Les cartes 3D sous Linux : Tests Unreal Tournament

     Si Quake III était une bonne entrée en matière, passons aux choses sérieuses maintenant avec Unreal Tournament :-) Pour les tests, j'ai utilisé la version 428 avec la préversion de la librairie SDLGLDRV.so. Cette librairie est maintenant intégrée dans la version 436 sortie depuis et permet d'obtenir les mêmes performances. Le fichier utilisé pour les mesures est wicked400.dem, un grand classique de ce genre de tests. Tous les paramètres de qualité sont réglés au maximum.




On peut immédiatement constater que c'est le CPU qui fait la performance dans Unreal. La carte vidéo en devient complètement secondaire ! On pouvait déjà constater ce phènomène dans les tests réalisés sur d'autres OS mais le portage Linux de ce jeu accentue encore le phénomène !

On remarque aussi qu'avec Unreal, Utah-GLX et la G400Max passent en dernière position. Curieux. J'ai tendance à attribuer ce phénomène à une plus grande dépendance du driver Utah-GLX au processeur, ce qui ne pardonne pas avec ce jeu. On note enfin que la bande passante limitée de la TNT2 la fait s'effondrer au delà de 1024x768. Pas très important en pratique.

Dans tous les cas, ça reste jouable car le jeu ne ralentit pas trop. La GeForce II MX remporte encore une fois la palme de la fluidité. Je n'ai pas représenté les débits minimum sur ce graphique mais là ou la GeForce ne tombe jamais en dessous de 16 images/s, la G400Max s'effondre parfois sous les 9 images/s et là, c'est vraiment pénible ! Même la TNT2 résiste un peu mieux en ne tombant pas trop sous les 11 images/s.

Passer tous les paramètres de qualité du jeu au minimum ne change pas grand chose, encore le CPU qui limite !




Les PIII à 550 MHz étaient déjà un peu légers alors que penser des PII à 266 MHz ?... C'est limite injouable avec la GeForce (débits minimum dans les 8 images/s) donc ne parlons même pas de la TNT 2 ou pire, de la Matrox qui tombe parfois dans les 5 ou 6 images/s ! Le bus AGP 1x ne doit pas aider non plus avec les textures énormes utilisées dans ce jeu. On sent nettement les grosses saccades, voire blocages quand on rentre dans une zone aux textures particulièrement élaborées. Et dans une partie en réseau de ce genre de jeu ou tout le monde tire joyeuseument sur tout ce qui bouge, 1/2 s de blocage et on est mort !

Cette machine en est réduite à accueillir le serveur Unreal dans une partie réseau.


     Moralité : si votre jeu préféré est Unreal, investissez dans un GROS processeur ou attendez d'éventuelles optimisations du portage Linux (Open Source sois dit-en passant !). En ce moment, on gagne 2 à 3 images/s à chaque nouvelle version donc ça devrait venir :-)


Page suivante : Tests FlightGear et OpenUniverse

Table des matières :

Projet Mesa 3D Projet Utah-GLX DRI pour XFree86 Site officiel OpenGL Drivers Linux Nvidia