garder la cohérence du code et de l'interface des différentes applications. Un effet de bord est que, lorsque l'on a créé un nouveau widget, il faut l'annoncer afin que les autres puissent en bénéficier. Le meilleur endroit pour faire cela est, sans doute, la gtk-list.

19.2 Anatomie d'un widget

Afin de créer un nouveau widget, il importe de comprendre comment fonctionnent les objets GTK. Cette section ne se veut être qu'un rapide survol. Consultez la documentation de référence pour plus de détails.

Les widgets sont implantés selon une méthode orientée objet. Cependant, ils sont écrits en C standard. Ceci améliore beaucoup la portabilité et la stabilité, par contre cela signifie que celui qui écrit des widgets doit faire attention à certains détails d'implantation. Les informations communes à toutes les instances d'une classe de widget (tous les widgets boutons, par exemple) sont stockées dans la structure de la classe. Il n'y en a qu'une copie dans laquelle sont stockées les informations sur les signaux de la classe (fonctionnement identique aux fonctions virtuelles en C). Pour permettre l'héritage, le premier champ de la structure de classe doit être une copie de la structure de classe du père. La déclaration de la structure de classe de GtkButton ressemble à ceci :

struct _GtkButtonClass
{
  GtkContainerClass parent_class;

  void (* pressed)  (GtkButton *button);
  void (* released) (GtkButton *button);
  void (* clicked)  (GtkButton *button);
  void (* enter)    (GtkButton *button);
  void (* leave)    (GtkButton *button);
};

Lorsqu'un bouton est traité comme un container (par exemple, lorsqu'il change de taille), sa structure de classe peut être convertie en GtkContainerClass et les champs adéquats utilisés pour gérer les signaux.

Il y a aussi une structure pour chaque widget créé sur une base d'instance. Cette structure a des champs pour stocker les informations qui sont différentes pour chaque instance du widget. Nous l'appelerons structure d'objet. Pour la classe Button, elle ressemble à :

struct _GtkButton
{
  GtkContainer container;

  GtkWidget *child;

  guint in_button : 1;
  guint button_down : 1;
};

Notez que, comme pour la structure de classe, le premier champ est la structure d'objet de la classe parente, cette structure peut donc être convertie dans la structure d'objet de la classe parente si besoin est.

19.3 Création d'un widget composé

Introduction

Un type de widget qui peut être intéressant à créer est un widget qui est simplement un agrégat d'autres widgets GTK. Ce type de widget ne fait rien qui ne pourrait être fait sans créer de nouveaux widgets, mais offre une méthode pratique pour empaqueter les éléments d'une interface utilisateur afin de la réutiliser facilement. Les widgets FileSelection et ColorSelection de la distribution standard sont des exemples de ce type de widget.

L'exemple de widget que nous allons créer dans cette section créera un widget Tictactoe, un tableau de 3x3 boutons commutateurs qui déclenche un signal lorsque tous les boutons d'une ligne, d'une colonne, ou d'une diagonale sont pressés.

Choix d'une classe parent

La classe parent d'un widget composé est, typiquement, la classe container contenant tous les éléments du widget composé. Par exemple, la classe parent du widget FileSelection est la classe Dialog. Comme nos boutons seront mis sous la forme d'un tableau, il semble naturel d'utiliser la classe GtkTable comme parent. Malheureusement, cela ne peut marcher. La création d'un widget est divisée en deux fonctions -- WIDGETNAME_new() que l'utilisateur appelle, et WIDGETNAME_init() qui réalise le travail d'initialisation du widget indépendamment des paramètre passés à la fonction _new(). Les widgets fils n'appellent que la fonction _init de leur widget parent. Mais cette division du travail ne fonctionne pas bien avec les tableaux qui, lorsqu'ils sont créés, ont besoin de connaître leue nombre de lignes et de colonnes. Sauf à dupliquer la plupart des fonctionnalités de gtk_table_new() dans notre widget Tictactoe, nous ferions mieux d'éviter de le dériver de GtkTable. Pour cette raison, nous la dériverons plutôt de GtkVBox et nous placerons notre table dans la VBox.

The header file

Chaque classe de widget possède un fichier en-tête qui déclare les structures d'objet et de classe pour ce widget, en plus de fonctions publiques. Quelques caractéristiques méritent d'être indiquées. Afin d'éviter des définitions multiples, on enveloppe le fichier en-tête avec :

#ifndef __TICTACTOE_H__
#define __TICTACTOE_H__
.
.
.
#endif /* __TICTACTOE_H__ */

Et, pour faire plaisir aux programmes C++ qui inclueront ce fichier, on l'enveloppe aussi dans :

#ifdef __cplusplus
extern "C" {
#endif /* __cplusplus */
.
.
.
#ifdef __cplusplus
}
#endif /* __cplusplus */

En plus des fonctions et structures, nous déclarons trois macros standard, TICTACTOE(obj), TICTACTOE_CLASS(class), et IS_TICTACTOE(obj), qui, respectivement, convertissent un pointeur en un pointeur vers une structure d'objet ou de classe, et vérifient si un objet est un widget Tictactoe.

