Chapitre 6. Démarrer et quitter Emacs

La manière usuelle d'invoquer Emacs est depuis la commande shell emacs. Emacs efface l'écran puis affiche un message d'aide initial et une notice de copyright. Certains systèmes d'exploitation ignorent toute frappe lors du démarrage d'Emacs ; et ne donnent à Emacs aucun moyen d'y remédier. Il est alors recommandé d'attendre qu'Emacs ait effacé l'écran avant de commencer à taper votre première commande d'édition.

Si vous exécutez Emacs depuis une fenêtre shell sous X Window, démarrez-le en arrière-plan avec emacs&. Ainsi, Emacs ne bloque pas la fenêtre shell, et vous pourrez l'utiliser pour exécuter d'autres commandes shell alors qu'Emacs s'exécute dans sa propre fenêtre X. Vous pouvez commencer à taper des commandes Emacs dès que vous avez dirigé votre entrée clavier vers le cadre d'Emacs.

Lorsqu'Emacs démarre, il crée un tampon appelé *scratch*. C'est le tampon avec lequel vous démarrez. Le buffer *scratch* utilise le mode Lisp Interaction ; vous pouvez l'utiliser pour saisir des expressions Lisp et les évaluer, ou vous pouvez ignorer cette possibilité et simplement y griffoner. (Vous pouvez spécifier un mode majeur différent pour ce tampon en initialisant la variable initial-major-code dans votre fichier d'initialisation. Section 32.7.)

Il est possible de spécifier des fichiers à visiter, des fichiers Lisp à charger, et des fonctions à appeler, en passant à Emacs des arguments dans la ligne de commande du shell. Annexe B. Mais nous ne recommandons pas de le faire. Cette possibilité existe principalement pour une compatibilité avec d'autres éditeurs.

Beaucoup d'autres éditeurs sont prévus pour être redémarrés chaque fois que vous voulez éditer. Vous éditez un fichier puis quittez l'éditeur. La prochaine fois que vous voulez éditer soit un autre, soit le même fichier, vous devez démarrer l'éditeur de nouveau. Avec ces éditeurs, il est sensé d'utiliser un argument en ligne de commande pour dire quel fichier éditer.

Mais démarrer un nouvel Emacs chaque fois que vous voulez éditer un fichier différent n'a pas de sens. Tout d'abord, cela risque d'être fâcheusement lent. D'autre part, ce serait ne pas profiter de la capacité d'Emacs à visiter plus d'un fichier lors d'une session d'édition unique. Et cela vous ferait perdre les contextes accumulés, comme les registres, l'historique d'annulation, et le contenu du presse-papiers.

La manière recommandée d'utiliser Emacs est de le démarrer une seule fois, juste après vous être logués, et de faire toutes vos éditions dans la même session Emacs. Chaque fois que vous voulez éditer un nouveau fichier, vous le visitez avec la session existante d'Emacs, qui contient éventuellement plusieurs autres fichiers prêts à être édités. Normalement, vous ne quittez Emacs que lorsque vous êtes prêts à vous déloguer. Chapitre 16, pour plus d'informations sur la manière de visiter plusieurs fichiers.