Page précédente Page suivante Table des matières

3. Fonctionnalités générales

3.1 Démarrage

Pour lancer Emacs, il suffit de le lancer en ligne de commande sous un shell


      % emacs foo.c # ouvrira foo.c

      % emacs # ou bien plus simplement sans parametre

   
Pour quitter tapez C-x C-c (qui vous demande le cas échéant si vous voulez sauvegarder votre travail, répondre y ou n).

3.2 Opérations sur les fichiers

Pour ouvrir un fichier il suffit de taper C-x C-f (f pour find). Le curseur (ou pointeur) ira alors dans une zone appelée le minibuffer (cf minibuffer) où il vous demandera de composer le nom du fichier.

Pour sauvegarder les modifications apportées à un fichier tapez C-x C-s (save).

3.3 Basculer entre plusieurs fichiers ouverts par Emacs

Sous un éditeur comme textedit (je ne sais pas si le mot 'éditeur' est adapté, mais bon), la démarche est d'exécuter un textedit pour chaque fichier.

Ce qui implique que si vous voulez voir un fichier ouvert, il faut chercher le textedit qui l'a lancé. Sous Emacs les choses sont différentes puisque il y aura UN Emacs qui gérera plusieurs fichiers ouverts (on peut faire comme textedit mais du coup on perd les avantages expliqués ci-dessous). Pour ouvrir plusieurs fichiers il suffit de répéter un certain nombre de fois la commande C-x C-f (cf opérations sur les fichiers).

À chaque fois que l'on ouvre un nouveau fichier, il prend la place de l'ancien à l'écran, mais l'ancien est toujours présent pour Emacs en mémoire. Chacun de ces fichiers représente une unité appelée buffer. Tous ces buffers ont des noms, ainsi pour basculer vers un autre fichier ouvert il suffit de taper C-x b, qui vous demandera alors de taper le nom du fichier.

Pour voir la liste des buffers tapez C-x C-b Un certain nombre de noms de buffers sont précédés d'un astérisque, ils sont réservés par Emacs, souvent afin de ménager des zones de travail temporaires .

3.4 Édition de texte simple

Pour sélectionner une partie du texte, soit vous le faites à la souris (aaarghh quelle perte de temps), soit vous le faites au clavier (la bonne façon). La manière de sélectionner une région est différente sous Emacs par rapport à windobe. Pour sélectionner une région il faut d'abord déposer une marque (généralement au début du texte que l'on veut sélectionner) en tapant C-ESPACE, puis il suffit de se déplacer (on voit que la région sélectionnée a une autre couleur sous X par exemple).

Enfin pour copier cette région tapez M-w, ou pour la couper C-W. Le texte coupé est placé dans une sorte de tampon le kill ring . Pour le coller tapez C-y. Certains râleront en disant : c'est pas logique, c'est pas comme sous windows, sous windows c'est simple, suffit de taper C-x ou C-c et C-v. Il faut savoir que c'est pas plus con de taper C-w que C-x.

Il faut noter qu'il y a un historique des "copier" et "couper". Ainsi, une fois que vous avez tapé C-y pour coller un texte, vous pouvez taper M-y et le "copier" ou "coller" précédent dans l'historique est collé.

On peut tronquer une ligne à partir de la position du curseur sans avoir à sélectionner une région avec C-k

3.5 Fenêtres multiples

Comme vous l'avez vu, Emacs permet de garder en mémoire un certain nombre de fichiers. Le problème c'est que vous ne pouvez en voir qu'un à la fois et du coup les multiples textedit paraissent mieux. Mais c'est sans compter les fenêtres multiples sous Emacs.

Pour scinder votre écran Emacs en deux parties tapez C-x 2 Ainsi on voit toujours le même fichier, mais l'écran est coupé en deux fenêtres Emacs appelle fenêtre ce que nous appelons frame (frame au sens HTML) . Pour basculer entre les fenêtres (window) tapez C-x o. Ainsi vous pouvez voir deux régions différentes du même fichier, mais vous pouvez aussi facilement voir deux fichiers différents (réfléchissez un peu). Il suffit dans l'une des windows de taper C-x b (cf buffer multiple) qui bascule entre buffer (ce qui revient à basculer entre les fichiers ouverts) et de choisir un buffer différent.

Vous pouvez répéter ce processus un certain nombre de fois et avoir ainsi 5 à 6 windows visibles en même temps.

3.6 Chercher dans un fichier

Quand on programme ou que l'on tape du texte on a souvent besoin de se déplacer rapidement. Emacs offre une fonction puissante pour chercher du texte : incremental search (la recherche incrémentale).

Je m'explique : admettons que vous voulez rechercher le mot padioleau et que vous savez que votre mot est plus bas dans le fichier. Tapez C-s. Vous êtes alors invité à taper votre requête. Tapez alors la lettre p et déjà Emacs trouve la première occurrence de "p" dans le fichier, puis tapez a pour affiner jusqu'à ce qu'il trouve. L'intérêt est que vous n'avez pas à taper tout le texte. Il se peut qu'il lui suffise d'une ou deux lettres seulement.

Si votre recherche échoue (beep sonore), c'est peut être que votre mot est situé au dessus. Tapez alors C-r (increment search backward = recherche en arrière).

Notez que vous pouvez enlever des lettres (où en rajouter) tout au long de ces opérations, ce qui généralise la recherche (respectivement l'affine).

Retapez C-s (ou C-r) et vous irez à la prochaine occurrence (respectivement la précédente).

Pour quitter le mode recherche, tapez RET ou tapez sur une des flèches. Si vous voulez refaire la même recherche, tapez C-s C-s. Pour rechercher le texte placé sous le curseur, tapez C-s C-w.

On peut aussi vouloir aller à une certaine ligne, et dans ce cas tapez M-g puis votre numéro de ligne si cela ne fonctionne pas essayez M-x goto-line RET .

3.7 Déplacement rapide

La façon la plus simple de se déplacer est d'utiliser les flèches Si celles-ci sont mal configurées, alors voir configurer emacs

L'ultime méthode pour se déplacer est d'utiliser la recherche incrémentale (cf chercher dans un fichier)

3.8 Structure de l'écran

Décomposons la fenêtre de haut en bas:

3.9 Fonctions diverses très utiles


Page précédente Page suivante Table des matières