Voici le fichier en-tête complet :


#ifndef __TICTACTOE_H__
#define __TICTACTOE_H__

#include <gdk/gdk.h>
#include <gtk/gtkvbox.h>

#ifdef __cplusplus
extern "C" {
#endif /* __cplusplus */

#define TICTACTOE(obj)          GTK_CHECK_CAST (obj, tictactoe_get_type (), Tictactoe)
#define TICTACTOE_CLASS(klass)  GTK_CHECK_CLASS_CAST (klass, tictactoe_get_type (), TictactoeClass)
#define IS_TICTACTOE(obj)       GTK_CHECK_TYPE (obj, tictactoe_get_type ())


typedef struct _Tictactoe       Tictactoe;
typedef struct _TictactoeClass  TictactoeClass;

struct _Tictactoe
{
  GtkVBox vbox;
  
  GtkWidget *buttons[3][3];
};

struct _TictactoeClass
{
  GtkVBoxClass parent_class;

  void (* tictactoe) (Tictactoe *ttt);
};

guint          tictactoe_get_type        (void);
GtkWidget*     tictactoe_new             (void);
void           tictactoe_clear           (Tictactoe *ttt);

#ifdef __cplusplus
}
#endif /* __cplusplus */

#endif /* __TICTACTOE_H__ */

La fonction _get_type()

Continuons maintenant avec l'implantation de notre widget. La fonction centrale pour chaque widget est WIDGETNAME_get_type(). Cette fonction, lorsqu'elle est appelée pour la première fois, informe le GTK de la classe et récupère un ID permettant d'identifier celle-ci de façon unique. Lors des appels suivants, elle ne fait que retourner cet ID.

guint
tictactoe_get_type ()
{
  static guint ttt_type = 0;

  if (!ttt_type)
    {
      GtkTypeInfo ttt_info =
      {
        "Tictactoe",
        sizeof (Tictactoe),
        sizeof (TictactoeClass),
        (GtkClassInitFunc) tictactoe_class_init,
        (GtkObjectInitFunc) tictactoe_init,
        (GtkArgFunc) NULL,
      };

      ttt_type = gtk_type_unique (gtk_vbox_get_type (), &ttt_info);
    }

  return ttt_type;
}

La structure GtkTypeInfo est définie de la façon suivante :

struct _GtkTypeInfo
{
  gchar *type_name;
  guint object_size;
  guint class_size;
  GtkClassInitFunc class_init_func;
  GtkObjectInitFunc object_init_func;
  GtkArgFunc arg_func;
};

Les champs de cette structure s'expliquent d'eux-mêmes. Nous ignorerons le champ arg_func ici : il a un rôle important permettant aux options des widgets d'être correctement initialisées à partir des langages interprétés, mais cette fonctionnalité est encore très peu implantée. Lorsque GTK dispose d'une copie correctement remplie de cette structure, il sait comment créer des objets d'un type particulier de widget.

La fonction _class_init()

La fonction WIDGETNAME_class_init() initialise les champs de la structure de classe du widget et configure tous les signaux de cette classe. Pour notre widget Tictactoe, cet appel est :


enum {
  TICTACTOE_SIGNAL,
  LAST_SIGNAL
};

static gint tictactoe_signals[LAST_SIGNAL] = { 0 };

static void
tictactoe_class_init (TictactoeClass *class)
{
  GtkObjectClass *object_class;

  object_class = (GtkObjectClass*) class;
  
  tictactoe_signals[TICTACTOE_SIGNAL] = gtk_signal_new ("tictactoe",
                                         GTK_RUN_FIRST,
                                         object_class->type,
                                         GTK_SIGNAL_OFFSET (TictactoeClass, tictactoe),
                                         gtk_signal_default_marshaller, GTK_ARG_NONE, 0);


  gtk_object_class_add_signals (object_class, tictactoe_signals, LAST_SIGNAL);

  class->tictactoe = NULL;
}

Notre widget n'a qu'un signal : "tictactoe", invoqué lorsqu'une ligne, une colonne ou une diagonale est complètement remplie. Tous les widgets composés n'ont pas besoin de signaux. Si vous lisez ceci pour la première fois, vous pouvez passer directement à la section suivante car les choses vont se compliquer un peu

La fonction :

gint   gtk_signal_new                     (gchar               *name,
                                           GtkSignalRunType     run_type,
                                           gint                 object_type,
                                           gint                 function_offset,
                                           GtkSignalMarshaller  marshaller,
                                           GtkArgType           return_val,
                                           gint                 nparams,
                                           ...);

crée un nouveau signal. Les paramètres sont :

Lorsque l'on spécifie les types, on utilise l'énumération GtkArgType :

typedef enum
{
  GTK_ARG_INVALID,
  GTK_ARG_NONE,
  GTK_ARG_CHAR,
  GTK_ARG_SHORT,
  GTK_ARG_INT,
  GTK_ARG_LONG,
  GTK_ARG_POINTER,
  GTK_ARG_OBJECT,
  GTK_ARG_FUNCTION,
  GTK_ARG_SIGNAL
} GtkArgType;

gtk_signal_new() retourne un identificateur entier pour le signal, que l'on stocke dans le tableau tictactoe_signals, indicé par une énumération (conventionnellement, les éléments de l'énumération sont le nom du signal, en majuscules, mais, ici, il y aurait un conflit avec la macro TICTACTOE(), nous l'appellerons donc TICTACTOE_SIGNAL à la place.

Après avoir créé nos signaux, nous devons demander à GTK d'associer ceux-ci à la classe Tictactoe. Ceci est fait en appelant gtk_object_class_add_signals(). Puis nous configurons le pointeur qui pointe sur le gestionnaire par défaut du signal "tictactoe" à NULL, pour indiquer qu'il n'y a pas d'action par défaut.

La fonction _init()

Chaque classe de widget a aussi besoin d'une fonction pour initialiser la structure d'objet. Habituellement, cette fonction a le rôle, plutôt limité, d'initialiser les champs de la structure avec des valeurs par défaut. Cependant, pour les widgets composés, cette fonction crée aussi les widgets composants.


static void
tictactoe_init (Tictactoe *ttt)
{
  GtkWidget *table;
  gint i,j;
  
  table = gtk_table_new (3, 3, TRUE);
  gtk_container_add (GTK_CONTAINER(ttt), table);
  gtk_widget_show (table);

  for (i=0;i<3; i++)
    for (j=0;j<3; j++)
      {
        ttt->buttons[i][j] = gtk_toggle_button_new ();
        gtk_table_attach_defaults (GTK_TABLE(table), ttt->buttons[i][j], 
                                   i, i+1, j, j+1);
        gtk_signal_connect (GTK_OBJECT (ttt->buttons[i][j]), "toggled",
                            GTK_SIGNAL_FUNC (tictactoe_toggle), ttt);
        gtk_widget_set_usize (ttt->buttons[i][j], 20, 20);
        gtk_widget_show (ttt->buttons[i][j]);
      }
}

Et le reste...

Il reste une fonction que chaque widget (sauf pour les types widget de base, comme GtkBin, qui ne peuvent être instanciés) à besoin d'avoir -- celle que l'utilisateur appelle pour créer un objet de ce type. Elle est conventionnellement appelée WIDGETNAME_new(). Pour certains widgets, par pour ceux de Tictactoe, cette fonction prend des paramètres et réalise certaines initialisations dépendantes des paramètres. Les deux autres fonctions sont spécifiques au widget Tictactoe.

tictactoe_clear() est une fonction publique qui remet tous les boutons du widget en position relâchée. Notez l'utilisation de gtk_signal_handler_block_by_data() pour empêcher notre gestionnaire de signaux des boutons commutateurs d'être déclenché sans besoin.

tictactoe_toggle() est le gestionnaire de signal invoqué lorsqu'on clique sur un bouton. Il vérifie s'il y a des combinaisons gagnantes concernant le bouton qui vient d'être commuté et, si c'est le cas, émet le signal "tictactoe".

  
GtkWidget*
tictactoe_new ()
{
  return GTK_WIDGET ( gtk_type_new (tictactoe_get_type ()));
}

void           
tictactoe_clear (Tictactoe *ttt)
{
  int i,j;

  for (i=0;i<3;i++)
    for (j=0;j<3;j++)
      {
        gtk_signal_handler_block_by_data (GTK_OBJECT(ttt->buttons[i][j]), ttt);
        gtk_toggle_button_set_state (GTK_TOGGLE_BUTTON (ttt->buttons[i][j]),
                                     FALSE);
        gtk_signal_handler_unblock_by_data (GTK_OBJECT(ttt->buttons[i][j]), ttt);
      }
}

static void
tictactoe_toggle (GtkWidget *widget, Tictactoe *ttt)
{
  int i,k;

  static int rwins[8][3] = { { 0, 0, 0 }, { 1, 1, 1 }, { 2, 2, 2 },
                             { 0, 1, 2 }, { 0, 1, 2 }, { 0, 1, 2 },
                             { 0, 1, 2 }, { 0, 1, 2 } };
  static int cwins[8][3] = { { 0, 1, 2 }, { 0, 1, 2 }, { 0, 1, 2 },
                             { 0, 0, 0 }, { 1, 1, 1 }, { 2, 2, 2 },
                             { 0, 1, 2 }, { 2, 1, 0 } };

  int success, found;

  for (k=0; k<8; k++)
    {
      success = TRUE;
      found = FALSE;

      for (i=0;i<3;i++)
        {
          success = success && 
            GTK_TOGGLE_BUTTON(ttt->buttons[rwins[k][i]][cwins[k][i]])->active;
          found = found ||
            ttt->buttons[rwins[k][i]][cwins[k][i]] == widget;
        }
      
      if (success && found)
        {
          gtk_signal_emit (GTK_OBJECT (ttt), 
                           tictactoe_signals[TICTACTOE_SIGNAL]);
          break;
        }
    }
}

Enfin, un exemple de programme utilisant notre widget Tictactoe 

#include <gtk/gtk.h>
#include "tictactoe.h"

/* Invoqué lorsqu'une ligne, une colonne ou une diagonale est complète */

void win (GtkWidget *widget, gpointer data)
{
  g_print ("Ouais !\n");
  tictactoe_clear (TICTACTOE (widget));
}

int main (int argc, char *argv[])
{
  GtkWidget *window;
  GtkWidget *ttt;
  
  gtk_init (&argc, &argv);

  window = gtk_window_new (GTK_WINDOW_TOPLEVEL);
  
  gtk_window_set_title (GTK_WINDOW (window), "Aspect Frame");
  
  gtk_signal_connect (GTK_OBJECT (window), "destroy",
                      GTK_SIGNAL_FUNC (gtk_exit), NULL);
  
  gtk_container_border_width (GTK_CONTAINER (window), 10);

  /* Création d'un widget Tictactoe */
  ttt = tictactoe_new ();
  gtk_container_add (GTK_CONTAINER (window), ttt);
  gtk_widget_show (ttt);

  /* On lui attache le signal "tictactoe" */
  gtk_signal_connect (GTK_OBJECT (ttt), "tictactoe",
                      GTK_SIGNAL_FUNC (win), NULL);

  gtk_widget_show (window);
  
  gtk_main ();
  
  return 0;
}

19.4 Création d'un widget à partir de zéro

Introduction

Dans cette section, nous en apprendrons plus sur la façon dont les widgets s'affichent eux-mêmes à l'écran et comment ils interagissent avec les événements. Comme exemple, nous créerons un widget d'appel télephonique interactif avec un pointeur que l'utilisateur pourra déplacer pour initialiser la valeur.

Afficher un widget à l'écran

Il y a plusieurs étapes mises en jeu lors de l'affichage. Lorsque le widget est créé par l'appel WIDGETNAME_new(), plusieurs autres fonctions supplémentaires sont requises.

Vous avez pu noter que les deux dernières fonctions sont assez similaires -- chacune se charge de tracer le widget à l'écran. En fait, de nombreux types de widgets ne se préoccupent pas vraiment de la différence entre les deux. La fonction draw() par défaut de la classe widget génère simplement un événement d'exposition synthétique pour la zone à redessiner. Cependant, certains types de widgets peuvent économiser du travail en faisant la différence entre les deux fonctions. Par exemple, si un widget a plusieurs fenêtres X et puisque les événements d'exposition identifient la fenêtre exposée, il peut redessiner seulement la fenêtre concernée, ce qui n'est pas possible avec des appels à draw().

Les widgets container, même s'ils ne se soucient pas eux-mêmes de la différence, ne peuvent pas utiliser simplement la fonction draw() car leurs widgets enfants tiennent compte de cette différence. Cependant, ce serait du gaspillage de dupliquer le code de tracé pour les deux fonctions. Conventionnellement, de tels widgets possèdent une fonction nommée WIDGETNAME_paint() qui réalise le véritable travail de tracé du widget et qui est appelée par les fonctions draw() et expose().

Dans notre exemple, comme le widget d'appel n'est pas un widget container et n'a qu'une fenêtre, nous pouvons utiliser l'approche la plus simple : utiliser la fonction draw() par défaut et n'implanter que la fonction expose().

Origines du widget Dial

Exactement comme les animaux terrestres ne sont que des variantes des premiers amphibiens qui rampèrent hors de la boue, les widgets GTK sont des variantes d'autres widgets, déjà écrits. Ainsi, bien que cette section s'appelle « créer un widget à partir de zéro », le widget Dial commence réellement avec le code source du widget Range. Celui-ci a été pris comme point de départ car ce serait bien que notre Dial ait la même interface que les widgets Scale qui ne sont que des descendants spécialisés du widget Range. Par conséquent, bien que le code source soit présenté ci-dessous sous une forme achevée, cela n'implique pas qu'il a été écrit deus ex machina. De plus, si vous ne savez pas comment fonctionnent les widgets Scale du point de vue du programmeur de l'application, il est préférable de les étudier avant de continuer.

Les bases

Un petite partie de notre widget devrait ressembler au widget Tictactoe. Nous avons d'abord le fichier en-tête :

/* GTK - The GIMP Toolkit
 * Copyright (C) 1995-1997 Peter Mattis, Spencer Kimball and Josh MacDonald
 *
 * This library is free software; you can redistribute it and/or
 * modify it under the terms of the GNU Library General Public
 * License as published by the Free Software Foundation; either
 * version 2 of the License, or (at your option) any later version.
 *
 * This library is distributed in the hope that it will be useful,
 * but WITHOUT ANY WARRANTY; without even the implied warranty of
 * MERCHANTABILITY or FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE.  See the GNU
 * Library General Public License for more details.
 *
 * You should have received a copy of the GNU Library General Public
 * License along with this library; if not, write to the Free
 * Software Foundation, Inc., 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139, USA.
 */

#ifndef __GTK_DIAL_H__
#define __GTK_DIAL_H__

#include <gdk/gdk.h>
#include <gtk/gtkadjustment.h>
#include <gtk/gtkwidget.h>


#ifdef __cplusplus
extern "C" {
#endif /* __cplusplus */


#define GTK_DIAL(obj)          GTK_CHECK_CAST (obj, gtk_dial_get_type (), GtkDial)
#define GTK_DIAL_CLASS(klass)  GTK_CHECK_CLASS_CAST (klass, gtk_dial_get_type (), GtkDialClass)
#define GTK_IS_DIAL(obj)       GTK_CHECK_TYPE (obj, gtk_dial_get_type ())


typedef struct _GtkDial        GtkDial;
typedef struct _GtkDialClass   GtkDialClass;

struct _GtkDial
{
  GtkWidget widget;

  /* politique de mise à jour  
     (GTK_UPDATE_[CONTINUOUS/DELAYED/DISCONTINUOUS]) */

  guint policy : 2;

  /* Le bouton qui est pressé, 0 si aucun */
  guint8 button;

  /* Dimensions des composants de dial */
  gint radius;
  gint pointer_width;

  /* ID du timer de mise à jour, 0 si aucun */
  guint32 timer;

  /* Angle courant*/
  gfloat angle;

  /* Anciennes valeurs d'ajustement stockées. On sait donc quand quelque
     chose change */
  gfloat old_value;
  gfloat old_lower;
  gfloat old_upper;

  /* L'objet ajustment qui stocke les données de cet appel */
  GtkAdjustment *adjustment;
};

struct _GtkDialClass
{
  GtkWidgetClass parent_class;
};


GtkWidget*     gtk_dial_new                    (GtkAdjustment *adjustment);
guint          gtk_dial_get_type               (void);
GtkAdjustment* gtk_dial_get_adjustment         (GtkDial      *dial);
void           gtk_dial_set_update_policy      (GtkDial      *dial,
                                                GtkUpdateType  policy);

void           gtk_dial_set_adjustment         (GtkDial      *dial,
                                                GtkAdjustment *adjustment);
#ifdef __cplusplus
}
#endif /* __cplusplus */


#endif /* __GTK_DIAL_H__ */

Comme il y a plus de choses à faire avec ce widget par rapport à l'autre, nous avons plus de champs dans la structure de données, mais à part ça, les choses sont plutôt similaires.

Puis, après avoir inclus les fichiers en-tête et déclaré quelques constantes, nous devons fournir quelques fonctions pour donner des informations sur le widget et pour l'initialiser :

#include <math.h>
#include <stdio.h>
#include <gtk/gtkmain.h>
#include <gtk/gtksignal.h>

#include "gtkdial.h"

#define SCROLL_DELAY_LENGTH  300
#define DIAL_DEFAULT_SIZE 100

/* Déclararations des prototypes */

[ omis pour gagner de la place ]

/* Données locales */

static GtkWidgetClass *parent_class = NULL;

guint
gtk_dial_get_type ()
{
  static guint dial_type = 0;

  if (!dial_type)
    {
      GtkTypeInfo dial_info =
      {
        "GtkDial",
        sizeof (GtkDial),
        sizeof (GtkDialClass),
        (GtkClassInitFunc) gtk_dial_class_init,
        (GtkObjectInitFunc) gtk_dial_init,
        (GtkArgFunc) NULL,
      };

      dial_type = gtk_type_unique (gtk_widget_get_type (), &dial_info);
    }

  return dial_type;
}

static void
gtk_dial_class_init (GtkDialClass *class)
{
  GtkObjectClass *object_class;
  GtkWidgetClass *widget_class;

  object_class = (GtkObjectClass*) class;
  widget_class = (GtkWidgetClass*) class;

  parent_class = gtk_type_class (gtk_widget_get_type ());

  object_class->destroy = gtk_dial_destroy;

  widget_class->realize = gtk_dial_realize;
  widget_class->expose_event = gtk_dial_expose;
  widget_class->size_request = gtk_dial_size_request;
  widget_class->size_allocate = gtk_dial_size_allocate;
  widget_class->button_press_event = gtk_dial_button_press;
  widget_class->button_release_event = gtk_dial_button_release;
  widget_class->motion_notify_event = gtk_dial_motion_notify;
}

static void
gtk_dial_init (GtkDial *dial)
{
  dial->button = 0;
  dial->policy = GTK_UPDATE_CONTINUOUS;
  dial->timer = 0;
  dial->radius = 0;
  dial->pointer_width = 0;
  dial->angle = 0.0;
  dial->old_value = 0.0;
  dial->old_lower = 0.0;
  dial->old_upper = 0.0;
  dial->adjustment = NULL;
}

GtkWidget*
gtk_dial_new (GtkAdjustment *adjustment)
{
  GtkDial *dial;

  dial = gtk_type_new (gtk_dial_get_type ());

  if (!adjustment)
    adjustment = (GtkAdjustment*) gtk_adjustment_new (0.0, 0.0, 0.0, 0.0, 0.0, 0.0);

  gtk_dial_set_adjustment (dial, adjustment);

  return GTK_WIDGET (dial);
}

static void
gtk_dial_destroy (GtkObject *object)
{
  GtkDial *dial;

  g_return_if_fail (object != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (object));

  dial = GTK_DIAL (object);

  if (dial->adjustment)
    gtk_object_unref (GTK_OBJECT (dial->adjustment));

  if (GTK_OBJECT_CLASS (parent_class)->destroy)
    (* GTK_OBJECT_CLASS (parent_class)->destroy) (object);
}

Notez que cette fonction init() fait moins de choses que pour le widget Tictactoe car ce n'est pas un widget composé et que la fonction new() en fait plus car elle a maintenant un paramètre. Notez aussi que lorsque nous stockons un pointeur vers l'objet Adjustement, nous incrémentons son nombre de références (et nous le décrémentons lorsque nous ne l'utilisons plus) afin que GTK puisse savoir quand il pourra être détruit sans danger.

Il y a aussi quelques fonctions pour manipuler les options du widget :

GtkAdjustment*
gtk_dial_get_adjustment (GtkDial *dial)
{
  g_return_val_if_fail (dial != NULL, NULL);
  g_return_val_if_fail (GTK_IS_DIAL (dial), NULL);

  return dial->adjustment;
}

void
gtk_dial_set_update_policy (GtkDial      *dial,
                             GtkUpdateType  policy)
{
  g_return_if_fail (dial != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (dial));

  dial->policy = policy;
}

void
gtk_dial_set_adjustment (GtkDial      *dial,
                          GtkAdjustment *adjustment)
{
  g_return_if_fail (dial != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (dial));

  if (dial->adjustment)
    {
      gtk_signal_disconnect_by_data (GTK_OBJECT (dial->adjustment), (gpointer) dial);
      gtk_object_unref (GTK_OBJECT (dial->adjustment));
    }

  dial->adjustment = adjustment;
  gtk_object_ref (GTK_OBJECT (dial->adjustment));

  gtk_signal_connect (GTK_OBJECT (adjustment), "changed",
                      (GtkSignalFunc) gtk_dial_adjustment_changed,
                      (gpointer) dial);
  gtk_signal_connect (GTK_OBJECT (adjustment), "value_changed",
                      (GtkSignalFunc) gtk_dial_adjustment_value_changed,
                      (gpointer) dial);

  dial->old_value = adjustment->value;
  dial->old_lower = adjustment->lower;
  dial->old_upper = adjustment->upper;

  gtk_dial_update (dial);
}

gtk_dial_realize()

Nous arrivons maintenant à quelques nouveaux types de fonctions. D'abord, nous avons une fonction qui réalise la création de la fenêtre X. Notez que l'on passe un masque à la fonction gdk_window_new() pour spécifier quels sont les champs de la structure GdkWindowAttr qui contiennent des données (les autres recevront des valeurs par défaut). Notez aussi la façon dont est créé le masque d'événement du widget. On appelle gtk_widget_get_events() pour récupérer le masque d'événement que l'utilisateur a spécifié pour ce widget (avec gtk_widget_set_events()) et ajouter les événements qui nous intéressent.

Après avoir créé la fenêtre, nous configurons son style et son fond et mettons un pointeur vers le widget dans le champ user de la GdkWindow. Cette dernière étape permet à GTK de distribuer les événements pour cette fenêtre au widget correct.

static void
gtk_dial_realize (GtkWidget *widget)
{
  GtkDial *dial;
  GdkWindowAttr attributes;
  gint attributes_mask;

  g_return_if_fail (widget != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (widget));

  GTK_WIDGET_SET_FLAGS (widget, GTK_REALIZED);
  dial = GTK_DIAL (widget);

  attributes.x = widget->allocation.x;
  attributes.y = widget->allocation.y;
  attributes.width = widget->allocation.width;
  attributes.height = widget->allocation.height;
  attributes.wclass = GDK_INPUT_OUTPUT;
  attributes.window_type = GDK_WINDOW_CHILD;
  attributes.event_mask = gtk_widget_get_events (widget) | 
    GDK_EXPOSURE_MASK | GDK_BUTTON_PRESS_MASK | 
    GDK_BUTTON_RELEASE_MASK | GDK_POINTER_MOTION_MASK |
    GDK_POINTER_MOTION_HINT_MASK;
  attributes.visual = gtk_widget_get_visual (widget);
  attributes.colormap = gtk_widget_get_colormap (widget);

  attributes_mask = GDK_WA_X | GDK_WA_Y | GDK_WA_VISUAL | GDK_WA_COLORMAP;
  widget->window = gdk_window_new (widget->parent->window, &attributes, attributes_mask);

  widget->style = gtk_style_attach (widget->style, widget->window);

  gdk_window_set_user_data (widget->window, widget);

  gtk_style_set_background (widget->style, widget->window, GTK_STATE_ACTIVE);
}

Négotiation de la taille

Avant le premier affichage de la fenêtre contenant un widget et à chaque fois que la forme de la fenêtre change, GTK demande à chaque widget fils la taille qu'il désire avoir. Cette requête est gérée par la fonction gtk_dial_size_request(). Comme notre widget n'est pas un widget container, et n'a pas de contraintes réelles sur sa taille, nous ne faisons que retourner une valeur raisonnable par défaut.

static void 
gtk_dial_size_request (GtkWidget      *widget,
                       GtkRequisition *requisition)
{
  requisition->width = DIAL_DEFAULT_SIZE;
  requisition->height = DIAL_DEFAULT_SIZE;
}

Lorsque tous les widgets on demandé une taille idéale, le forme de la fenêtre est calculée et chaque widget fils est averti de sa taille. Habituellement, ce sera autant que la taille requise, mais si, par exemple, l'utilisateur a redimensionné la fenêtre, cette taille peut occasionnellement être plus petite que la taille requise. La notification de la taille est gérée par la fonction gtk_dial_size_allocate(). Notez qu'en même temps qu'elle calcule les tailles de certains composants pour une utilisation future, cette routine fait aussi le travail de base consistant à déplacer les widgets X Window dans leur nouvelles positions et tailles.

static void
gtk_dial_size_allocate (GtkWidget     *widget,
                        GtkAllocation *allocation)
{
  GtkDial *dial;

  g_return_if_fail (widget != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (widget));
  g_return_if_fail (allocation != NULL);

  widget->allocation = *allocation;
  if (GTK_WIDGET_REALIZED (widget))
    {
      dial = GTK_DIAL (widget);

      gdk_window_move_resize (widget->window,
                              allocation->x, allocation->y,
                              allocation->width, allocation->height);

      dial->radius = MAX(allocation->width,allocation->height) * 0.45;
      dial->pointer_width = dial->radius / 5;
    }
}
.

gtk_dial_expose()

Comme cela est mentionné plus haut, tout le dessin de ce widget est réalisé dans le gestionnaire pour les événements d'exposition. Il n'y a pas grand chose de plus à dire là dessus, sauf constater l'utilisation de la fonction gtk_draw_polygon pour dessiner le pointeur avec une forme en trois dimensions selon les couleurs stockées dans le style du widget. style.

static gint
gtk_dial_expose (GtkWidget      *widget,
                 GdkEventExpose *event)
{
  GtkDial *dial;
  GdkPoint points[3];
  gdouble s,c;
  gdouble theta;
  gint xc, yc;
  gint tick_length;
  gint i;

  g_return_val_if_fail (widget != NULL, FALSE);
  g_return_val_if_fail (GTK_IS_DIAL (widget), FALSE);
  g_return_val_if_fail (event != NULL, FALSE);

  if (event->count > 0)
    return FALSE;
  
  dial = GTK_DIAL (widget);

  gdk_window_clear_area (widget->window,
                         0, 0,
                         widget->allocation.width,
                         widget->allocation.height);

  xc = widget->allocation.width/2;
  yc = widget->allocation.height/2;

  /* Draw ticks */

  for (i=0; i<25; i++)
    {
      theta = (i*M_PI/18. - M_PI/6.);
      s = sin(theta);
      c = cos(theta);

      tick_length = (i%6 == 0) ? dial->pointer_width : dial->pointer_width/2;
      
      gdk_draw_line (widget->window,
                     widget->style->fg_gc[widget->state],
                     xc + c*(dial->radius - tick_length),
                     yc - s*(dial->radius - tick_length),
                     xc + c*dial->radius,
                     yc - s*dial->radius);
    }

  /* Draw pointer */

  s = sin(dial->angle);
  c = cos(dial->angle);


  points[0].x = xc + s*dial->pointer_width/2;
  points[0].y = yc + c*dial->pointer_width/2;
  points[1].x = xc + c*dial->radius;
  points[1].y = yc - s*dial->radius;
  points[2].x = xc - s*dial->pointer_width/2;
  points[2].y = yc - c*dial->pointer_width/2;

  gtk_draw_polygon (widget->style,
                    widget->window,
                    GTK_STATE_NORMAL,
                    GTK_SHADOW_OUT,
                    points, 3,
                    TRUE);
  
  return FALSE;
}

Gestion des événements

Le reste du code du widget gère différents types d'événements et n'est pas trop différent de ce que l'on trouve dans la plupart des applications GTK. Deux types d'événements peuvent survenir -- l'utilisateur peut cliquer sur le widget avec la souris et faire glisser pour déplacer le pointeur, ou bien la valeur de l'objet Adjustment peut changer à cause d'une circonstance extérieure.

Lorsque l'utilisateur clique sur le widget, on vérifie si le clic s'est bien passé près du pointeur et si c'est le cas, on stocke alors le bouton avec lequel l'utilisateur a cliqué dans le champ button de la structure du widget et on récupère tous les événements souris avec un appel à gtk_grab_add(). Un déplacement ultérieur de la souris provoque le recalcul de la valeur de contrôle (par la fonction gtk_dial_update_mouse). Selon la politique qui a été choisie, les événements "value_changed" sont, soit générés instantanément (GTK_UPDATE_CONTINUOUS), après un délai ajouté au timer avec gtk_timeout_add() (GTK_UPDATE_DELAYED), ou seulement lorsque le bouton est relâché (GTK_UPDATE_DISCONTINUOUS).

static gint
gtk_dial_button_press (GtkWidget      *widget,
                       GdkEventButton *event)
{
  GtkDial *dial;
  gint dx, dy;
  double s, c;
  double d_parallel;
  double d_perpendicular;

  g_return_val_if_fail (widget != NULL, FALSE);
  g_return_val_if_fail (GTK_IS_DIAL (widget), FALSE);
  g_return_val_if_fail (event != NULL, FALSE);

  dial = GTK_DIAL (widget);

  /* Détermine si le bouton pressé est dans la région du pointeur.
     On fait cela en calculant les distances parallèle et perpendiculaire
     du point où la souris a été pressée par rapport à la ligne passant
     par le pointeur */
  
  dx = event->x - widget->allocation.width / 2;
  dy = widget->allocation.height / 2 - event->y;
  
  s = sin(dial->angle);
  c = cos(dial->angle);
  
  d_parallel = s*dy + c*dx;
  d_perpendicular = fabs(s*dx - c*dy);
  
  if (!dial->button &&
      (d_perpendicular < dial->pointer_width/2) &&
      (d_parallel > - dial->pointer_width))
    {
      gtk_grab_add (widget);

      dial->button = event->button;

      gtk_dial_update_mouse (dial, event->x, event->y);
    }

  return FALSE;
}

static gint
gtk_dial_button_release (GtkWidget      *widget,
                          GdkEventButton *event)
{
  GtkDial *dial;

  g_return_val_if_fail (widget != NULL, FALSE);
  g_return_val_if_fail (GTK_IS_DIAL (widget), FALSE);
  g_return_val_if_fail (event != NULL, FALSE);

  dial = GTK_DIAL (widget);

  if (dial->button == event->button)
    {
      gtk_grab_remove (widget);

      dial->button = 0;

      if (dial->policy == GTK_UPDATE_DELAYED)
        gtk_timeout_remove (dial->timer);
      
      if ((dial->policy != GTK_UPDATE_CONTINUOUS) &&
          (dial->old_value != dial->adjustment->value))
        gtk_signal_emit_by_name (GTK_OBJECT (dial->adjustment), "value_changed");
    }

  return FALSE;
}

static gint
gtk_dial_motion_notify (GtkWidget      *widget,
                         GdkEventMotion *event)
{
  GtkDial *dial;
  GdkModifierType mods;
  gint x, y, mask;

  g_return_val_if_fail (widget != NULL, FALSE);
  g_return_val_if_fail (GTK_IS_DIAL (widget), FALSE);
  g_return_val_if_fail (event != NULL, FALSE);

  dial = GTK_DIAL (widget);

  if (dial->button != 0)
    {
      x = event->x;
      y = event->y;

      if (event->is_hint || (event->window != widget->window))
        gdk_window_get_pointer (widget->window, &x, &y, &mods);

      switch (dial->button)
        {
        case 1:
          mask = GDK_BUTTON1_MASK;
          break;
        case 2:
          mask = GDK_BUTTON2_MASK;
          break;
        case 3:
          mask = GDK_BUTTON3_MASK;
          break;
        default:
          mask = 0;
          break;
        }

      if (mods & mask)
        gtk_dial_update_mouse (dial, x,y);
    }

  return FALSE;
}

static gint
gtk_dial_timer (GtkDial *dial)
{
  g_return_val_if_fail (dial != NULL, FALSE);
  g_return_val_if_fail (GTK_IS_DIAL (dial), FALSE);

  if (dial->policy == GTK_UPDATE_DELAYED)
    gtk_signal_emit_by_name (GTK_OBJECT (dial->adjustment), "value_changed");

  return FALSE;
}

static void
gtk_dial_update_mouse (GtkDial *dial, gint x, gint y)
{
  gint xc, yc;
  gfloat old_value;

  g_return_if_fail (dial != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (dial));

  xc = GTK_WIDGET(dial)->allocation.width / 2;
  yc = GTK_WIDGET(dial)->allocation.height / 2;

  old_value = dial->adjustment->value;
  dial->angle = atan2(yc-y, x-xc);

  if (dial->angle < -M_PI/2.)
    dial->angle += 2*M_PI;

  if (dial->angle < -M_PI/6)
    dial->angle = -M_PI/6;

  if (dial->angle > 7.*M_PI/6.)
    dial->angle = 7.*M_PI/6.;

  dial->adjustment->value = dial->adjustment->lower + (7.*M_PI/6 - dial->angle) *
    (dial->adjustment->upper - dial->adjustment->lower) / (4.*M_PI/3.);

  if (dial->adjustment->value != old_value)
    {
      if (dial->policy == GTK_UPDATE_CONTINUOUS)
        {
          gtk_signal_emit_by_name (GTK_OBJECT (dial->adjustment), "value_changed");
        }
      else
        {
          gtk_widget_draw (GTK_WIDGET(dial), NULL);

          if (dial->policy == GTK_UPDATE_DELAYED)
            {
              if (dial->timer)
                gtk_timeout_remove (dial->timer);

              dial->timer = gtk_timeout_add (SCROLL_DELAY_LENGTH,
                                             (GtkFunction) gtk_dial_timer,
                                             (gpointer) dial);
            }
        }
    }
}

Les changements de l'Adjustement par des moyens extérieurs sont communiqués à notre widget par les signaux "changed" et "value_changed". Les gestionnaires pour ces fonctions appellent gtk_dial_update() pour valider les paramètres, calculer le nouvel angle du pointeur et redessiner le widget (en appelant gtk_widget_draw()).

static void
gtk_dial_update (GtkDial *dial)
{
  gfloat new_value;
  
  g_return_if_fail (dial != NULL);
  g_return_if_fail (GTK_IS_DIAL (dial));

  new_value = dial->adjustment->value;
  
  if (new_value < dial->adjustment->lower)
    new_value = dial->adjustment->lower;

  if (new_value > dial->adjustment->upper)
    new_value = dial->adjustment->upper;

  if (new_value != dial->adjustment->value)
    {
      dial->adjustment->value = new_value;
      gtk_signal_emit_by_name (GTK_OBJECT (dial->adjustment), "value_changed");
    }

  dial->angle = 7.*M_PI/6. - (new_value - dial->adjustment->lower) * 4.*M_PI/3. /
    (dial->adjustment->upper - dial->adjustment->lower);

  gtk_widget_draw (GTK_WIDGET(dial), NULL);
}

static void
gtk_dial_adjustment_changed (GtkAdjustment *adjustment,
                              gpointer       data)
{
  GtkDial *dial;

  g_return_if_fail (adjustment != NULL);
  g_return_if_fail (data != NULL);

  dial = GTK_DIAL (data);

  if ((dial->old_value != adjustment->value) ||
      (dial->old_lower != adjustment->lower) ||
      (dial->old_upper != adjustment->upper))
    {
      gtk_dial_update (dial);

      dial->old_value = adjustment->value;
      dial->old_lower = adjustment->lower;
      dial->old_upper = adjustment->upper;
    }
}

static void
gtk_dial_adjustment_value_changed (GtkAdjustment *adjustment,
                                    gpointer       data)
{
  GtkDial *dial;

  g_return_if_fail (adjustment != NULL);
  g_return_if_fail (data != NULL);

  dial = GTK_DIAL (data);

  if (dial->old_value != adjustment->value)
    {
      gtk_dial_update (dial);

      dial->old_value = adjustment->value;
    }
}

Améliorations possibles

Le widget Dial décrit jusqu'à maintenant exécute à peu près 670 lignes de code. Bien que cela puisse sembler beaucoup, nous en avons vraiment fait beaucoup avec ce code, notamment parce que la majeure partie de cette longueur est due aux en-têtes et à la préparation. Cependant, certaines améliorations peuvent être apportées à ce widget :

19.5 En savoir plus

Seule une petite partie des nombreux détails de la création des widgets a pu être décrite. Si vous désirez écrire vos propres widgets, la meilleure source d'exemples est le source de GTK lui-même. Posez-vous quelques questions sur les widgets que vous voulez écrire : est-ce un widget container ? possède-t-il sa propre fenêtre ? est-ce une modification d'un widget existant ? Puis, trouvez un widget identique et commencez à faire les modifications. Bonne chance !


Previous Next Table of Contents